Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ouste !

Un matin, en se levant, prendre la décision d’envoyer balader quelque chose qui pesait depuis trop longtemps. Comme ça : ouste ! On le fait et on reste inébranlable devant les conséquences car on considère qu’elles n’ont pas de réelle importance.
En ressentir un incroyable soulagement.

Commentaires

  • Le lâcher-prise est une libération ! Nous aimerions vivre toujours ainsi "libre ".

  • Le soulagement risque parfois d'être de courte durée lorsqu'on se rend compte que le geste a des conséquences vraiment ennuyeuses. Le ouste ! c'est mieux sans colère.
    Pour rester dans un thème familier, abandonner un bouquin que l'on traîne depuis des jours, c'est salvateur. Pas de gaieté de cœur si c'est un livre acheté.

  • Le mot "ouste" n'a pas pour moi de connotation colérique. C'est peut-être pour cela que les conséquences ne seront pas gênantes. En fait, dans toute situation, il y a des bénéfices secondaires qu'on accepte même s'ils sont contraignants. Jusqu'au jour où on laisse tomber, aussi légèrement qu'une feuille se détachant de sa branche en automne tombe en tourbillonnant et se pose doucement au sol.
    Pour les livres dont vous parlez, c'est aussi comme cela, il me semble. Quand on achète un livre qui vient de sortir, dont tout le monde parle, que tout le monde a lu, le bénéfice secondaire est d'être intégré dans ce groupe de lecteurs actifs. Et quand on le laisse tomber parce qu'il n'est pas intéressant, ne retrouve-t-on pas sa liberté de lecteur indépendant ?

  • Abandonner les pesanteurs et faire de sa liberté une priorité, sachant que la toute première des libertés, la plus précieuse sans doute, revient à s'accorder le droit d'être soi-même...

  • Bravo ! Oh que je connais bien cela , se libérer des vieilles casseroles que l'on traine depuis trop longtemps , puis se sentir comme l'alouette au-dessus du champ ! Elles peuvent être de tout ordre , jusqu'au bouquin ennuyeux que l'on s'obstinait à terminer ... " Non , rien de rien , non, je ne regrette rien ! " Merveilleuse Edith Piaf ( l'Alouette ! ) .

  • S’autoriser enfin... Déposer les armures... s'alléger et prendre son envol !

  • Bravo !
    C'est vrai que c'est un soulagement...
    Bonne et douce journée à vous.

  • oh tu es comme un samouraï ! En pleine conscience car il est vrai qu'ik y a des conséquences à tout changement. Ce qui importe c'est que tu te sentes bien de t'être débarrassée. Bon samedi.

  • S'alléger…….Un vrai bonheur. Vivre loin des conventions et des contraintes mais dans le respect de l'autre !

  • J'aime ces mouvements qui, au premier abord, pourraient sembler
    intempestifs...mais ne sont-ils pas le résultat d'une longue, longue,
    maturation silencieuse appelée communément "ras-la-casquette" ?

    Fiorenza qui vous félicite...en souriant

  • Beaucoup de mal à faire ça! je devrais bien pourtant car je pense que ça doit être très libérateur!

  • C'est parfait, bravo!
    Et puis pour les conséquences, je suis pour le "on verra bien".

  • le faire quand on le peut ... ce n'est pas toujours possible ...
    puisque c'était possible et que tu as pu, vive ta légèreté retrouvée !
    amitié

  • Quand le moment est venu, se libérer devient une évidence. C'est tout simplement que nous sommes prêtes à affronter les conséquences sans culpabiliser. Une petite victoire sur nous-même .. Bon dimanche.

  • Ouste comme vous le dites n'engage pas la colère.. juste un petit dépoussiérage mais qui fait du bien parfois

  • Oh oui, on traîne longtemps cette décision à prendre, elle nous paraît tellement compliquée....
    et puis au saut du lit un matin, on sait que c'est aujourd'hui, plus rien de nous retient, ce sera fait !
    et c'est tellement bon !!!
    Bon dimanche, bisous.
    Lylou

Écrire un commentaire

Optionnel