Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONTEMPLER / Liste de contemplation

  • Ciel, oiseaux, Evangiles, Frédéric Boyer.


    Contemplation : Comme chaque matin le ciel ; d’un sombre immaculé où brillent des étoiles posées çà et là, là où elles savent qu’elles doivent être pour qu’on les reconnaisse et qu’on lise leur histoire ; d’un rose tirant vers le mauve, strié des traces rectilignes d’avions invisibles ; d’un gris touffu de nuages porteurs de cette pluie que les Sioux savaient invoquer ; d’un bleu plissé de vols d’oiseaux.

    Emerveillement : Quatre petits oiseaux ébouriffés, gris jaune, posés sur une branche d’arbousier ; serrés les uns contre les autres, ils piaillent parce qu’ils sont tout jeunes et que leurs parents ne leur ont pas encore appris à chanter ; mais cela ne saurait tarder.

    Lecture : La traduction par Frédéric Boyer des Evangiles. Il faudra penser à recouvrir le livre pour le protéger, car il ira un peu partout, sorti du sac à dos lors d’attentes aux arrêts de bus ou de bateaux, dans les salles d’attentes, lors d’arrêt pendant des promenades, sur la plage au soleil.

  • Mademoiselle Libellule.

    Ce n’est pas à chaque fois mais souvent qu’une libellule volète autour du potager au moment de l’arrosage. Elle est bleue, très brillante, et ses ailes s’irisent d’un arc-en-ciel dans le soleil levant. Elle est plutôt du côté de la sauge et de la verveine, la sauge étant une plante qu’elle affectionne parait il. Une fois seulement, elle s’est posée sur le sommet d’un tuteur mais pas suffisamment longtemps pour se laisser observer ; impression que ses ailes étaient ouvertes. Est-ce donc une demoiselle ou une libellule ? Sa voltige est trop rapide pour conclure. Peu importe puisqu’à chaque fois elle laisse dans son sillage une myriade de petites étincelles comme le font toutes les fées et c’est l’enchantement qui compte. Désormais, quand elle arrive pour faire son petit tour et qu’elle ne peut se poser puisque l’arrosage matinal, en fait, dérange la tranquillité du lieu et l’empêche de prendre son bain de feuilles et d’eau, il s’agit de lui dire : Bonjour, Mademoiselle Libellule.