Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LIRE / Livres du matin, du sac à main, du soir

  • Livres du matin / du sac à main / du soir.

    Le matin, la correspondance de Flannery O’Connor. « J’ai maintenant vingt et un canards bruns, aux ailes striées de bleu. Où qu’ils aillent, ils marchent en file indienne. » (20 septembre 1951, page 958). On poursuivra ensuite avec ses essais, ses nouvelles, ses romans.
    Le midi, à la maison, on a repris l’habitude de tricoter plutôt que de lire. Mais dans le sac à dos, La forme du monde, de Belinda Cannone, un essai sur la marche en montagne. De magnifiques pages, vraiment. « Face au temps long, le sentiment vif de notre impermanence. La montagne et le cosmos sont les deux « lieux » dont le spectacle me fait éprouver le sentiment de la durée. » (page 39).
    Le soir, Buveurs de vent, de Franck Bouysse. Impressionnant.


    Empruntés à la médiathèque Chalucet :
    Flannery O’Connor, Œuvres complètes, Quarto Gallimard.
    Belinda Cannone, La forme du monde, Ed. Arthaud, Collection Versant intime, 2019.
    Emprunté à la médiathèque de Sanary sur Mer :
    Franck Bouysse, Buveurs de vent, Albin Michel, 2020.

  • Rencontrer des personnes gentilles.


    La Médiathèque de Sanary n’ayant pas encore rouvert des portes, on a un rendez-vous un jour précis à une heure précise pour récupérer les livres qu’on a demandé à emprunter via un formulaire rempli sous word, téléchargé puis envoyé par mail, sur lequel il était important de préciser les cotes des livres, ce qui a nécessité de consulter sur le site le catalogue de prêt.
    On arrive. Une bibliothécaire, seule à l’accueil, reçoit les lecteurs, coche leur nom, va chercher sur une grande table les tas de livres retenus entre eux par un élastique et, entre temps, répond au téléphone qui n’arrête pas de sonner. Au moment de récupérer les livres, las, il n’y en a qu’un, les autres étant soit déjà pris soit en quarantaine et la bibliothécaire est désolée. Comme elle a remarqué qu’en attendant on a regardé le livret des nouveautés, elle suggère non seulement qu’on en choisisse un ou deux mais aussi qu’elle regarde s’il n’y en aurait pas de disponibles, on ne sait jamais et dans ce cas elle verra s’il est possible de les descendre, tout ceci si on veut bien attendre, bien sûr. Bien sûr, on attend. On regarde le livret, on remplit une fiche de prêt à la main, on se désinfecte deux ou trois fois les mains puisqu’on a touché le livret, le stylo, on les a pris, on les a reposés, on les a repris… Et toujours les lecteurs qui arrivent, qui repartent, le téléphone qui sonne. On pose la feuille de prêt et la bibliothécaire de décider de voir ce qui est disponible parce qu’on ne va pas repartir avec un seul livre quand même. Elle consulte le catalogue, se réjouit de découvrir que certains sont disponibles, appelle le secteur adulte, garde le téléphone le temps des vérifications, accueille un ou deux lecteurs, donne un ou deux paquets de livres, fait patienter les uns, répond aux questions des autres et enfin raccroche. Une bibliothécaire descend du 2ème étage et on repart avec Van Eyck par le détail, Morandi ou l’abstraction du réel, Camilla Grebe : L’archipel des Lärmes et on a réservé Gérald Tenenbaum : Reflet des jours mauves, Le Clézio : Chanson bretonne suivi de L’enfant et la guerre, et Café maison de Keigo Higashino.
    Il n’y a pas à dire, ces bibliothécaires, elles aident à vivre.