Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi

  • La question du lundi : envoyer des cartes de vœux

    Le sujet a déjà été évoqué mais tant pis. C’est agréable d’en parler. Rechercher les cartes, en faire quelques-unes éventuellement, les écrire, les poster (avec de jolis timbres)… Ici, on a de la chance : on envoie des cartes de vœux et on en reçoit. Parfois, on en envoie sans avoir de réponse, mais ce n'est pas important. Un premier envoi concerne les vœux de Joyeux Noël. Un second les vœux de Bonne Année.

    La période des fêtes de fin d’année n’est pas toujours facile à vivre pour certains : nostalgie, absences, solitudes, maladies, ruptures sociales, misère laissent en marge de l’affairement consumériste de la préparation des réveillons divers. Mais recevoir une carte de vœux, cela fait toujours plaisir.

    Enverrez-vous des cartes de vœux cette année ? Et tout particulièrement à quelqu’un que vous savez être en difficulté ?
    Oh oui, si on faisait ça... Ce serait gentil.

  • La question du lundi : du coupe-papier.

    Encore une remarque, la dernière sans doute, à propos du roman d’Ito Ogawa, La papeterie Tsubaki. Elle concerne l’utilisation du coupe-papier. L’héroïne ouvre toujours les lettres avec un coupe-papier, ainsi que sa grand-mère le lui a appris.
    En y réfléchissant, on voit là un respect pour le courrier en lui-même et pour l’expéditeur, ainsi qu’une époque révolue où le temps était du temps vécu et non pas poursuivi. Effectivement, ouvrir une enveloppe à la main, en la déchirant, c'est être pressé. Et quoi de plus vilain qu’une enveloppe toute déchiquetée après avoir été ouverte ainsi !
    On se souvient qu’il y a longtemps, on connaissait quelqu’un qui faisait de même : quand une lettre arrivait, il attrapait son coupe-papier qui était toujours à portée de main sur le buffet car, même si peu de lettres arrivaient, il était bon d’être ainsi toujours prêt. Le geste était solennel.
    Ici aussi, on utilise un coupe-papier. Il est en métal doré et a la forme d’une feuille.

    Et vous ? Utilisez-vous un coupe-papier ? Si oui, comment est-il ? Ou préférez-vous déchirer l’enveloppe à la main ?