Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moisson.


Parler avec la voisine, par-dessus la haie, pendant un bon moment.
Guetter le facteur pour lui confier du courrier qu’il postera bien volontiers. Il amènera des timbres aussi lors de sa prochaine tournée car on en a besoin : on envoie pas mal de petits mots comme ça, par ci par là.
Partager des masques avec les pharmaciennes d’à côté.
Faire un sourire et un petit signe de la main aux rares personnes qu’on croise dans le quartier quand on fait un petit tour quotidien.
Déplacer quelques plantes qu’on met devant le portail pour que ce soit joli pour les voisins quand ils passent et pour soi-même car c’est bien de savoir que c’est joli devant le portail.

Commentaires

  • Des mains qui saluent de loin, des sourires qui se voient de loin, en te lisant on pense au nombre de contacts "de loin" que permettent nos corps!
    Quel charmant facteur...
    Ici personne ne passe car les promenades sont interdites, mais dans mon chemin de campagne il y a entre voisines des échanges de "petits plats" qu'on dépose, après avoir prévenu par téléphone ou Whats'app, sur un petit mur. C'est extra!
    Tu fais tellement bien de ne pas sortir Marie, même si c'est pas rigolo. Un beso fuerte

  • c'est notre façon d'aider toutes les personnes qui sont en premières lignes de ce combat contre un virus ... éviter sa propagation ...
    prends soin de toi
    amitié .

  • Continuer à embellir tout ce qui est à notre portée, oui Marie,
    je vous approuve !

    Ayant la joie de bénéficier d'une oasis de verdure, la traversée
    du désert en est très adoucie .
    Nous nous activons au jardin qui sera prêt à recevoir la fête
    que nous ferons pour tous nos amis ... à la Libération !

    Dans cette attente, téléphonons, écrivons sans modération,
    la chaîne humaine est primordiale !
    Et, si vous permettez, une pensée pour ce corps de santé
    dont on parle peu : les directeurs d'hôpitaux !
    Notre fille qui exerce cette fonction est sur le pont nuit et jour,
    avec deux jeunes enfants comme nombre de soignants...
    Remercions-les tous, ils sont admirables !

  • Les voisins ne sont pas tout proches et travaillent, les fleurs j'aime à les entretenir autant pour les autres que pour moi, même si je jardine bien moins qu'avant, j'y veille quand-même...
    Il faut que j'aille à la pharmacie, à la poste, écrire, téléphoner bien sûr.

  • Les petites attentions du quotidien sont encore plus appréciées en ce moment tout en ayant bien soin d'avoir toujours en tête de ne pas risquer l'éventuelle propagation du virus.
    C'est parfois la quadrature du cercle...

  • Tout à fait d'accord...
    En tout cas, j'aime l'idée de partager malgré tout ce qui peut l'être.
    Passez une douce journée.

  • La solidarité entre voisins est appréciée en cette période ..La nature et les petits oiseaux sont heureux, faisons leur un sourire..

  • Merci pour la visite sur le biloba...
    Et bravo pour la philosophie de votre attitude en ces temps étranges et troubles...

  • Fou comme les gens ont envie de "plus" se parler tout à coup. La fêtes des voisin, plus tard dans le temps, sera- t-elle une totale réussite en 2020 ?

  • Tous les jousr je fais la nique à l'angoisse ambiante de mort, je cultive cet esprit de gratitude. Merci pour l'esprit civique, la solidarité, les prises de conscience, du choix des priorités, merci de rendre, de pouvoir redonner des masques qui arriveront pile au bon moment pour ceux qui doivent les utiliser, Merci de faire joli devant chez soi pour que ce soit une petit coup d'œil sympa aux rares passants qui prennent l'air (enfin tant que c'est encore possible), merci pour ceux qui prient, merci de pouvoir accompagner un deuil par téléphone puisque les déplacements sont impossibles. merci de pouvoir entendre (enfin) les oiseaux de la forêt car il n'y a presque plus de bruit de moteur, merci d'être en vie et pour le moment pas malade, merci de vivre, de ressentir la caresse du soleil sur la chaise dans le jardin, merci de pouvoir jardiner. Merci de pouvoir chanter et rire encore, car pour le moment il n'y a pas de morts dans la famille. Tous ces merci comme de petites et grosses perles forment le collier qui pare mon âme.

