Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONTEMPLER / Liste de contemplation

  • En allant chercher le pain.

    En allant chercher le pain,

    admirer
    le premier tamaris qui offre à foison de belles panicules roses
    et aussi
    la première glycine, si douce ; elle fait penser à Sei Shônagon qu’on pourrait relire : « Les fleurs de glycine, tombant en longues grappes, aux belles nuances, sont vraiment superbes. » (1)

    penser aussi aux arbres de Judée auxquels on ne pourra rendre visite ce Printemps mais se rappeler qu'on a pu rencontrer beaucoup d’amandiers et tout autant d’aubépines juste avant

    entendre les oiseaux chanter très fort – ou bien c’est parce qu’il n’y a pas d’autres bruits qu’on entend si bien leur chant ; bien les écouter

    mesurer combien les feuilles des figuiers grandissent vite quittant ainsi le vert si clair de leur naissance pour celui de leur prochaine maturité


    (1) Sei Shônagon, Notes de chevet, page 62, éd. Connaissance de l’Orient, Gallimard, 1966.

  • Etre comme une tulipe jaune.


    En passant devant la fleuriste, ne pas résister à l'appel d'un bouquet de tulipes jaunes. La corolle est encore toute bien fermée en un ovale parfait et les longues feuilles bien rangées le long des tiges.
    La fleuriste l’emballe dans une feuille de papier et, comme on l’a appris à faire il y a longtemps, on tient le bouquet jusqu’à la maison en le tenant à l’envers.
    Là, on va chercher le vase bleu dans lequel on met de l’eau avant de délier le bouquet de son papier et de ses liens. Déjà, un déploiement.
    En posant le vase et ses fleurs sur la table, on profite pleinement de cette joie simple d’avoir pris chez la fleuriste un petit bouquet de tulipes et de pouvoir l’admirer posé là sur la table, si jaune, si clair.
    On pense alors à tous ceux qui sont empêchés de faire cela parce que la maladie les oblige désormais à confier leur corps à d’autres mains que les leurs.
    On se dit qu’en allant l’après-midi même voir quelqu’un à l’hôpital, on essaiera d’être comme une tulipe jaune. Lumineuse.