Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les chats de ma vie

  • La question du lundi : relire.

    Les chats ont ceci de merveilleux qu’ils sont d’agréables compagnons de vie. Ainsi, alors qu’on avait cherché en vain l’autre jour le livre d’Erich Fromm, Avoir ou être, un matin qu’on entend le trio félin jouer à chat dans la bibliothèque et qu’on monte pour les gronder, on voit qu’un tas de livre est tombé au sol et, parmi eux, le livre d’Erich Fromm. On dit aux chats qu’ils ne devraient pas sauter ainsi sur les étagères, mais on n’oublie pas de les remercier.
    On peut donc relire Avoir ou être, d’Erich Fromm. En l’ouvrant, on remarque qu’on l’a déjà lu trois fois ; la première fois il y a trente ans ; la deuxième fois il y a vingt ans ; la troisième fois il y a dix ans. A chaque lecture, on y a trouvé tout autant de nouveaux éléments de réflexion que la confirmation de points de vue sur lesquels on a construit sa pensée.

    Et vous, relisez-vous plusieurs fois ? Et si oui, quel est le livre que vous avez relu, et encore relu, et que vous reliriez volontiers ?


  • Les chats et leurs croquettes.

    Prendre la décision de nourrir les chats autrement. Puisque soi-même on évite les colorants, les conservateurs, les produits chimiques, etc etc, pourquoi les chats seraient-ils logés à une autre enseigne ?
    Ainsi donc, après moult discussions et recherches, ils auront des croquettes sans céréales. On a lu partout que c’était mieux pour leur santé, leur poil, leur caractère, leurs dents, leurs intestins, etc etc.
    On a donc servi fièrement les nouvelles croquettes et, pour ne pas trop les brusquer, les anciennes aussi, dans un bol à côté. Les chats étant ce qu’ils sont, ils se sont rués sur les anciennes, bien sûr, après avoir reniflé les nouvelles. On a cru discerner une sorte de haut le cœur…. Réalité ou comédie ? Mais on a laissé les nouvelles croquettes car on ne désespère pas d’arriver, un jour, à leur imposer quelque chose.