Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marie gillet

  • Nous.

    Il y a des moments où on se sent comme un oiseau sur la plus haute branche. C’est le sentiment que j’ai en vous annonçant une belle nouvelle.
    Dans quelques jours, mon nouveau roman, Nous, paraîtra aux éditions L’Harmattan. Il sera suivi en 2022 par la publication d’un autre livre, toujours chez L’Harmattan.

    Voici la couverture de Nous, ainsi qu’une courte présentation :


    Nous Couverture (3).png

    « C’est pas vrai ! Tu mens ! Tu m’as toujours menti ! Tu nous as toujours menti ! Il n’y a que de la fausseté en toi ! Quand je pense que je suis venue parce que j’avais aussi pitié de toi ! Mais je ne sais même pas à qui je m’adresse ! A une étrangère ! A une menteuse ! C’est pour ça que toi tu as survécu : nous ne sommes pas de la même famille ! »

    Qui n’a jamais fait avec les non-dits, les mensonges et la violence par souci du qu’en dira-t-on ? Qui n’a jamais, en désespoir de cause, suivi des injonctions familiales par sens du devoir ? Qui n’a jamais souffert du poids du passé et a cherché à s’en défaire ?

    Dans ce roman, deux femmes d’une même famille s’affrontent.

    La plus jeune se revendique comme l’héritière légitime d’un nom dont il lui appartient de poursuivre l’histoire, envers et contre tout. Sa famille, c’est son orgueil. Elle est certaine de détenir la vérité.

    La plus âgée a dit non depuis longtemps à cette vérité-là qu’elle sait construite sur la culpabilité. Tout d’abord, elle assiste impuissante au retour du passé, des cris et des coups dans sa vie et jusque dans sa maison. Mais, persuadée de la puissance de la douceur, elle fait finalement face à sa nièce qu’elle incite à regarder l’horizon pour se détourner de la mort. Y arrivera-t-elle ?


    C'est aussi une grande joie pour moi, un magnifique bonheur du jour que de vous associer, tous et toutes, mes très chers lectrices et lecteurs, à ce grand moment de ma vie. Vous comptez beaucoup pour moi et je vous remercie de votre fidèle présence et de votre soutien dans cette nouvelle aventure comme vous avez déjà pu le faire avec mon précédent roman, Avec la vieille dame.

    Si d’ores et déjà certains souhaitent le pré-commander, faites-le moi savoir par mail et je vous mettrai en contact avec les éditions L’Harmattan. Sinon, il sera disponible en librairie très prochainement.


  • Moisson du 24 juin 2021.


    Remercier ici le nouveau lecteur ou la nouvelle lectrice d’Avec la vieille dame. On ne peut pas savoir où il/elle est…
    Se baigner le matin.
    Tenir la main de quelqu’un qui vit des moments difficiles. Ou alors servir un verre d’eau. Ou apporter des abricots bien mûrs qu’on a lavé ; on les ouvre en deux, on enlève le noyau et on les dépose sur la tablette pour que ce soit plus facile pour les attraper et les manger, lentement.
    Marcher et sentir le parfum des pins chauffés par le soleil.
    Admirer à Aix en Provence les toiles de Zao Wou Ki, surtout les encres de Chine, puis ces aquarelles de la fin de sa vie, si lumineuses.