Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

héloïse guay de bellissen

  • La question du lundi. Rentrée littéraire.


    Cette année, 511 romans paraissent au moment de la rentrée littéraire. Pour les essais, biographies ou autres, pas cherché combien…
    On pourrait avoir plusieurs réactions par rapport ce nombre de romans publiés. La première, comme un rejet. Ouh la la ! mais il y en a trop ! La seconde, comme une envie boulimique, et se faire une longue liste afin de ne rien rater. Ah oui, ne rien rater... Mais ce n’est pas possible, cela, car il y en a trop, trop d’un coup, effectivement. D’ailleurs, c’est toute l’année que des livres sont publiés et on ne les lit pas tous. En même temps, on aime lire, on aimerait bien en lire… Alors, comment faire ?
    Ici, on en a pour l’instant choisi trois non pas parce que les autres n’ont pas d’intérêt (tout livre est intéressant, chaque livre a son lecteur) mais surtout parce qu’on aime lire et qu’on ne se sent obligé à rien.
    On lira, mais sans se presser, Le dernier inventeur, d’Héloïse Guay de Bellissen parce qu’on suit cette jeune auteure depuis plusieurs années et surtout parce qu’on s’est toujours intéressé aux grottes préhistoriques ; Yoga, d’Emmanuel Carrère, parce qu’on fait du yoga et parce qu’on a encore rien lu de cet auteur qu’on voudrait bien connaître (ce n'est peut-être pas un roman, celui-là) ; Buveurs de vent, de Franck Bouysse, un auteur dont on lit chaque livre et dont on aime bien l’univers et l’écriture magnifique.
    On pourra aussi se laisser aller à une découverte, il y a peut-être un livre qui aimerait bien nous rencontrer… On pourra aussi, quand on aura commencé ces trois-là, les laisser tomber au cas où… mais on ne le souhaite pas, quand même…

    D’où la question du lundi : Quid, pour vous, de la rentrée littéraire ?

  • Passer la soirée avec Le ventre du loup.

    Passer la soirée à la librairie Charlemagne pour écouter Héloïse Guay de Bellissen parler de son dernier livre, Dans le ventre du loup.
    En rentrant à pied dans la nuit, le long de la mer, penser très fort à cette jeune auteure avec laquelle on a un lien particulier depuis de si longues années.
    On lira ce livre pas seulement parce que c’est le sien, mais parce qu’une des citations en exergue, une sagesse amérindienne, est venue à notre rencontre, alors même qu’on avait réussi à rompre le jour même un lien sombre qui faisait obstacle à l’intimité que tout être se doit d’avoir avec soi-même pour accéder à la Joie :

    « Un vieil Indien explique à son petit-fils que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l’amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur, l’avidité et la haine.
    - Lequel des deux gagne ? demande l’enfant.
    - Celui que l’on nourrit, répond le grand-père. »
    Les livres sont vivants, nous connaissent et viennent à nous.