Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sanary sur mer

  • Moisson.


    Déjeuner en terrasse à Sanary, à l’Endroit, avec des amies.
    Chanter.
    Faire le pain.
    Arroser abondamment les plantes de la terrasse, assoiffées car le mistral les a asséchées.
    Au fur et à mesure de la lecture de Où vont les vents sauvages, de Nick Hunt, noter les noms des vents cités. C’est une liste qui est comme un poème.
    Ecrire plusieurs pages.
    Recevoir un mail de quelqu’un qui a lu Avec la vieille dame et a beaucoup aimé.

  • Moisson.

    Raccommoder des chaussons dont les dessus de pied s’étaient décousus et un drap qui a un accroc.
    Ranger les papiers administratifs.
    Ecrire trois pages.
    Recevoir du courrier.
    En passant Allée Kisling, faire un bouquet de jasmin d’hiver.
    Commencer à utiliser du dentifrice solide.
    Laisser de côté (juste un peu), le pull irlandais pour tricoter deux couvertures bébés pour les jumeaux qui s’annoncent. Un garçon et une fille.
    Aller regarder la mer alors qu’il fait grand soleil en pensant à Patti Smith qui, dans Dévotion, raconte son émotion de pouvoir regarder pendant une heure le manuscrit du Premier homme, de Camus. De lui, ici, on a la mer.