Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LIRE / Gourmandise de mots

  • Un poème pour la journée. Demain, dès l'aube.


    Ce poème de Victor Hugo, Demain, dès l’aube, fut un des premiers poèmes appris par cœur. Il a ouvert les portes de l’aube, de la forêt, de la montagne, du houx et de la bruyère, ainsi que des chemins qu’on se trace et qu’on poursuit toujours.

    Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
    Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

    Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
    Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
    Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

  • Un poème pour la journée. Au revers, d'Andrée Chedid

    De tout temps à jamais, on a lu de la poésie. Cette habitude a peut-être pris naissance à l’école primaire : le souvenir d’une institutrice qui lisait chaque matin un poème à la classe et qui le faisait écrire sur le cahier du jour est encore vivace.
    Aujourd'hui, envie de partager un poème d’Andrée Chedid, Au revers, parce qu’on y lit la vie. Dans l’exemplaire qu’on possède, cela fait longtemps qu’on a souligné ces quelques vers : « au tréfonds de l’obscur/s'échaffaudait/l'opiniâtre printemps. » Soyons opiniâtres.

    Au revers

    Tandis que les graines s’enfièvrent
    Aux creux des sols
    Tandis que les sèves s’émeuvent
    Au cœur des arbres

    L’orage racla nos murs

    Fureurs sévices se déchaînèrent
    On parla haines
    On outragea
    On versa sang

    Mais une fois de plus
    Au revers de l’atroce
    Au tréfonds de l’obscur
    S’échafaudait
    L’opiniâtre printemps.


    Andrée Chédid. Rythmes, Poésie/Gallimard, 2018, p. 90.