Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

boris cyrulnik - Page 4

  • Passer la soirée avec Boris Cyrulnik et Edgar Morin.

    Passer la soirée (et quelques autres, et quelques trajets aussi, et une réunion pendant laquelle on reste bien au fond pour ne pas être vu), à lire Dialogue sur la nature humaine, de Boris Cyrulnik et Edgar Morin, un joli livre qui fait aussi plaisir aux yeux grâce aux dessins de Pascal Lemaître.
    Ça vole haut, dans ce livre. Ça fait réfléchir, ce livre. Ça met des mots sur ce qu’on pensait mais qu’on n’arrivait pas forcément à formuler comme on le souhaitait. Et parfois, ça donne envie de redevenir un enfant, tout à la fois sage, joyeux et inventif.
    On en reparlera.



  • Identifiée par le bonheur.

    Il arrive souvent que des lecteurs de ce blog s’interrogent sur la capacité qui apparaît dans ces pages de ne voir que le bon côté des choses. Comment expliquer que cela soit possible ? Comment expliquer, sans pour autant être sentencieuse et sembler être une donneuse de leçon ?
    Et puis voilà un livre qui vient – oui, je le répète, on est choisi par les livres : il s’agit d’Ivres paradis, bonheurs héroïques, de Boris Cyrulnik. Une phrase trouvée page 22 va aider à expliquer : « Un malheur nous identifie ».
    Durant de longues années, trop longues, il apparaissait que seul le malheur donnait sens, puisqu’il était omniprésent : deuils, violences, maladies, …. Dans un certain sens, toute tragédie était bonne à vivre : qu’aurait-on fait sans dispute, sans aigreur, sans regret, sans douleur ? On se croyait vaillante puisqu’on luttait en permanence. On se croyait forte puisqu’on devait affronter tant de chagrins. Vivre, c’était tout à la fois subir et combattre. Un combat comme celui de Sisyphe, vain. On ne savait pas que c’était vain.
    Et puis un jour, tout a changé. On ne peut pas l’expliquer. Tout simplement, un matin, on fut identifiée par le bonheur, même si les deuils, les violences, les maladies, les soucis, etc. continuèrent, parfois même jusqu’au paroxysme puisque tout ce petit monde contestait vaillamment afin de garder sa suprématie.
    Ainsi, à chaque jour sa petite mort ou ses petites morts, cela dépend – mais aussi, à chaque jour, son petit bonheur, ou ses petits bonheurs, cela dépend. Ce n’est pas mathématique, mais c’est le bonheur qui gagne. Toujours. Pas toujours tout de suite. Mais toujours en fin de compte.