Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi. Se sentir porté par l’énergie d’un lieu.


C’est une chance de pouvoir retourner une fois de temps en temps (disons, tous les sept/huit ans) là où s’est senti tellement bien un jour qu’on y était arrivé par hasard qu’on a eu la force de prendre des décisions importantes, plus qu’importantes : vitales. Assise est ce lieu-là, pour la fragile personne qu’on a été, qu’on est encore, qu’on sera de plus en plus – c’est le lot de chacun – mais qui s’est renforcée sur certains points – c’est le privilège de l’âge.
La personnalité de François d’Assise, qu’on soit croyant ou pas, a fait de lieu comme un concentré de clarté procurant une énergie qu’il a été bon d’engranger en juillet dernier avant de repartir.

D’où la question du lundi : Vous sentez-vous porté par un lieu qui vous dynamise ?

Commentaires

  • Coucou Marie. Pour repondre à ta question, la maison normande où je passe mes vacances. Dès que j y arrive je me sens différente. J y respire... le temps y est différent. Et surtout si j y viens seule... et j ai démarqué qu il y a des lieux comme je le dis " qui m apoelent"... des endroits ou dès le premier regard j ai su que j y vivrais a un moment donné. Cele m est arrivé deux fois déjà...
    Bonne semaine

  • Je n'ai pas de lieu particulier. Pour moi, faire chaque année (pendant 8 ans) le chemin de St Jacques, petit bout par petit bout,seule, sac au dos, et arriver là-bas, là où la terre rejoint l'océan, m'a beaucoup marqué.

  • Mon jardin bien sûr. C'est mon havre de paix. J'y mets à peine les pieds que je commence à courir de droite à gauche : redresser cette plante, tailler celle-là, semer, repiquer,... Mon compagnon me dit que c'est là que j'ai l'air le plus heureuse. J'ai besoin du contact avec la terre et les plantes.

    Mais ton article fait que je pense à un autre lieu où j'ai pris une grande décision il n'y a pas si longtemps... Je ne me voyais pas vivre ailleurs que dans une maison avec jardin mais j'étais alors en couple avec un homme qui ne jurait que par les appartements. Lorsque nous parlions avenir, il m'expliquait par A+B que nous serions mieux en appartement vu notre âge, etc. C'était une relation compliquée mais rompre me semblait tout aussi compliqué et je ne savais plus très bien où j'en étais. Un jour qu'il était au travail, me voici partie voir ma meilleure amie. Je m'arrête dans une pépinière à l'idée de lui offrir une plante pour son jardin. Et là, je me sens si bien au milieu des plantes que les larmes commencent à couler toutes seules à l'idée qu'une fois en appartement je ne mettrais plus jamais les pieds à cet endroit. C'est là que j'ai décidé de rompre, aussi compliqué que cela puisse être... et ce fut une bonne décision.
    Bonne semaine Marie, bises.

  • Bonjour Marie. Pour le moment, je dirais Hurtebise? Mais dès que je reviens à Bruxelles, tout est à recommencer. Mais je sais que je peux y retourner...

  • Ma salle de yoge. J'y ai donné tellement de cours que l'amabaince vibre d'une façon particulière. J'y vais d'ailleurs souvent méditer.

  • Un lieu qui m'a marquée, dans ma jeunesse, c'est la Provence. Arles, l'hôtel du Forum, la Tour Magne, à Nîmes... les paysages provençaux... mais c'est loin et cela a sans doute changé, par rapport aux années 70. J'avais passé une annonce dans un journal pour ados, J2 MAGAZINE. On m'y avait abonnée à l'école. Je pense aussi à la Provence après avoir regardé une émission, les 100 lieux qu'il faut voir. En suivant le Gard, on partait de Nîmes et de la tour Magne jusqu'à la Camargue...

    Avez-vous vous connu cet hebdomadaire, J2 magazine et celui pour filles plus âgées, Christiane?

  • Ps. Une annonce pour avoir une correspondante (et donc mieux connaître la région)... on a correspondu 4 ou 5 ans je dirais...

  • Non, je ne connais pas du tout cet hebdomadaire.

  • "Christiane"...ah oui, je m'en souviens...c'est si loin!

  • Assise, j'ai ADORE. C'et un lieu immense qui dégage quelque chose de FORT, d'UNIQUE.
    Pour moi, l'énergie, c'est la mer; Pas les bords de mer, l'immersion! Elle EST l'énergie nécessaire.

  • Difficile à dire. J'ai pensé d'abord à différents endroits où j'ai séjourné pendant les vacances, aux Alpes, à la bibliothèque de l'école aménagée dans l'ancienne chapelle, à Paris où j'emmenais mes élèves chaque année, à certains musées... Et enfin à l'endroit d'où j'écris ceci : depuis dix ans, ma chambre à moi, mon bureau en face du jardin suspendu. Mais ce n'est pas du même ordre que ce que tu dis d'Assise et de saint François.
    Fragilité et richesse de l'âge, comme tu l'exprimes bien.

  • Je ne sais pas, il faudra que j'y réfléchisse.
    J'avoue être bien chez moi...

  • Les collines toscanes me remplissent de joie :
    dès que ces paysages apparaissent, même sur un écran,
    je ressens un bien-être indéfinissable....
    mais le lieu qui m'apporte solidité et dynamisme c'est
    notre Côte de Granit Rose où la providence m'a menée
    il y a 45 ans !

    Aujourd'hui, la lumière de Toscane filtre à travers les arbres,
    quelques degrés en moins naturalmente....
    et le jardin me tend les bras pour un déjeuner tout simple,
    au milieu des fleurs et des poteries italiennes !

    Belle semaine, chère Marie, vos "Assises" vous soutiennent !

