Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

zero dechet

  • La question du lundi : neuf ou occasion.

    Lors d’un repas dans la maison du vent, on avait fait comme à l’accoutumée une belle table et une des invitées, charmante, et gentiment charmée par la décoration, n’a eu de cesse de savoir d’où venaient assiettes, verres, serviettes, nappe, etc. A chaque fois, il lui fut répondu que tout avait été chiné, voire récupéré.
    - Tout ça ?
    - Tout ça.
    On en a profité pour lui parler d’un projet qui peut être amusant : lancé par une association qui lutte contre les déchets, il s’agit de ne rien acheter de neuf en 2018. La discussion fut drôle tout autour de la table.
    Alors, sans se donner des objectifs trop contraignants et, surtout, sans jamais adhérer au moindre mot d’ordre, on se dit ici que c’est une initiative qui peut faire réfléchir.

    Et vous ? Etes-vous neuf ou occasion ?

  • Phrase à méditer : Dans la cuisine.

    Après un énième dépôt à Emmaüs pour aider quelqu’un qui doit débarrasser une maison, on rentre. On sert un café. On le boit tranquillement. On respire. On souffle avant d’aller préparer le repas.

    « La plupart des cuisines regorgent de gadgets censés faciliter et rendre amusante la préparation : sorbetière, gaufrier, presse-panini, etc. Mais s’en sert-on réellement ? Si oui, tous les combien ? Et qu’en est-il du zesteur, des différents moules à gâteaux, des emporte-pièces, de la douzaine de sets de table, du panier à vin, de la brique à vin, du seau à champagne, du deuxième ou du troisième service de table, des marque-verres, (…) et des pieds de nappes ? Oh ! Et de la jolie bougie qu’on n’ose pas allumer ? »
    Béa Johnson, Zéro déchet, p. 72.