Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LIRE / Gourmandise de mots

  • Regarder avant de penser.

    La lecture du Dernier journal, de Krishnamurti a été un enchantement à plusieurs égards mais ce qu’on a noté dans un premier temps, c’est que chaque jour (ou presque) commence par l’observation de la nature. Avant toute chose, Krishamurti prend le temps de regarder.
    Voici un relevé.
    Le 25 février 1983, un arbre près de la rivière. Le 11 mars 1983, la lumière. Le 15 mars, encore un arbre, le chêne derrière la maison. Le 17 mars, les nuages et « les collines en suspens parmi les nuages, sous les cieux ». Le lendemain, les oiseaux dans la mangeoire qui piaillent. Le 25 mars, le ciel bleu, le parfum des fleurs : « la beauté d’un pareil matin est intemporelle ». Le 18 avril, l’attente de l’aurore, les orangers, les oiseaux, les collines. Le 19 avril, la pluie. Le 20 avril, les gouttes d’eau à l’extrémité des feuilles. Le 21 avril, un écureuil. Le 22 avril, les orangers et les avocatiers, les feuilles, un « buisson couvert de roses rouges ». Le 23 avril, la verdure. Le 24 avril, les camélias, les roses, les brins d’herbe. Le 26 avril, un oiseau. Le 4 mai, la brume ; elle est fraîche. Le 6 mai, le doux parfum des fleurs d’orangers. Le 9 mai, la sauge et les insectes. Le 12 mai, le silence de l’aurore. Le 30 mai, l’herbe. Le 27 mars 1984, l’océan et sa couleur. Le 28 mars 1984, le son de l’océan. Le 30 mars 1984, « le ciel exceptionnellement bleu ».
    N’est-ce pas magnifique ?

  • Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance.

    « Ces jours bleus et ce soleil de l’enfance. »

    C’est le dernier vers écrit par Antonio Machado sur un bout de papier qui fut trouvé dans sa poche après son décès en 1939, à Collioure. C'est un vers magnifique.

    Le grand poète espagnol a été un beau compagnon tout au long de l’été, dans le soleil, dans le vent, dans la montagne, à l’ombre des arbres.
    Dans un orme sonnait le ciseau éternel
    de la cigale chanteuse, le monorythme jovial,
    bruit de fer ou de bois
    de la chanson estivale.(1)


    La période des vacances se termine et le blog va bientôt reprendre un rythme plus régulier.


    (1) Antonio Machado, Solitudes, p. 36, in Champs de Castille, précédé de Solitudes, Galeries et autres poèmes et suivi des Poésies de la guerre, nrf Gallimard,