Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moisson

  • Moisson.

    Chaque matin, regarder l’ipomée qui se déploie en tous sens. S’occuper des lianes qui poussent à vue d’œil et les fixer contre la canisse, ou les enrouler autour du fer forgé de la pergola, voire, les pousser vers le toit de l’appentis.
    Passer une belle soirée barbecue avec des amis. Papoter et rire jusque tard dans la nuit.
    Trouver enfin à qui donner les énormes kits de pansements post-opératoires qui restent.
    Au marché, refaire provision de verveine.
    Terminer L’œuvre au noir, de Marguerite Yourcenar et commencer Comme l’eau qui coule.
    Ressortir de la bibliothèque La Vagabonde, de Colette, dont un passage est cité dans un livre sur les carnets et griffonnis de Marguerite Yourcenar et en faire un projet de lecture pour un long soir solitaire.
    Faire goûter et apprécier une tarte aux herbes, en l’occurrence persil, ciboulette et laitue. Apprendre que les Grecs cuisinent une tourte assez semblable, mais avec de la pâte qui recouvre les herbes et la feta. On essaiera comme ça une prochaine fois.
    Apercevoir les premières graines de Belles-de-Nuit.
    Marauder deux figues et se régaler.
    Pouvoir expliquer à la gentille guichetière de la Poste qui sont Lucie et Raymond Aubrac représentés sur le timbre qu’on vient d’acheter. Elle l’a demandé car on a préféré ce timbre-là parmi les autres présentés en disant : « Ah oui ! Lucie et Raymond Aubrac, plutôt. »
    Respirer le parfum des pins dans la chaleur de l’après-midi sur un sentier dans la forêt.

  • Moisson.

    Aller à la librairie Charlemagne récupérer la commande de livres car Marguerite Yourcenar a donné envie de relire Tacite, Empédocle, ….
    Très tôt le matin, prendre le bateau pour traverser la rade et faire le marché au Cours Lafayette : aubergines, poivrons, courgettes, tomates, coriandre, persil, concombre, haricots verts, et, en bas, avant d’aller prendre un café au Reale avec une amie, plusieurs parts de pissaladière et de la cade, bien sûr.
    Faire une tarte aux herbes.
    Etre au milieu d’une grande tablée familiale et amicale, les discussions fusent, les rires aussi, et c’est le moment de découper le gâteau alors il faut compter combien faire de parts et veiller à ce qu’elles soient toutes égales.
    Lire Pays à vendre, d’André Bucher.
    Recevoir une jolie carte colorée, une lettre aussi et prendre le temps d’y répondre.
    Transformer une jolie boîte à thé reçue en cadeau à Noël, désormais vide, en boîte à boutons, en se servant des compartiments pour bien les ranger par catégories : les bleus, les blancs, les fantaisies, les petits, les gros, ….
    Passer un bon moment à la braderie d’Emmaüs et repartir avec une jolie nappe à carreaux blancs et bleus.