Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la question du lundi - Page 4

  • La question du lundi : les feuilles de platane.

    « Pour un tout jeune enfant, une feuille de platane ramassée au sol, un jour de novembre, suffit à l’émerveillement et au bien-être ».

    Cette phrase extraite de Penser comme un arbre, de Jacques Tassin, ravive des souvenirs d’enfance avec les platanes qui entouraient l’immeuble de l’enfance flanqué de deux peupliers immenses dont les feuilles ont toujours fait penser à des pendants d’oreilles. Avec les marronniers qui bordaient les rues et dont les fleurs blanches faisaient penser à Noël. Avec les chênes, les châtaigniers, les charmes et les hêtres de la forêt toute proche. Les saules-pleureurs et le majestueux cèdre du Liban du parc public aussi.
    Enfant, oui, on ramassait les feuilles de platanes en gros bouquet d’un bel ocre rouge. Il fallait trouver la plus belle des feuilles. Parfois, quand on était rentré et qu’on avait posé ce bouquet dans un petit vase, on prenait la plus belle des feuilles pour la mettre bien à plat sur du papier Canson blanc afin d’en tracer les contours. Une fois cela fait, en observant bien la feuille de platane et en faisant bien attention, on traçait à main levée les nervures. Puis on peignait sans déborder. On se souvient avoir fait faire cela aussi à des petits qu’on avait autour de soi.

    Et vous, avez-vous un souvenir avec les feuilles de platanes ramassées en automne ?

  • La question du lundi : travail manuel.

    La période des vacances s’achève. Les uns rentrent chez eux, les autres restent chez eux après avoir fait maison ou table ouvertes. Toujours agréables, ces rencontres, ces jours où on se retrouve. Mais, aïe, parfois, on sent un peu de tensions car les modes de vie peuvent diverger. Pour tenir, ici, on a un truc. Ce truc, c’est le tricot. Pendant les longs moments de télévision et de zappette ponctués de « mais y rien à voir » ou "on l'a déjà vu", les autres longs moments pendant lesquels on ne voit plus aucun visage mais que des sommets de crâne car qui regarde sa tablette, l’autre son téléphone, le troisième le téléphone de l’autre, les moments encore plus longs pendant lesquels on joue si on ne teste pas des applications diverses et variées, on compte ses mailles et on bénit le jour où on a pris goût au travail manuel.

    Et vous, quel est le travail manuel qui vous sauve de l’ennui ?