Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jane austen

  • Moisson.


    Ecouter Boris Cyrulnik parler de résistance, de résilience, d’isolement et de fragilité, de médias, de réseaux sociaux et de poésie.
    Ecouter plusieurs versions du Trio n°2, op. 100 de Schubert sans se lasser aucunement.
    Terminer Raison et sentiment de Jane Austen ; laisser avec regret cette si douce Elinor, plein d’empathie.
    Commencer la relecture d’Orgueil et préjugés. Ah, Monsieur Darcy …
    Après avoir regardé l’émission de Sylvain Tesson, Dans le sillage d’Ulysse, sortir pour aller voir la mer qui est juste à côté.



  • Livres du matin / du midi / du soir.

    Le matin, ce livre incontournable, magnifique, essentiel, livre-chevalier, Le monde du silence, de Max Picard. On y retrouve des passages forts, comme celui de la page 49 sur la parole dépouillée du silence : « chaque parole est donnée dans cette rumeur générale qui est tout autour de l’homme, c’est-à-dire que tout émerge continuellement de cette rumeur et y disparait continuellement. »
    Vers le midi, souvent pendant que le déjeuner est en train de se préparer, le journal quotidien – bien qu’on le reçoive irrégulièrement, on en garde un par jour. En alternance avec des poèmes d’Hölderlin à propos duquel on a regardé un documentaire très intéressant sur Arte.
    Le soir, retour encore à un essentiel : Raison et sentiments, de Jane Austen. « La famille Dashwood habitait depuis longtemps dans le Sussex. »