Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les livres de Brunetti.

Dans la dernière parution des aventures du Commissaire Brunetti, le héros de Donna Leon, celui-ci part en vacances. Il emporte quatre livres : il va pour prendre l’Odyssée, mais le récit est encore très présent à son esprit. Il se tourne donc vers Pline, Suétone, Hérodote, et Euripide. Dès le passage de cette page 61, l’esprit vagabonde. Quel Pline a-t-il pris ? Et quel Euripide ? etc. On se lève et on va dans la bibliothèque, à la recherche de ces auteurs, bien qu'on n'ait aucunement l'intention de prendre des vacances. Ils n’y sont pas ! On est pourtant bien sûr de les avoir eus dans les mains ! Se souvenant que la bibliothèque a plusieurs fois voyagé et subi les outrages des intempéries, on ne commettra pas l’outrage de demander qui donc a emprunté et n’a pas rendu ces livres-là. On va vers Racine au cas où on y aurait glissé un ou deux Euripide. Que nenni.
On aura donc la joie d'aller à la librairie.

Commentaires

  • Pline et Euripide;à part des extraits étudiés il y a des dizaines de lunes et dont je n'ai aucun souvenir...vous nous direz?
    Bonne journée et visite à la libraire!

  • les livres sont faits pour voyager et être lus, me dis-je pour me consoler de ne plus savoir à qui j'ai prêté tel ou tel "disparu" ;-)
    mais vous devez en avoir, des mètres et des mètres d'étagères, si vous allez si souvent en librairie?
    bonnes lectures, bonne journée!

  • c'est dans l'air : le Commissaire Sorcière...

  • « Ne prêtez pas vos livres : personne ne les rend jamais. Les seuls livres que j'ai dans ma bibliothèque sont des livres qu’on m’a prêtés ». Anatole France

  • 'j'aime' comme on vite-dit dans ce monde moderne !!...

  • C'est toujours avec un pincement au cœur que je remarque qu'un livre que j'aurais aimé relire n'est plus là. J'en ai aussi racheté certains.
    Bonne visite à la librairie alors!

  • oui… un livre est un voyage… dans la tête et ailleurs… et mazette, bien souvent dans les étagères des bibliothèques… souvent chez Donna Leon, des pages/repaires comme des valises ouvertes sur nos repères… mais bonjour dame Bonheur du Jour !!

  • J'aime beaucoup brunetti, très littéraire, comme sa femme, la prof de littérature :-). J'en lis un de temps en temps

  • Je vais à la médiatheque comme ce matin, où souvent je ne trouve pas les livres que je veux (bien que je ne cherche ni Pline, ni Racine), et puis maintenant on va à la boite à livres dans le jardin public, j'y trouve de vieux bouquins disparus parfois, et c'est la vraie surprise...
    Bises et bon WE

  • grrr je tempête quand je ne retrouve pas un livre, pour moi aussi les déménagements successifs ont mis à mal mon fond de bibli
    et je deviens totalement égoïste je ne prête plus mes livres qu'au compte-gouttes

  • et oups le dernier Brunetti m'a beaucoup plu j'ai aimé les premiers chapitres et son retour aux gestes simples et à l'amitié

  • Comme c'est agréable de chercher des livres dont on a lu le nom de l'auteur ou le titre dans un autre livre ! une belle structure en abime qui ouvre des horizons infinis ! et puis tous les prétextes sont bons pour aller à la librairie ! Belle journée d'automne à toi.

  • Je ne sais plus ce que Brunetti préférait comme livres classiques. Il y a longtemps que je ne l'ai plus lu... Suétone, cela doit être intéressant...

    Pline, Pline... Cela me rappelle la traduction de l'éruption de Pompéi. Pline l'Ancien qui s'était trop approché de la zone dangereuse (ou ne s'en était pas éloigné assez vite, par curiosité scientifique). J'avais bien aimé cette traduction même si l'histoire de Pompéi est si triste. J'ai dû aussi avoir tout cela Euripide (pas Pline ni Suétone, mais Tacite), Beaucoup a disparu, de même que mes livres de prof de français, pour laisser la place aux livres de littérature et autres. Je crois quand même avoir emprunté un jour Suétone à la bibliothèque, qui est une ressource peu onéreuse, heureusement !

  • Qu'est-ce que c'était encore? De mémoire? Je vais peut-être me tromper. Iphigénie à Tauris, Iphigénie en Aulide... Qui devient Iphigénie en Tauride... (Je vérifierai sur le net après)... Les mythes fondateurs de notre littérature. Eschyle, Sophocle, Euripide, vieux souvenirs. J'aimais bien faire des élocutions en grec en comparant différentes versions d'une tragédie... J'ai toujours aimé ce genre de travail.

  • Et qui sait, peut être seras tu attirée par un autre auteur ! on est tellement bien dans une librairie ! quand j'y vais j'ai l'impression d'être une gamine devant un bocal de friandises !! bises

  • si joliment dit...

  • J'aime aussi pouvoir feuilleter à nouveau les livres que j'ai aimés. Il m'en manquait aussi plusieurs et je les ai enfin retrouvés dans un carton de ma cave non ouvert depuis mon déménagement.

  • comme j'aime me replonger au coeur de ces écrits toujours hautement d'actualité malgré l'encre qui a séché depuis belle lurette !
    amitié

  • C'est là le très beau pouvoir des livres, que de susciter la lecture.
    Et le non moins beau pouvoir de votre article, que de susciter un peu plus celle des livres.

    (Je me demande si le chemin inverse est possible... À la lecture de Médée, on découvre qu'au moment de sa fuite Jason a emporté avec lui, pour le cas où il viendrait à s'ennuyer, deux ou trois Commissaire Brunetti. On se demande lesquels, etc.)

  • cela fait un moment que je n'ai pas lu Dona Léon ... en ce moment, je suis dans Alain Corbin (la fraîcheur de l'herbe) et Christophe André et un livre de Indridason (un policier islandais à suivre de livre en livre avec ses collègues et leur vie entremêlée à celle des personnages de l'intrigue). Les livres sont notre nourriture comme l'air et le soleil. Bises

Écrire un commentaire

Optionnel