Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SE POSER DES QUESTIONS / La question du lundi

  • La question du lundi. De la douceur.

    On a eu l’occasion ici d’utiliser l’expression « livre-chevalier ». On l’utilise pour quelques livres qu’on garde tout près de soi car, tout d’abord, on les aime et ensuite, on en a besoin. Comme les chevaliers le firent en leur temps pour la veuve et l’orphelin, les opprimés et les innocents emprisonnés dans des geôles, ils viennent à notre secours dans l’armure de leurs couvertures et rappellent l’essentiel sur lequel s’appuie l’élan vital. Il en est ainsi d’un livre d’Anne Dufourmantelle, Puissance de la douceur. On en relie des pages, oui, certaines sont marquées de post-it multicolores ou de traits de crayon ; mais il suffit bien souvent de le tenir entre les mains et d’en lire le titre, et d’y penser, à cette douceur, puissante on le sait pour l’avoir expérimenté pour soi. Et on aimerait bien que le monde l’expérimente aussi.

    D’où la question du lundi : pensez-vous que la douceur puisse être puissante ?

  • La question du lundi. De la soupe.

    Le nouvel appareil à soupe fait beaucoup parler. D’abord, parce qu’il détonne dans la cuisine par son côté moderne. Il interpelle car il est neuf, aussi… On rassure en disant qu'on ne l'a pas acheté mais qu'on nous l'a offert... En plus, il bouleverse la façon de faire la soupe. Avant, on faisait la soupe pour plusieurs jours de suite, avec de nombreux légumes, comme on a appris à la faire quand on a une grande famille, soit plusieurs litres. Et d'ailleurs, on donnait souvent de la soupe ici ou là. Avec l'appareil à soupe, on peut aller jusqu’au litre. Ainsi, avant, on mettait une courge butternet intégralement, maintenant, il faut la partager en trois fois au moins. Avant, on coupait les légumes en morceaux, certes, mais pas minuscules, maintenant, il faut même couper les feuilles d’épinards. Avant, on utilisait la cocotte en fonte et maintenant… ce nouvel engin. Il faut convenir qu’il a des avantages : on n’a rien à surveiller (on n’a qu’à s’asseoir, dixit celle qui a fait entrer la modernité dans cette cuisine), on fait de la soupe « fraîche » plus souvent, on n’a plus à sortir le mixeur puisque ça se fait automatiquement, on n’a même plus besoin de regarder l’heure car le temps de cuisson est programmé. Et on peut choisir entre « creamed » ou « with pieces » en appuyant sur l’une ou l’autre touche (bien sûr, tout est écrit en anglais…) Creamed » veut dire ici bien mixée ; « with pieces », avec morceaux.

    D’où la question du lundi : préférez-vous la soupe mixée ou la soupe non mixée ?