  • Bonjour Marie,
    La montagne, j'oublie beaucoup de chose comme si mon esprit était ailleurs. Je ne pense plus, je suis bien.

  • Quénelet, la maison de mes arrière-grands-parents, un ancien moulin à eau situé dans les terres sombres du Morbihan.
    Monter la Grée et m'écorcher les mollets dans la lande étincelante de genêts et rose de bruyères, m'asseoir sur un bloc de granit, entendre au loin le clocher de l'église du village, faire des bonnets de Davy Crocket avec des feuilles de châtaigner, débusquer les corolles orangées des girolles en sous-bois, sentir cette magnifique odeur de bouse fraîche sur le chemin devant le petit jardin, boire le cidre au "cul" de la barrique, admirer le soleil couchant sur l'Arz...
    La maison a été vendue.

  • Quel bonheur de lire ces lignes, Dominique,
    d'autant que la Ligne 13 ne peut être empruntée
    en ce moment : les Côtes d'Armor sont-elles si lointaines
    ou Canalblog si encombré ?

    Bravo et kenavo !

  • Il y a plusieurs lieux qui m'ont considérablement régénérée, mais je pense particulièrement à Conques, qui a une place particulière pour moi et où je retournerais volontiers encore et encore.

  • Ah oui... je suis d'accord. J'y ai séjourné en 1972, après les vacances en Provence... j'ai adoré les balades. J'ai revu Conques en 2016 (et les vitraux de Soulages)... et j'ai aimé. Même sous la pluie. Mais je n'ai fait q'y passer. En étant heureuse de pouvoir y passer.

  • Bonjour Bonheur du jour. Je reviens gentiment sur les blog amis.
    Mon lieu de préférence est difficile à dire. Disons que j'ai énormément aimé mes vacances en Loire Atlantique et une autre année dans le Lubéron. Il y a tellement de beaux endroits.
    Bel après-midi à vous.

  • Je pense à ma balancelle très tôt les matins d'été ou au bord du fleuve dans mon petit village. :)

  • Beaucoup! Plusieurs quartiers parisiens, Rome, les falaises ocre rouge portugaises, le désert marocain, et bien d'autres... Je garde ces lieux en moi, profond, comme les pièces d'un puzzle qui, au final, constitueraient une île intime, mon île. Et dans les moments où rien ne va, où tout m'échappe, où je me sens me diluer dans le tournoiement hasardeux des jours sombres, j'ai ce lieu, en moi, où je peux, à loisir, retourner m'étendre, et redevenir limpide.

  • Pour moi il n'y a pas un lieu mais plutôt un genre de paysage, de lieu qui m'apaise
    il me faut de l'herbe, des arbres, de l'eau courante ou non, et du silence

  • dans le Baronnies, cette année, ce petit camping au milieu de la lavande, sous les vautours, avec l'eau, les montagnes.
    Il existe beaucoup d'endroits où je respire bien. Près de chez moi, à vingt kilomètres, un petit étang. Bises

  • Je vais me glisser dans le commentaire de Dominique. Entourée de nature, je me sens bien, régénérée, contrairement à une promenade en ville qui peut m'épuiser.

  • Je sens à quoi tu fais allusion, personnellement, c'est dans les montagnes "sauvages" que je sens cette énergie particulièrement bienfaitrice, d'instinct j'inspire et j'expire profondément et tout se détend, corps et esprit confondus. Mais il y a d'autres lieux loin de la foule et d'autres moments où la lumière et la beauté touchent l'âme et la nourrissent... Que de merveilles pour nous "recharger" !!! Douce journée Marie, à bientôt. brigitte

  • J'ai moi aussi cette chance d'avoir un lieu où je me sens bien. Je ne saurais dire pourquoi ou comment mais c'est un endroit où j'aime beaucoup aller.

  • Bonjour Marie,
    Je suis de plus en plus consciente que la fragilité va crescendo, alors on s'accroche à ce qui nous apaise...
    Bel après-midi à toi, je t'embrasse.

  • Assise est aussi un lieu de ressourcement pour la pianiste quand j'ai tant admirée, Hélène Grimaud. Elle écrit très bien et en a parlé dans son livre "Leçons particulières" publié chez Robert Laffont ; cela m'avait frappée...
    En ce qui me concerne il y a beaucoup de lieux qui me ressourcent et c'est heureux car je ne vis pas toujours au même endroit : au début ce fut ma forêt natale, celle de Fontainebleau, mais depuis cela a pu être d'autres forêts, ou alors de grandes étendues comme des montagnes ou des bords de mer. Et puis ce sont aussi les églises anciennes ou les abbayes où l'on ressent une vie spirituelle intense... Finalement, là où se sont le plus installés moines ou ermites.

  • Bonjour,
    Merci d'être venue déposer quelques mots sur mon blog. Ainsi je découvre le vôtre.
    Votre question est très brûlante pour moi. Parce qu'un lieu m'a envoutée, où je ressens une paix immense, mon mari et moi avons changé de vie. Nous avons quitté enfants, petits-enfants (et ce n'est pas rien) pour venir vivre notre retraite dans cette région qui a redonné du tonus à mon moral souvent défaillant.
    C'est comme une renaissance mais le prix à payer est lourd de conséquences puisque nous avons mis 900 kms de distance entre nos enfants et nous.
    Le temps me dira si nous avons eu raison.
    Bonne journée

  • j'ai subi plusieurs déchirements de lieu, mais repense quotidiennement à la Villa St Paul, la maison familiale de Charentes, trop jeune cependant pour que ce soit le lieu de décisions importantes.
    Je me laisse peut-être plus porter par les ambiances et réminiscences, peut-être même les lectures

    Assis est également un nom de lieu inspirant, presque des racines, je n'y avais jamais pensé avant de voir ton billet

Écrire un commentaire

Optionnel