Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi. Rire de soi-même.

Après la lecture passionnante des Journaux des Raisins de la colère, de John Steinbeck, la relecture des Raisins de la colère s’impose. Comme on est persuadé de ne pas avoir ce roman sur les étagères, on va à la Bibliothèque. Las, pas de roman en lieu et place. Pourtant, la bibliothécaire est sûre qu’il n’est pas emprunté. On lui explique qu'on a hâte de le relire ! On cherche, on fouille, et on finit par le trouver, mal rangé. On rentre à la maison avec impatience. Mais quand même, on regarde si, éventuellement, peut-être, finalement, on n’aurait pas ce grand roman de Steinbeck là-haut. Et voilà qu’on en trouve trois exemplaires. Un en Livre de Poche, un en Folio, et un dans une édition blanche de chez Gallimard. On a honte d’avoir dérangé la bibliothécaire. Mais on rit de bon cœur de soi-même.

Et vous, riez-vous de vous-même ?


Commentaires

  • Oh très souvent, et si c'est pas moi, ce sont mes enfants qui se chargent de me faire voir le côté hilarant de mes maladresses ou erreurs.
    Ça fait un bien fou.

  • Rire de soi-même fait du bien.
    J'ai aussi des livres que j'ai cherchés, rachetés, pour découvrir que je les avais bien chez moi. :))
    Passez une douce journée.

  • ça m'énerverait plutôt d'avoir perdu mon temps et usé mes chaussures pour rien et je me dirais qu'il est temps de ranger ma bibliothèque !

  • Rire de soi-même me ramène à cette histoire survenue
    pendant des vacances chez des amis provençaux :
    notre hôte était monté sur le toit de sa maison pour chasser
    des guêpes réfugiées sous les tuiles .

    En redescendant l'échelle, son short craque en deux lambeaux ...
    Stoïque, il salue le visiteur arrivé juste à ce moment sans faire
    la moindre allusion à l'état du "pagne" !

    Ce n'est qu'une fois le visiteur parti qu'il éclata de rire
    en nous associant à sa mésaventure :
    un contrôle de soi total... de la part d'un authentique gentleman !

  • Mais bien sûr , tout le temps !
    Quant à mes livres , je sais exactement où chacun se trouve , il est vrai que je ne garde que ceux que je suis certaine de relire ! Mais il m'arrive aussi de regretter un " désherbage " trop hâtif , ayant oublié que nos humeurs , nos goûts évoluent ... Je cherche parfois à retrouver l'émotion que tel ouvrage a provoquée : alors je rachète , si possible dans la même édition !

  • Je perds tout le temps des choses...
    Et j'en ris beaucoup !

    Il est important, me semble-t-il, de ne pas trop se prendre au sérieux et en même temps de ne pas trop s'en vouloir.
    Bienveillance !

  • Rire de moi -même dans une situation comme celle -ci que vous nommé oui pur un livre je suis folle,
    là loin de ma bibliothéque il y a des moments où je les vois où ils me manquent plus que tous ces gens amis qui m'nt quittés se disant que je partirai de l'hôpital les pieds devant et donc plutôt que de s'embêter à me distraire de mon cancer ils ont préféré m'enterrer directement. De nos jours pas questions de perdre une seconde sur de la chair presque morte.
    Mais mes livres ne m'ont jamais abandonnés et quand j'ai besoin d'eux ils me parlent même si je ne les ai pas sur et dans la main.
    celle qui rame c'est ma psy car je préparai très bien mes séances aidée de grand penseurs de la choses et là malheureusement comme aucun d ceux qui passent ne sont dans le mouvement de la psychanalyse , pas de ces livres dans leur apport quel malheur quel manque heureusement l'ordi nous porte quelques mots
    J’ai là du mal à rire de moi car alentour les gens ne sont pas des plus sympathiques alors je ravale mes larmes, et dans ses moments là rires signifierait la folie.
    le niveau est si bas que çà pense sur le rudimentaire ma chère Séraphine alors nous sommes dans un intérêt constant à se surveiller afin de ne pas faire monter les enchères du rejets et du mépris.
    De mon temps quand je travaillais dans les hôpitaux formatrice même j'apprenais le sens de l'autre et l'importance de la manière maternante d'être pour rassurer des gens cassés mais nous en sommes très loin même la toubib fait de happening pour vous casser devant le plus d'aide soignante. On se demande pourquoi tant de rejet....

    alors oui mes livres loin je ferai comme vous mais je suis viser à mon lit et mon fauteuil.

    belle semaine

  • Rire de soi ? Oui, souvent. C'est des plus salutaire, une pirouette libératrice qui détend tout le monde.
    Merci Marie pour cette question du lundi et beau début de semaine. Bises.

  • Ah oui, trois exemplaires quand même ! J'aurais ri aussi dans une telle situation. Qui m'arrive régulièrement, d'où promesse faite à moi-même et guère tenue, d'entamer des grands rangements.

