20/10/2014

Belle-de-nuit.

Attraper un pot de confiture vide et ressortir pour aller le remplir de petites graines de Belle-de-nuit.
Aller et venir dans le quartier puis dans la ville, dans les coins qu’on connait pour avoir de jolis massifs : des rouges, des blancs, des jaunes.
Rentrer quand le pot est plein et qu’on ne peut plus y loger une seule graine.
Et, tout au long de cette récolte, penser à celui qui plantait les graines de Belle-de-nuit dans son jardin car il aimait, l’été, à la nuit tombée, aller en respirer le doux parfum.
Et, depuis dix ans maintenant, avoir humblement pris le relais en en mettant là où on va pour que les étés de partout en soient le souvenir.



18/10/2014

Les Belles Endormies.


Pour rendre plus doux le chemin du retour d’Italie, s’arrêter au Musée Bonnard, au Cannet, revoir encore une fois (on ne s’en lasse pas) le Musée Bonnard et visiter la magnifique exposition intitulée Les Belles Endormies. Après avoir un premier tour, redescendre à l’accueil acheter le catalogue, puis refaire la visite en le feuilletant. Maurice Denis : La dormeuse au bois magique, qui porte un joli pull bleu ; Pierre Bonnard : Femme endormie, aux magnifiques tons d’orange et de vert ; Henri Matisse : Femme endormie, un fusain ; Edouard Vuillard : Femme couchée.
Et beaucoup d’autres.
Acheter aussi quelques cartes pour les envoyer à des gens qu’on aime.