Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un printemps avec Georges Eliot.


En refermant Le moulin sur la Floss, roman de George Eliot paru en 1860, on se disait que c’était quand même bien dommage qu’on lise de moins en moins de romans ; les statistiques de vente de livres indiquent que les lecteurs achètent plus de livres de développement personnel que d'autres genres littéraires.
Lire un roman (un bon roman) a tellement d'avantages.
En effet, durant cette lecture,
- pas un moment d’ennui. On lit, on lit, on lit, en se rapprochant de plus en plus de la page au fur et à mesure que la lumière baisse. On trépigne d'impatience quand le repas s'éternise. On oublie de balayer. On est avide de savoir la suite ; par exemple, on se retrouve en haut de la page 466 ? Immédiatement, on se demande ce qu’il y aura page 467, et 468. Etc.
- beaucoup de moments très très drôles (On relira toujours ce passage désopilant de la tante Pullet montrant à sa sœur son nouveau chapeau).
- des familles comme on en connait bien ; des tantes, des oncles, des cousines qu’il faut recevoir à la maison, qui se mêlent de tout car ils ont un avis sur tout ; on les adore, puis on les déteste car on espérait un beau cadeau mais en fait ils sont radins.
- des pauvres malheureux, parfois même bossus et, en plus, orphelins !
- des méchants, qui envient le bien des autres, qui trompent leur fiancée
- des pères et des mères qui imposent leurs point de vue à leurs enfants qui soient adhèrent totalement, soit n’en veulent pas, mais restent finalement sous le joug d’un sens du devoir qui les mènera à leur perte.
- de l’amour – et on dit à Maggie « mais allez, allez, dis-lui oui ! » et quand elle lui dit « non », on en a les bras qui tombent.
- de la haine – et on dit à Tom : « Ecoute, Tom, c’est pas tes oignons, laisse tomber ! » et quand il cède, on a de la peine pour lui.
- des joies et des drames, des pardons donnés et peut-être pas complètement reçus, des lâchetés.
- et on peut lire en restant allongé sur un canapé, vautré à plat ventre sur un lit, en grignotant des muffins et en buvant du thé, en pyjama ou chemise de nuit, c’est selon.

Mais aussi, on poursuit encore et encore la réflexion qu’on mène depuis toujours sur les dégâts que peuvent provoquer l’étroitesse d’esprit, le respect des conventions, le quand dira-t-on, les contraintes qu’on peut s’imposer, les intransigeances qu’on a envers soit-même … Et on pense à la liberté, ce bien fondamental : Maggie fut-elle jamais libre ?

Prochaine lecture : Middlemarch.

Commentaires

  • Je suis comme toi en plein accès de littérature classique anglaise. après "Middlemarch", je viens de finir "Cranford", d'Elisabeth Gaskell : quel plaisir subtil et infini. Tu le décris très bien !

  • tu vois, et c'est drôlement aberrant, je préfère et de loin "les essais" aux romans, pourtant ce sont eux qui un jour m'ont amenée à la lecture des essais ... Zola en fut le premier, je sortais à peine de l'enfance, suivi par Sartre ... et le reste à suivi ... Il m'arrive quand-même parfois de me plonger au coeur des romans ... pour y trouver ce que tu décris : "la réflexion" !
    amitié .

  • Oh oui ! Que c'est bon de lire un bon roman, que c'est délicieux ! Un moment pour lequel on se réjouit , un moment bien à soi pour lequel on peut laisser de côté une tache ménagère qui attendra,. Une fois le livre terminé, on se trouve on manque . Et il faut attendre un peu avant de retrouver un autre roman dans lequel on plongera.
    Bonne journée
    Amitiés

  • Ne critiquons pas les livres de développement personnel. Quoi qu'on en dise sur leur pauvreté... Ils sont déjà une approche de son âme et de celles des autres. Je suis toujours empreinte de la bonté de thich nhat Hahn.
    Les romans sont un monde réduit du vaste monde. Ils en ont la saveur et la puanteur. Je viens de terminer la nuit. Vie dans un ghetto roumain. Tu y vis l'humanité de ranek bonhomme normal survivant tel un animal, un loup affamé. La nation de bien et mal y est intégré.
    Par contre il m'arrive de lire moins vite pour rester dans le cœur du livre.
    Chaque roman à son étoile. Bises et merci.

  • Mais bien sûr, tous les livres de développement personnel ne sont pas à rejeter ! D'ailleurs, je ne classe pas du tout dans cette catégorie les livres de Tich Nhat Hahn qui est pour moi plutôt un grand maître spirituel.
    Merci pour ce commentaire. Merci pour ta fidélité à ce blog.
    Bonne journée.

  • Un titre déjà noté chez Dominique. Bravo pour la défense de la lecture du roman, du bon roman, d'ailleurs parfois riche en indications sur le développement personnel, mais pas à la manière des selfies. De quoi développer l'empathie aussi.