  • Merci, Plume, pour cette belle prière de reconnaissance ! Je vous embrasse et vous souhaite une belle journée paisible.

  • Mettre en place une jolie solidarité, oui, immédiatement, sans perdre un jour, une solidarité sans contact autre que celui des âmes et des cœurs. Portez-vous bien!

  • Depuis que mon jardinier nous a quittés, il n'y a plus beaucoup de fleurs dans le jardin si grand, trop grand; mais les oiseaux y chantent. Le vieux voisin est seul, 93 ans; on lui fait coucou de loin, on discute aussi, en fait, la journée file vite; nous avons de la chance que ce ne soit guère différent pour nous, ici, du temps normal. Dans les villes, pour les enfants, c'est autre chose….

  • Etrange expérience , à la fois de repli , échanges limités, sorties limitées , espace limité , mais en même temps , d'ouverture aux besoins d'autrui , souci pour ceux qui sont exposés et ceux qu'éprouve la maladie et parfois le deuil .
    Nous en verrons le bout , garder le cap!

  • Merci, Marie, pour ce paisible billet. Mon mari et moi apprécions le calme et le chant des oiseaux qui l'accompagne. Nous sommes reconnaissants pour tous les "petits" bienfaits de chaque jour. Je t'embrasse et porte-toi bien.

  • Je me suis fait incendier car je ne donnais pas des masques performants que je possède pour les médecins..; Mais je les donnerai à ceux qui font les courses pour les vieux de mon village afin qu'ils n'engraissent pas les hôpitaux à leur tour (ils ont dans les 70 ans eux-mêmes. Les gens sont agressifs.

  • Hélas quand on vit en appartement, on ne peut faire tous ces petits gestes-là!
    Belle journée

  • C'est vrai, on constate que de petites choses qui nous semblaient anodines prennent un autre éclat... Ce qui me frappe le plus, c'est le calme, on n'en a pas l'habitude ! Bises ensoleillées. brigitte

  • En ville c'est plus tendu et les espaces verts ne sont pas sûrs. C'est ce qui est le plus dur, pas de jardin, pas de balcon, mais les mesures sont indispensables au vu de la situation. Une période difficile à passer ..

  • Oui! il faut continuer à tenter de vivre du mieux que nous pouvons dans l'amitié et la beauté des plantes qui font joli. Bises alpines... de loin.

  • Le virus continue sa progression. Mais il est important de se serrer les coudes comme tu le fais. Aujourd'hui j'ai appelé ma tante de 89 ans à Saint Etienne. Contente d'avoir des nouvelles et bien entourée. Appelée une copine de yoga atteinte du virus. Recommence à prendre goût à la nourriture. Son mari toujours sous oxygène. Ecrit une carte pour un petit fils. Et vais continuer de lire ton livre. Plein de bises .

  • Jolie moisson ouverte aux autres!
    Je me sens privilégiée d'avoir un jardin et d'aimer lire pour passer cette période de confinement.

  • Dans ton billet tout est partage et envie de faire plaisir. Envie de puiser dans ta sagesse pour calmer l'inquiétude qui me hante par moment comme un ennemi enfoui en moi. J'aime beaucoup le commentaire de Plume, Je remercie aussi pour les petits bonheurs quotidiens.

  • Le bonheur est indépendant de la situation extérieure : il puise ses racines profondément à l'intérieur de nous-mêmes.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  • Ce moment nous offre aussi des opportunités inattendues, ralentir enfin, se recentrer, trier, apprendre,essayer de nouvelles choses,être créatif, trouver les moyens de prendre soin de son entourage à distance, partager ses lectures,ses découvertes,ses idées d'activités, commencer ce que nous remettions toujours à plus tard....Ce temps peut être pénible, mais il peut aussi devenir un cadeau.
    Bonne journée

Écrire un commentaire

Optionnel