Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Moisson.

    Aller au marché à pied ; il faut une quinzaine de minutes en admirant la mer, les collines, le ciel et les bateaux.
    Sur place, suivre le trajet habituel : le poissonnier pour prendre du merlu ; le producteur de légumes où on choisit panais, patates douces et une botte de fin poireaux qu’on fera en vinaigrette ; le boulanger pour son pain de maïs et sa baguette provençale à la mie couleur de miel d’acacia ; la librairie où on récupère la dernière commande.
    Rentrer à pied mais cela prend plus de temps car le vent s’est levé et on l’a face à soi, ce qui ralentit la marche ; et puis, sur le chemin, un tapis de feuilles de platanes s’offre au jeu éternel de shooter dans les feuilles en riant et à celui, tout autant d’éternité, de chercher les plus belles à rapporter à la maison.