Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mimosa

  • Dernière maraude de mimosa de la saison.

    On opère, entre le chemin de la Morvenède et l’avenue Kiesling, ce qui sera sans doute la dernière maraude de mimosa de la saison puisque dans les panicules épaisses aux fleurs plus que dodues apparaissent des signes de flétrissures.
    Après avoir escaladé un petit muret, on arrive à couper une branchette encore claire.
    Tout près, un jasmin d’hiver déploie ses tiges tel une fontaine. On mêle alors mimosa et jasmin d’hiver.
    Et on rentre.

  • Les pompons du mimosa.

    Les petits pompons du mimosa vivent leur histoire d’hiver. Certains sont encore bien à l’abri dans leurs billes vertes et leur rassemblement pour éclore en belles panicules font déjà ployer les branches. Rue Paul Signac, on en prend une entre les paumes ; on sent les fleurs impatientes - le parfum vibre déjà. Juste à côté, des hampes déjà fleuries offrent moult grappes de ce jaune vif incomparable : c’est le jaune mimosa – il est temps de se livrer à la première maraude de la saison. On mettra le petit bouquet dans le vase bleu ramené d’Italie et on pourra ainsi le faire voyager dans la maison au gré des moments : sur la table pour le déjeuner, sur le guéridon l’après-midi pendant le tricot, sur le bureau quand on fera le courrier. Il est possible, d’ailleurs, qu’on glisse quelques boules étoilées dans une lettre, qui sait.