Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cartes de voeux

  • Moisson du 23 décembre 2020.


    Grande joie d’atteindre les 100 exemplaires vendus d’Avec la vieille dame. Bien sûr, par rapport à un succès de librairie, c’est peu sur le plan comptable ! Mais le sentiment d’avoir fait du mieux qu’on pouvait est bien là, d’avoir semé des graines par-ci par-là, et surtout d’avoir tendu la main. Un grand merci aux lectrices et lecteurs du blog sans qui cette aventure ne serait pas. Merci à ceux qui pourront commander ce livre et le feront ainsi poursuivre son chemin en 2021.

    Installer sur la vitrine les cartes de vœux qui arrivent. Elles sont toutes belles et remplies de mots si gentils !

    Brosser les chats.

    Rester dans le calme et le silence.

    Regarder une magnifique émission de télévision sur Modigliani et ensuite regarder ses tableaux en feuilletant quelques livres.

    Conseiller à quelqu’un en grande souffrance de ne pas calquer son comportement sur ceux et celles qui critiquent et donnent des blâmes, s’arrogeant ainsi, d’une façon illégitime en plus, un rôle de juge. Il faut toujours se défendre, c’est certain, mais sans s’abaisser au niveau des méchants. Lui affirmer ce qu’on croit : le Bien gagne toujours ; il ne gagnera peut-être pas maintenant, ni demain, ni après-demain, mais un jour, il gagnera, c'est certain.

  • La question du lundi : cartes de voeux.

    Au moment du repas dominical, Noël entre dans la conversation, subrepticement. On a déjà remarqué, disent certains, que les décorations sont installées dans les rues depuis octobre ; d’autres évoquent les rayons de jouets de plus en plus envahissants ; d’autres encore parlent des chapons farcis du Gers qu’ils pourraient déjà commander chez le boucher ; etc. On parle aussi du sapin. Va-t-on en faire un ? Ou pas. Cela dépend s’il y a des enfants, en fait. On va-t-on passer le réveillon ? Dans la famille de l’un, dans la famille de l’autre. On ne sait pas encore. Puis, quelqu’un dit :
    - Toi, au moins, ce que tu sais, c’est que tu vas envoyer des tas de cartes, que tu vas en recevoir beaucoup et que tu les mettras toutes sur ta vitrine.

    Et oui… Et vous, allez-vous, non pas envoyer des cartes, mais envoyer au moins une carte à quelqu’un pour qui cela compterait ? Et alors ce serait vraiment l’esprit de Noël ?