Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mimosa - Page 3

  • La prochaine floraison.


    Pendant que la pluie s’abat sur toutes les plantes qu’on a mises dehors pour qu’elles s’abreuvent, ouvrir le grand parapluie et aller chercher le courrier dans la boîte aux lettres posée au milieu du chemin.
    En montant l’escalier, sentir le parapluie s’accrocher à des branches et relever la tête pour l’en enlever.
    C’était ce qu’il fallait : lever la tête, regarder au-delà du bout des pieds pour se rendre compte non seulement que le ciel, dans un coin s’éclaircit et se prépare sans doute à une accalmie, mais aussi que le mimosa lui se prépare à fleurir. Peu importe qu’on soit en automne, que le déluge s’abatte sur le monde, le mimosa ne défaille pas : il ira au bout de ce qu’il doit être : fleurir.
    En effet, c’est dans les palmes de ce bel arbre que la pointe fine du parapluie s’est accrochée. Il faut les regarder : des hampes vert clair ont poussé ; elles sont pleines de ces très légers renflements dont on sait qu’ils deviendront ces fleurettes jaunes hérissées de minuscules épis-rayons - comme une multitude de soleils.
    Après avoir récupéré le courrier dans la boîte aux lettres et évité au retour de bousculer la prochaine floraison, relire Le mimosa, de Francis Ponge.


  • Le butin de la balade.


    Rentrer de la balade du jour avec :
    - Une branche d’olivier
    - Une branche de mimosa
    - Une branche de forsythia
    - Deux iris
    - Quatre pissenlits
    - Un peu de lierre
    - Quelques herbes folles
    - Trois fleurs d’amandiers et une petite violette glissées dans le carnet