Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

moisson de bonheurs du jour

  • Moisson.

    Se réveiller au son des cloches du Duomo. Puis les chants des oiseaux dans le jardin confirment qu’il est l’heure de se lever.
    Pique-niquer sur la piazza del Campo, au soleil, de foccaccia et de scamorza.
    Marcher dans les rues, visiter des églises, s’asseoir sur un muret, monter au sommet d’un musée et admirer les toits de tuiles, les campaniles, les dômes, et au loin les collines aux formes douces parsemées de cyprès, d’oliviers et de vignes.
    Boire du café.
    Ecrire des cartes postales et les mettre dans la boîte rouge.
    Aller vérifier que Pierre, dans le Maesta de Duccio di Buoninsegna, marche bien sur l’eau et s’émouvoir aux larmes devant la Madonna di Crevole.
    Mesurer sa chance.

  • Moisson.

    Se désencombrer en donnant quelques objets et vêtements, un plat qui prend la poussière parce qu’on ne s’en sert jamais ; jeter, carrément, un cache-pot fêlé.
    Rencontrer quelqu’un de gentil qui aide à régler un problème administratif.
    Trouver une nouvelle cat-sitter qui viendra soigner les chats quand on devra s’absenter.
    Marcher sur la plage sous la pluie.
    Ranger le rayon des romans policiers.
    Ecouter la retransmission sur France Musiques de la Folle journée de Nantes. Remarquer en longeant la rue pour aller au pain que le cognassier du Japon des voisins est en fleurs. En admirer les corolles de ce si joli rose fuchsia ; cinq pétales.
    Remarquer aussi le premier amandier en fleurs mais là, c'est à l'entrée des Gorges d'Ollioules.
    Faire des crêpes, bien sûr.
    Cirer une table ; le bois est devenu si doux au toucher.
    Etendre du linge dehors car il fait grand soleil.