Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LIRE / Livres du matin, du sac à main, du soir

  • Des souris et des hommes.

    Pour la première fois, lecture d’un roman graphique : Des souris et des hommes de Steinbeck, mis en images par Rébecca Dautremer. Magnifique. Eblouissant, même. Ces teintes ocre, rouge, terre de sienne… On les avait bien imaginés ainsi, George et Lennie, la femme de Curley, Curley lui-même, Crooks, le vieux Candy et son vieux chien, Slim, tous… mais surtout Lennie. Ce monde cruel et violent où la vie compte pour si peu et où l’amour n’a pas de place ; un monde de misère et de haine. Il faudra réemprunter ce livre, un autre jour, pour le regarder à nouveau.
    Le texte, on le connait bien pour l’avoir tellement lu. D’ailleurs, puisqu’on n’a pas retrouvé dans la bibliothèque ce roman en édition folio scrupuleusement annoté, ni A l’est d’Eden, non plus, on a profité d’une visite à la Fête de l’Olive à Ollioules pour aller au magasin de livres d’occasion le racheter. On l'a relu en deux soirées avec les belles images de Rébecca Dautremer en tête.

  • Lectures au fil du mois d’août.


    Michel Winock : Le monde selon Flaubert. Pour se préparer à relire Flaubert dont on fête le bicentenaire de la naissance (il était né le 12 décembre 1821).

    Maurizio Di Giovanni : Des phalènes pour le Commissaire Ricciardi. Ouf, Enrica n’a toujours pas épousé Manfred et le Commissaire Ricciardi et elle ont fini quand même par se croiser dans la rue, à la toute fin du roman et ils ont échangé quelques mots. Il faut espérer que le Commissaire Ricciardi se bouge un peu dans le prochain opus qu’on attend avec impatience.

    Faith Martin : Le corbeau d’Oxford et Un pique-nique presque parfait ; une série anglaise policière fort plaisante, un vieux médecin et une jeune policière stagiaire enquêtent.

    Et, la cerise sur le gâteau, parce qu'on n'attend que très rarement quelque chose de la rentrée littéraire, Crions, c’est le jour du fracas, d’Héloïse Guay de Bellissen, un roman qui met en parallèle la révolte des enfants prisonniers au pénitencier de l’Ile du Levant au XIX° siècle et la quête d’absolu d’un groupe d’adolescents dans le sud de la France à la toute fin du XX° siècle.