Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marie gillet

  • Moisson.

    Remarquer Avec la vieille dame sur les rayonnages de la Bibliothèque pour tous de La Seyne sur mer.
    Récupérer une cagette de tomates bien mûres et préparer une sauce confite à souhait. On en garde dans des pots pour un prochain plat de pâtes ou des lasagnes, certainement dimanche. On prépare une salade verte, on casse des œufs de poules heureuses dans la sauce encore très chaude et, quand on sert les assiettes, on aime bien voir ces couleurs qui évoquent l’Italie : le rouge des tomates, le blanc des œufs et le vert de la salade.
    Ranger, et donc se débarrasser en donnant ce qui peut l’être et en jetant ce qui ne peut pas être réparé ou raccommodé.
    Commencer une brassière pour une petite qui arrivera cet automne.
    Dans la maison, courir après deux jumeaux de 18 mois qui ont déjà bien compris comment on joue à chat.
    Chanter.
    Nager.

  • Des nouvelles d’Avec la vieille dame.

    Faire publier son premier roman est difficile. Y arriver grâce à un éditeur, Jérôme Martin qui en plus fait le choix d’une couverture particulière pour aider le livre dans son chemin de vie, est un premier bonheur.

    Ensuite, il y a tous les bonheurs qui suivent de le voir lu et surtout beaucoup aimé, de recevoir des messages tellement touchants ou encore de constater que certains ont pris la peine, quand ils ont un blog, d’y consacrer une note. Le dernier en date est . Et cette interview avec la mention « écrivain » sous son nom… Et d’apprendre par hasard qu’il y a même des avis sur Amazon…

    Oh, bien sûr, il se vend peu et on n’aura jamais la moindre prétention de battre le moindre record ! Toutefois, le compteur atteint désormais les 52 exemplaires vendus que ce soit en librairie, sur internet ou sur le site des éditions l’Harmattan. On en a vendu soi-même une dizaine lors de rencontres. On s’était fixé 50 comme objectif… Et aujourd’hui, en particulier grâce à vous tous, on se dit qu’on pourrait peut-être atteindre les 75, qui sait ? Patience, humilité, disponibilité et émerveillement devant cette belle aventure.

    Hier après-midi, assise sous un pin face à la rade, on a pris le temps de faire comme un bilan. Finalement, on n’a pu choisir que peu de choses dans le cours de la vie parce qu’il a fallu le plus souvent suivre un chemin rocailleux imposé par les circonstances familiales ou professionnelles ou encore par des ennuis de santé. Mais maintenant, voilà ce qu’on a librement choisi : vivre au bord de la mer et écrire des livres.
    Merci à tous de votre soutien.

    A lundi !