Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Recevoir / Donner.

Il est bon d’aller dans la forêt et d’en revenir avec les cadeaux qu’elle offre : paysages, couleurs, senteurs, chants d’oiseaux. Quand on peut, aussi, croquer quelques arbouses bien mûres, remplir le sac de mousse et de lichens pour la crèche, de branches de houx et de lentisques pour les couronnes de l’Avent et de Noël, de pommes de pin pour jouer à les peindre avec les enfants, la joie s’accroît. Si, en plus de tout cela, la cueillette des champignons est abondante, la joie se gonfle encore car on puise là, dans cette nature, de quoi se nourrir. Mais quand on peut donner ce qu’on ramasse et penser à celui ou à celle à qui on donnera, alors on entre dans un équilibre bienfaisant : recevoir / donner.
Ainsi des champignons ramassés vers l’Issemble qu’on amène à celui qui fut un grand marcheur des bois, un fin cueilleur de champignons, un connaisseur de sentiers improbables dans les bois touffus. On lui dit : « Tiens, regarde, je t’ai ramené ça de la forêt. » Il arrive en faisant rouler son fauteuil, tend sa main à la peau tannée et qui tremble déjà un peu. Il s’exclame malgré tout : « Oh ! des sanguins ! ah, ils sont beaux ! Oh, mais dis donc, c’est des girolles, ça… Elles sont magnifiques ! Des ceps, tu as trouvé des ceps… des petits, ah, et là un gros, oh la la, on va se régaler ! Et des rouges aussi ! Oh, et ces coulemelles, ah, c’est la bonne taille pour les coulemelles… Ah, merci. » Les yeux brillent, de plaisir ou de larmes retenues, on ne le saura pas vraiment car ici on reste toujours très pudique sur ses sentiments. Il continue un bon moment à prendre entre ses doigts les champignons qu’il étale sur la toile cirée de la table de la cuisine. « Ça sent bon. » Il se met à parler de la forêt. On lui précise bien où on est allé et il se souvient de cet endroit : « On voit bien le Coudon de là, hein ? et il y a des arbousiers magnifiques. J’aimais bien aussi aller aux Mayons. J’ai toujours trouvé abondance de safranés là-bas. » Puis, il ajoute : « Allez, garrí, on va les nettoyer ces champignons. Tu restes à manger, hein ? »

Commentaires

  • La vie dans ce qu'elle a de plus beau !

    Merci, Marie, c'est exactement ce que je voulais lire,
    en ce début de journée grise !

  • Ah la fête autour de ce partage entre la cueilleuse et celui qui a reçu, la fête pour nous qui vous lisons !

  • Bonjour Bonheur du Jour. Quelle belle poésie que ce billet du jour, une belle balade au milieu des bois que de cadeaux en retour.
    Belle journée à vous.

  • Et cette période est le temps de l'offrande, offrande pure qui vient du coeur, j'ai aimé ta balade et ton offrande, merci pour ce beau moment.
    Belle journée

  • Recevoir, donner quelle belle danse infinie... Merci de nous partager votre bonheur à tous les deux... Qui se propage vers nous . Et que nous donnerons aussi. Bises

  • même sans ton article, je pense à mon père parti il y a dix-sept ans aujourd'hui, et je me souviens du fait de te lire, de son regard pétillant quand je le conduisais voir son jardin ...
    je sais combien ému a dû être ton ami !
    amitié .

  • Quelle jolie page, généreuse, réconfortante ! Ce monsieur assis, qui arpentait sans doute autrefois bois et garrigues de ses longues enjambées, a reçu de vos mains un fabuleux trésor.

  • Je suis très touchée par l'attitude de la personne qui a reçu/accepté le don avec tant d'émotion... Merci, Marie, pour ce beau billet.
    Je t'embrasse et te souhaite une paisible fin de soirée.

  • J'aime cet échange l'un apporte des champignons et fait remonter de doux souvenirs à l'autre. C'est touchant.. Bonne journée et merci de ce partage

  • Que c'est beau..
    Cela me revoit au visage du grand-père de mon époux... Merci

  • Des moments où les cœurs gonflent de ces p'tits bonheurs pudiques, merci pour ce partage me rappelant de bien bons souvenirs.

Écrire un commentaire

Optionnel