Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

se poser des questions

  • La question du lundi. Vivre avec.


    Peut-être que plus qu’une question du lundi, ce billet du jour est plutôt un billet d’humeur. Mais il semble possible de le faire ici car nombreux sont les lecteurs de ce blog, dont on connait certains depuis plusieurs années, dont on sait qu’ils vivent aussi avec quelque chose de difficile : avec la maladie soit pour eux-mêmes soit pour quelqu’un qui leur est cher, avec la souffrance, avec des limitations imposées par l’âge ou des difficultés matérielles, avec l’absence, avec le deuil, avec l’incertitude de ce que donneront demain des résultats d’analyse, des lettres de candidatures ou d’entretiens d’embauche, avec la culpabilité de ne pas pouvoir faire face encore une fois à ce qui pourrait se répéter, à la violence, et tant d’autres choses. Et pourtant, on continue à avancer, n’est-ce pas ? On s’organise. On fait au mieux. On sait ce qu’il en est, on a peur certes mais on ne fait pas l’autruche.
    Ainsi, depuis plusieurs mois, l’actualité est anxiogène et incite au total repli sur soi et à l'évitement de l’autre, généré par une peur qui empêche finalement de vivre, comme si on était déjà tous morts. Peut-être avez-vous remarqué combien le discours ambiant est négatif : il ne faut pas ou on ne doit pas ; ou bien il est interrogatif : et si quelque chose arrivait ?

    D’où la question du lundi, ou plutôt la proposition du lundi : Et si, au lieu de le laisser à part, de ne parler que de cela et d’en faire un sujet unique, on mettait le Covid-19 sur la longue liste (hélas, elle est vraiment très longue) de tout ce qui est grave sur cette Terre, comme la guerre, le réchauffement climatique, la disparition d’espèces, le cancer, le sida, la pandémie d’obésité, la pollution, la faim, la soif, les réfugiés climatiques ou politiques, la tuberculose qui tue plus d’un million de personnes chaque année dans le monde, la misère, l’esclavage, le pillage des énergies fossiles, etc, ce qui permettrait d’apprendre à vivre avec et donc d’y mieux faire face ?

  • La question du lundi. Se laver les mains.


    Ici, on pense que le bon sens réside pour une bonne part dans la simplicité mais on se demande parfois si ce bon sens n’a pas été perdu dans notre société. Ainsi, il faut qu’en cette période d’épidémie, ce soit un ministre qui rappelle à plusieurs reprises la nécessité de se laver les mains plusieurs fois par jour. Ce geste simple a été bien oublié ces dernières décennies alors que des générations entières ont été élevées en entendant constamment cette injonction : Va te laver les mains ! sans en être le moins du monde traumatisées. Quand on était enfant et que le médecin venait à la maison, on lui préparait une serviette propre près de l’évier où il allait systématiquement se laver les mains en arrivant.

    D’où la question du lundi (elle ne sera pas : Est-ce que vous vous lavez les mains plusieurs fois par jour…) : pourquoi, à votre avis, ce geste simple qui relève de l’éducation de base a-t-il été oublié ?