  • rien pour moi ne remplace le roman, j'aime l'histoire et lis avec plaisir un livre sur un sujet historique, j'aime les récits de voyage et je suis prête à m'embarquer pour une destination inconnue, mais voyager dans l'imagination d'un auteur, voir se créer devant nos yeux des lieux, des personnages, une histoire, c'est pour moi le nec plus ultra de la lecture
    je ne m'identifie pas aux personnages, je fais pire, je vis à leur côté, j'ai pour eux une empathie énorme, parfois beaucoup de compassion, parfois si je ferme les yeux je vois leur intérieur ou la campagne qu'ils parcourent
    oui oui je sais ce n'est guère raisonnable mais cela aide tellement à vivre

  • Merci pour ce commentaire qui résume bien ce que je ressens aussi en lisant de bons romans, de vrais romans. Je profite de cette réponse pour vous remercier de m'avoir rappelé à quel point j'aimais George Eliot. Vous êtes une incorrigible tentatrice, certes, mais surtout une vraie critique littéraire qui donne envie de lire.
    Bonne journée.

  • Merci mille fois partager avec d'autres un plaisir de lecture je crois que c'est le moteur de mon blog moi qui peut lire des heures durant mais qui ai tellement de mal à vaincre ma paresse pour écrire

  • Fan de lecture, fan de romans, Et les personnages ne sont pas des héros de papier pour moi , ils sont mes amis ou mes ennemis. Tant de belles heures passées à leurs côtés.

  • Et surtout pendant la lecture d'un roman : on s'oublie. Quel bonheur de quitter les rives de notre quotidien pour aller papillonner ailleurs….

  • J'aime aussi ces bons romans (j'en ai 5 chez moi de G Eliott, lus bien sûr!), Je vois que quelqu'un propose Cranford de Gaskell, une auteur à ne pas laisser de côté non plus.

  • Un bon roman est un délice dans lequel je plonge toujours avec volupté. Je pense souvent dans la journée aux retrouvailles ! La lecture peut sauver de beaucoup de choses, les romans font grandir, réfléchir autant que les livres de développement personnel. Ces derniers théorisent, les personnages de roman vivent, mettent en pratique.
    Merci Marie et belle journée ! Bises Claudie.

  • Oh comme vous avez raison, rien ne vaut un bon roman. J'aime lire de la "non-fiction", mais toujours je reviens au roman qui apporte des émotions incomparables et souvent plus d'aide que les livres de développement personnel.

  • Je ne sais pas si on lit vraiment moins de romans... mais ce serait vraiment dommage.
    Belle description de tout ce qu'on y trouve.
    Merci pour ces réflexions.
    Passez une douce journée.

  • J'aime alterner les styles, les époques et les genres... Tu as raison, il y a de plus en plus de livres de développement personnel, ils disent souvent la même chose d'ailleurs. Les gens seraient-ils plus attirés par leur nombril que par leurs rêves ? À méditer, bises printanières. brigitte

  • Je fais partie de ceux qui continuent à lire quasiment que des romans, les livres de développement personnel ne m'intéressant pas réellement ... ou du moins pas en tant que lecture comme je l'entends (mais plutôt je feuillette et lis ce qui m'intéresse) !

  • Quel magnifique commentaire ! Les livres de développement personnel ont tendance à me tomber des mains et on en apprend tellement plus en lisant autre chose dont....des romans.
    Je suis en train de lire "Middlemarch" (Dominique ayant encore frappé !). J'admire énormément la capacité de George Eliot à créer un monde aussi vrai et complexe. De plus quelle culture, dont bon nombre de références qui m'échappent d'ailleurs. Et quel sens de l'image juste. Certaines sont des perles. Bonne lecture dans n'importe quelle position et n'importe quel accoutrement !

  • Quel billet qui donne réflexion. Ça fait longtemps que je veux lire 'Le moulin sur la Flosse' mais j'ai d'abord acheté 'Middlemarch' que je voulais lire entre deux romans, par tranche de 100 pages à la fois. Il en compte 800 et des poussières. J'ai même fait venir le dvd fait par la BBC. Votre billet me donne très envie de m'y replonger. Si vous êtes d'accord, je mettrai ce billet en lien dans ma newsletters de mars. :)

  • Merci pour votre proposition de mettre ce billet en lien sur votre blog et c'est bien volontiers que j'accepte. J'en suis très touchée. Je suis plongée dans Middlemarch et je prépare aussi une note à ce propos. Je n'ai jamais vu les adaptations télévisées faites par la BBC mais cela me tente bien. Après Middlemarch, Silas Marner. C'est une joie que de se plonger dans des volumes aussi épais.
    Bonne journée.

  • Bonjour bonheur du jour, je ne lis pratiquement que des romans. Des ouvrages sur le développement personnel, cela ne me viendrait pas à l'idée. Rien de ne vaut une bonne histoire. Bon fin d'après-midi et les jours ont bien rallongé.

Écrire un commentaire

Optionnel