Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres du matin / du sac à main / du soir.


Le matin, poursuite de la relecture du Journal d’Anne Frank et écriture à son propos. « Les gens libres ne pourraient jamais concevoir ce que les livres représentent pour les gens cachés. Des livres, encore des livres, et la radio. » (1) ; l’ode au stylo… (2)
Dans le sac à main, le journal quotidien et le carnet d’écriture.
Le soir, L’or du temps, de François Sureau ; un gros livre de près de 900 pages, qui se lit lentement, est magnifiquement bien écrit, pèse aussi son poids de culture, fait réfléchir, fait découvrir, donne envie de marcher tout autant que de rester chez soi à lire et à écrire.

Prochaines lectures :
Camille Pascal : La chambre des dupes
Jules Supervielle : Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus.


(1) Anne Frank, Journal, Ed. Livre de Poche, n° 287, 1970, p.101
(2) Id, page 129

Commentaires

  • François Sureau m'enthousiasme, à l'écrit bien sûr,
    mais surtout à l'oral : un fleuve majestueux, plus proche
    de la Loire que de la Seine qu'il suit dans "L'or du temps" !

    Dès que je l'entends, me revient cette ample musique
    de Péguy : " Le long du coteau courbe et des nobles vallées..."
    L'érudition et l'humour nous sauvent de la tristesse des jours actuels .

    Avec toute mon amitié, Marie !

  • Jules Supervielle, un nom qui fleure l'enfance et les livres de classe.
    Bon dimanche Marie

  • J'ai retrouvé ce poème qui trottait dans ma mémoire :

    Mathématiques

    Quarante enfants dans une salle,
    Un tableau noir et son triangle,
    Un grand cercle hésitant et sourd
    Son centre bat comme un tambour.

    Des lettres sans mots ni patrie
    Dans une attente endolorie.

    Le parapet dur d'un trapèze,
    Une voix s'élève et s'apaise,
    Et le problème furieux
    Se tortille et se mord la queue.

    La mâchoire d'un angle s'ouvre.
    Est-ce une chienne ? Est-ce une louve ?

    Et tous les chiffres de la terre,
    Tous ces insectes qui défont
    Et qui refont leur fourmilière
    Sous les yeux fixes des garçons***.

    Jules Supervielle ("Gravitations" - 1925).

    NB : *** L'école de Supervielle n'était pas encore mixte.

  • Cet Or du temps, je viens d'en lire un peu plus, me tente beaucoup.
    Merci et bonne journée Marie.

  • Je lirai le François Sureau, tôt ou tard. Peut-être en poche pour pouvoir le transporter plus facilement. En ce moment je lis Anne Pauly (Avant que j'oublie) et Eduardo Fernando Varela (Patagonie route 203, assez étrange)

  • Les livres, sources de vie... Bon dimanche entre lectures et écritures, Marie.

  • Le temps de l'automne est propice à la lecture.. merci pour ces belles recommandations

  • J'ai relu il n'y a pas longtemps le Journal d'Anne Franck et lu il y a quelques jours la Chambres des Dupes,c'est un livre magnifique.
    Belle journée

  • Dans ma bibliothèque, une étagère entière est consacrée aux livres à lire, et j'aime qu'elle soit bien garnie. Il y en a que cela rassure d'avoir des réserves de pâtes ou de farine, moi ce sont les livres qui m'apportent un semblant de réconfort.
    Je viens de quitter à regret la famille Cazalet (Etés anglais) et me réjouis de les retrouver dans un second tome !
    Belle fin de journée,
    Dominique

  • De beaux choix! Merci de nous indiquer le livre de François Sureau .
    Bonne fin de dimanche!

  • François Sureau, ah je note! Ainsi que ce que disent certains commentaires. Merci, Marie!

Écrire un commentaire

Optionnel