Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lecture du soir

  • Gris.

    La vie est une suite de moments allant du noir profond au blanc pur, en passant par toute une gamme de gris. Dans cette gamme, plus de teintes qu’il n’y a de notes : gris foncé, menaçant, anthracite, opaque, épais, acier, plomb, épais, tourterelle, clair ou souris… , On va et on vient, on monte et on descend ; et tant qu’on fait cela, on reste en vie.
    Le gris, on y a pensé au moment où, lisant Minuit sur le canal San Boldo, le dernier opus des aventures de Brunetti, on le suit sur son trajet matinal pour se rendre à la Questure, s’arrêter prendre un café croissant non seulement chez Ballarin, mais aussi chez Rosa Salva.
    On pose alors le livre sur les genoux et on se souvient de la dernière fois qu’on a dégusté un café croissant chez Rosa Salva. A toutes les tables, des Vénitiens et des Italiens surtout, parlant de plus en plus fort au fur et à mesure que les cloches de l’église toute proche sonnaient. On avait pris ses aises sur la chaise, et on avait regardé le ciel : un beau ciel gris de novembre à Venise : on l’avait trouvé onctueux, ce gris, comme le budino qu’on avait dégusté aussi.
    Voilà un joli projet : retourner un matin chez Rosa Salva.
    Pour l’instant, on continue à suivre Brunetti dans son enquête.


  • Livres du soir et du matin.

    Les projets lecture des prochains jours :
    Pour le soir, toujours des romans policiers. Un beau mystère, de Louise Penny et le dernier Donna Leon. Les huit montagnes attend toujours…. On ne lit pas assez vite.
    Le matin, L’effet télomère, du Dc Elizabeth Blackburn, la suite (et presque la fin) d’Eloge du risque, d’Anne Dufourmantelle, le seconde moitié de Madame Bovary, de Flaubert. On a ressorti Un cœur simple. On a toujours beaucoup aimé ce livre qu’on a déjà relu plusieurs fois. On va relire quelques uns des Contes d’Andersen.