Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour

  • Un poème pour la journée. Guillevic.


    On a toujours pensé : la poésie est un souffle, un souffle de vie. Sur un plan personnel, il fut un temps où le souffle était si court qu’il s’absentait parfois et qu’on le perdait et il y eut même des instants pendant lesquels on crut que jamais on ne le retrouverait et puis il revenait, ouf. Pendant les temps de repos de l’après-manque-de-souffle, il fallait rester tranquille et on lisait et on lisait de la poésie et une fois on avait lu des tas de poèmes de Guillevic. Voilà pourquoi on aime ce poème qui se termine sur ce mot, souffle. Un poète fait respirer.

    Etre
    Où et quoi ?

    N’importe où,
    Mais pas rien qu’en soi.

    Etre dans le monde.
    Fragment, élément du monde.

    Supérieur à rien,
    Pas à quiconque, pas à la pluie qui tombe,

    Se sentir égal
    Et pareil au pissenlit, à la limace,

    Inférieur à rien,
    Ni au baobab, ni à l’horizon,

    Vivre avec tout
    Ce qui est en dehors et en dedans,

    Tout ce qui est au monde,
    Dans le monde.

    Fétu de paille, non !
    Cathédrale, non !

    Un souffle
    Qui essaie de durer.


    (1) Guillevic, Si je n’écris pas aujourd’hui, Poésie/Gallimard, 2015, p. 45.

  • La question du lundi. Puiser dans la bibliothèque.


    Pas de question ce lundi, car tout près, là, quelqu’un révise le bac de Français. Alors on parle de Montesquieu, Madame de La Fayette, Marivaux, Montaigne, etc. La bibliothèque en est toute désordonnée.
    A demain !