Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

printemps silencieux

  • Moisson du 26 mars 2021

    Voir une toile d’araignée tissée durant la nuit contre le portail qu’on hésite de ce fait à ouvrir mais il faut partir. Comment informer l’araignée que les humains ouvrent les portails le matin ?

    Marcher dans les vignes.

    Ecouter les oiseaux en pensant, comme souvent, à Rachel Carson, l’auteur de Printemps silencieux.

    Croquer des fleurs de bourrache dans le pré près de la ferme à Fabregas.

    Remarquer qu'il y a un nouveau lecteur ou une nouvelle lectrice d’Avec la vieille dame à Bordeaux… Merci à elle ou à lui !

  • La question du lundi : des oiseaux.

    Au Printemps dernier, en écoutant une émission de radio, on avait appris, entre autres disparitions, celle de la moitié des hirondelles… La lecture de Printemps silencieux, un livre écrit en 1962 par Rachel Carson, a accentué le sentiment d’urgence devant la situation : quel sera ce monde, où « nul oiseau ne chante », comme l’écrivait Keats cité en exergue du livre ?
    Parmi les oiseaux qu’on préfère et qu’on voudrait voir et entendre toujours, il y a d’abord les hirondelles, dont on aimait enfant aller regarder les nids construits aux poutres de la cour sans jamais se lasser des va-et-vient des parents affairés et piaillant pour nourrir leurs petits ; quand les têtes de ces derniers pointaient, c’était une jolie joie. Et puis les mésanges charbonnières, aussi, qui venaient en nuées se nourrir aux boules de graisses qu’on pendait aux branches de l’arbre de Judée planté devant la fenêtre ; quand elles sifflaient au printemps, on espérait les avoir simplement aidées à passer la mauvaise saison. Les moineaux, bien sûr, qu’on a toujours connus ; les piafs. Et tant d’autres, oui, tant d’autres.

    Et vous, quel est votre oiseau préféré, celui dont la disparition vous fendrait le cœur ?