  • Pas toujours facile de rire de soi-même lorsque l'on est sincèrement et profondément dépité de son comportement. Cela dépend de beaucoup de choses : parfois les impressions sont plus légères que d'autres, cela se fait tout seul. Il faut savoir observer, car qu'est-ce qui dépend de nous ? Uniquement cette faculté de s'observer. Tout le reste est automatique.

  • Rire de soi, fait le plus grand bien ;)
    Bonne semaine Marie, bisous, câlins à tes félins

  • eh eh la bibliothécaire doit être bien contente du dérangement car ça lui a permis de retrouver un libre mal rangé ;-)
    pas de honte à avoir et oui rire de soi car, comme toi, j'achète des livres en double tant ils me plaisent et croyant ne pas les avoir encore chez moi ..... grand sourire!!!

  • hihihi, je ris du 'libre' mal rangé! il était en effet bien libre d'aller se loger où bon lui semblait ce livre libre ;-)

  • J'essaye ! Parfois c'est plus difficile ! Parfois c'est source de grands fou rires partagés.... Selon le vent ! Belle journée à toi.

  • Super pour la bibliothèque. Le livre pourra être prêté. Rire de moi, cela dépend... Je suis un peu susceptible. Mais pour les livres, pas grave. A donner,.. voilà ce que j'aurais pensé. Bises

  • Cela m'arrive, en catimini (tout le monde ne rit pas des mêmes choses). Depuis le déménagement, il m'arrive régulièrement de ne plus mettre la main aussi facilement qu'avant sur un livre, c'est plutôt agaçant. Mais je ris, oui, quand je retrouve quelque chose à une tout autre place. Bonne semaine, Marie.

  • oui oui oui hélas ou tant mieux, petite gaffe, folle idée, oubli rigolard, bien des situations prêtes à rire de soi parfois facilement parfois en grinçant un peu des dents quand même.

  • la vie est une farce pour qui la prend au sérieux ... il est bon de pouvoir rire de tout y compris et surtout de soi ...
    mes petits enfants aimant "tripoter"les livres de mes bibliothèques il m'arrive souvent de devoir tout ranger pour retrouver ceux que je cherche ... et j'en ris ...
    amitié .

  • Rire de soi est la meilleure solution lorsqu'on se sent ridicule. Ce n'est pas facile, entre rentrer sous terre ou en colère, on finit par laisser poindre un rictus amer qu'on peut prendre pour un sourire.... le temps passant on en rit, heureusement.
    Récemment, j'ai acheté une lunette de WC dans une grande surface suédoise. L'emballage stipulait bien qu'elle était blanche. Au moment de la placer, déballée, j'ai découvert un objet bleu céruléum pétant et horrible. Ni une ni deux je reprends l'auto et cours aboyer au service réclamation : «Mais monsieur, il est bien stipulé sur la notice dans le carton, n'oubliez pas d'ôter le film protecteur». Ce fin film plastique transparent d'un bleu céruléum pétant.
    Rentrer sous terre ?

  • Je suis le meilleur spectateur de moi et je me fais rire souvent! Jaune parfois!
    ta mésaventure m'est arrivée aussi dernièrement avec "Je suis Pilgrim" mais j'avais racheté le livre alors que c'est un pavé de 600 pages avec une couverture dorée pétante et qu'il me crevait les yeux . J'ai donné l'exemplaire en poche que je venais d'acheter!

  • (j'aime l'aventure de christw)
    Il me semble que rire de soi même est bon signe (même si on ne peut le faire à chaque fois)
    Et j'ai découvert récemment le même livre sur mes étagères...

  • Oh oui, souvent. J'évite de me prendre au sérieux et j'aime bien prendre du recul. Vive la dérision !!

  • Je vais y faire attention, mais cela m'est sûrement arrivé... Je suis plutôt dans l'auto-dérision, et à me traiter de tous les noms o;) je perds moins mes livres que les lattes, le papier collant sur son enrouleur, la perforatrice et mon agrafeuse, il doit sûrement y avoir une raison à cela. J'oublie aussi ce que j'ai. Je n'ai pas lu Steinbeck, mais j'ai le Capitaine Fracasse en plusieurs exemplaires (parce que c'était mon sujet de mémoire). Encore un trou à ma culture. Il me semble que j'ai un grand trou avec un peu de culture autour o;))) (lol).

  • Oui oui .... et cela fait du bien de ne pas se prendre au sérieux !
    D'ailleurs j'aime rire et je suis toujours complaisante devant des personnes qui savent me faire rire.
    Bonne journée à toi

  • En conclusion de tout cela, la bibliothécaire ne saura pas qu'on l'a dérangée pour rien. Certainement elle a été heureuse de rendre service. Quand cela arrive pour moi, rare mais déjà arrivé, je n'en parle à personne, un peu honteuse. Bonne fin de journée. Bises.

  • Pratiquer l'auto-dérision est un sport quotidien.
    Gaffeuse, étourdie, brouillonne malgré une apparence tirée à quatre épingles et une maison au carré, je perds tout mais reste incurable malgré mes efforts !
    Donc, quatre exemplaires des "Raisins" ! Un peu tôt pour les vendanges ? ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel