Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lire - Page 3

  • Bis- Passer la soirée avec Charles Juliet

    Recopier ces lignes-là, qui rassurent tellement :

    « Quand j’écris, je me préoccupe désormais
    - D’être sobre, direct, concis
    - De trouver le mot juste, l’expression juste, la structure de phrase adéquate. De trouver la justesse du ton. De n’être ni au-dessus ni au-dessous de ce qui est à exprimer.
    - De ne pas résoudre un difficile problème d’écriture par un artifice
    - De ne dire que ce que je veux dire
    - De n’employer qu’après examen les mots qui ont une histoire, un passé
    - D’être attentif aux connotations, à l’implicite, aux vibrations qui se propagent d’une phrase à l’autre
    - De veiller à l’articulation des phrases, à l’écoulement du texte, au rythme. A la temporalité
    - De choisir de préférence les mots qui se réfèrent au sensible, au concret. Donc d’éviter autant qu’il se peut ceux qui désignent des réalités abstraites. De refuser certains termes techniques empruntés à différentes disciplines
    - De faire de la musique avec les mots. Grande attention portée à leur sonorité, à leur poids, à ce qu’ils irradient
    - De m’en tenir à une intensité retenue
    - De rechercher un langage objectif, tout en veillant à lui donner de la chair, de la couleur, du relief."

  • Passer la soirée avec Charles Juliet.


    Passer la soirée avec le dernier volume du journal de Charles Juliet.
    Lire lentement. Déguster. Marquer quelques passages avec des petits post-it jaunes.

    « Ecrire, c’est lutter contre le temps et la mort. Dans la mesure où elle est le lieu de ce combat, l’œuvre doit tendre à l’intemporel ».
    « Désormais, la vie, je sais qu’elle a sa source en moi. Je ne suis plus tenté de la chercher au-dehors. »

    Il a l’air heureux, maintenant.