Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fabregas

  • Moisson.

    A Fabregas, se laisser tenter par les courges présentées sur l’étalage et, le soir même, faire la première soupe d’automne, potimarron et pommes de terre à laquelle on rajoute au moment de servir de la coriandre fraîche.
    Nager.
    Rester un moment dans la forêt.
    Faire le courrier : une lettre et une carte pour la Haute-Loire, un petit paquet pour l’Espagne.
    Trouver un joli modèle de pull irlandais qu’on va se tricoter au plus vite. On sait déjà quelle laine (pure laine) on va utiliser. Elle arrivera bientôt.
    Récupérer deux grands sacs de vêtements fille de 6 mois à 2 ans pour les donner à une jeune Maman.
    Au moment d’ouvrir les volets, le matin, sentir sur les bras la fraîcheur de l’automne.
    Distribuer les derniers pots de confiture de fraises.

  • Le butin de la balade.

    En haut du chemin du Manteau, la mer brille. Le spectacle est magnifique. On pense au poète Pedro Salinas qui parle de la mer lumière.
    Derrière la corniche, les mûres s’offrent pour apaiser la soif.
    A Fabregas, les oliviers dansent dans le vent. On s’y adosse pour grignoter du pain et du fromage.
    Dans la forêt, au détour d’un sentier, l’ombre cède la place à ce soleil de septembre qui est encore d’été, chaud et lourd. Mais là, des arbouses affichent avec détermination au milieu des feuilles vert luisant de leur arbre, leur rouge et leur orange, première évocation de l’automne.