Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bonheur du jour quotidien

  • Moisson.

    Pouvoir sortir.
    Aller chercher des pommes et des poires au producteur qui descend des Alpes. Parler poires : les comices, les louise-bonne, les conférences, …
    Récupérer la commande de livres à la Librairie Charlemagne : Une nuit, de Trinh Xuan Thuan, Chambre avec vue sur l’éternité, de Claire Malroux, Glaneurs de rêves, de Patti Smith. Et, malgré tout, choisir un agenda 2018.
    A la boulangerie, prendre la première pompe à l’huile de la saison.
    A la maison,
    terminer la série de marmelade ; cette fois-ci, oranges et citrons de Hyères.
    écrire plusieurs cartes de Noël.
    acheter des chaussettes sur le site de Berthe aux grands pieds.
    admirer le bouquet d’anémones qui s’épanouit et l’amaryllis qui est presque en fleurs.
    poursuivre la lecture de la biographie de Mme de Sévigné.
    monter et descendre l’escalier sans avoir à se tenir.

  • Le calendrier de la poste.

    Le facteur vient apporter un recommandé et on en profite pour lui demander s’il a des calendriers. Oui, il en a dans sa sacoche. Il repart les chercher et revient avec une grosse pile. On la pose sur la table et on les regarde tous. On les commente avec des exclamations du genre : « Ah, j’aime bien celui-là ! » ou « Oh ! lui, il est chouette ! ». On met à part celui avec les petits chats, et un autre avec des bébés animaux. On hésite, on hésite, on hésite entre les deux et puis, soyons fous, on lui prend les deux.
    Comme on a déjà pris le calendrier des pompiers, on est à la tête d'un bon stock pour 2018.