Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lectures au fil du mois d’août.


Michel Winock : Le monde selon Flaubert. Pour se préparer à relire Flaubert dont on fête le bicentenaire de la naissance (il était né le 12 décembre 1821).

Maurizio Di Giovanni : Des phalènes pour le Commissaire Ricciardi. Ouf, Enrica n’a toujours pas épousé Manfred et le Commissaire Ricciardi et elle ont fini quand même par se croiser dans la rue, à la toute fin du roman et ils ont échangé quelques mots. Il faut espérer que le Commissaire Ricciardi se bouge un peu dans le prochain opus qu’on attend avec impatience.

Faith Martin : Le corbeau d’Oxford et Un pique-nique presque parfait ; une série anglaise policière fort plaisante, un vieux médecin et une jeune policière stagiaire enquêtent.

Et, la cerise sur le gâteau, parce qu'on n'attend que très rarement quelque chose de la rentrée littéraire, Crions, c’est le jour du fracas, d’Héloïse Guay de Bellissen, un roman qui met en parallèle la révolte des enfants prisonniers au pénitencier de l’Ile du Levant au XIX° siècle et la quête d’absolu d’un groupe d’adolescents dans le sud de la France à la toute fin du XX° siècle.

Commentaires

  • "Lire pour vivre" recommandait FLAUBERT à l'une
    de ses correspondantes préférées !

    Au hasard de nos lectures, nous avançons à la recherche
    non du temps perdu, mais du temps qui s'ouvre devant nous :
    pour ma part, j'aime relire et encore relire les auteurs
    qui m'ont toujours accompagnée...
    Ils me montrent le chemin !

    Un sentiment de plénitude émane de ces couvertures,
    madeleines au goût si délicieux !

    "Dans le soir qui tombait sur la campagne florentine..."
    NOCES - Albert Camus

  • Les romans policiers ne sont pas encore revenus dans mes projets de lecture, mais je me souviens bien du plaisir qu'ils peuvent apporter. Je me réjouis surtout de la parution du nouveau roman d'Héloïse G. de B. dont j'ai aimé récemment "Le dernier inventeur". J'ai vu à La Seyne-sur-mer (au Fort Balaguier ?) une exposition sur le bagne de Toulon, mes souvenirs sont flous, mais c'étaient des histoires terribles.
    Belle perspective de relire Flaubert, merci à Fiorenza de rappeler ce "Lire pour vivre" !

  • Je viens de terminer le dernier roman de Sorj Chalandon : " Enfant de salaud" Trés émouvant . Ai lu tous les romans de Chalandon et tout aimé , assurément mon écrivain français préféré .
    Belles lectures !

  • Coucou Marie,
    Voici de belles idées de lecture !
    De mon côté, je continue la Comédie Humaine.
    Par ailleurs, J.P. m'a offert "Vivre avec nos morts" de Delphine Horvilleur, rabbine, une auteure que j'avais très envie de découvrir après l'avoir entendue à plusieurs reprises lors d'émissions littéraires. Et je ne fus pas déçue, bien au contraire ! J'en conseille vraiment la lecture (ce n'est pas morbide du tout)
    Je t'embrasse en te souhaitant une belle journée.

  • Un repas abondant pour les neurones.... pour moi je préfère la lecture des feuilles agitées par le vent sous le ciel étincelant - du moins pour le moment. Belle journée, Marie.

  • Je lis Emma, Sorj Chalendon, j'en ai lu 2 et détesté le 2°...Quant à ceux que tu cites, non, je ne les connais pas sauf Flaubert; je connais un fou de Flaubert qui a déjà lu 5 fois l'Education sentimentale.. Mes 2 lectures fortes d'août sont Invention de la solitude (Paul Auster) et lignes de faille de Nancy Huston.

  • grâce à vous j'ai noté le Flaubert de Winock dont j'avais énormément aimé son V Hugo
    je note aussi les petits polars ils sont bien utiles quand on a un peu de peine à lire

  • Merci pour cette lavande sentant si bon. Je note le policier italien.
    Je viens de terminer 'les enfants sont rous' de Delphine de Vigan. Très intéressant sur ce monde deS chaînes YouTube.. bises

  • Des lectrices éclectiques plutôt tentantes. A Rouen, l'année Flaubert est dense en évènements, plus ou moins assurés (covid oblige). Pour une fois, j'ai plongé très vite dans un livre captivant de la rentrée littéraire "la carte postale" d'Anne Berest, intitulé roman parce qu'elle a en effet brodé sur l'histoire de sa famille, mais à moitié récit aussi, puisque c'est complètement autobiographique.

  • Oups .. des "lectures" bien sûr et pas des lectrices.

Écrire un commentaire

Optionnel