Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

envoyer des cartes de voeux

  • La question du lundi : envoyer des cartes de vœux

    Le sujet a déjà été évoqué mais tant pis. C’est agréable d’en parler. Rechercher les cartes, en faire quelques-unes éventuellement, les écrire, les poster (avec de jolis timbres)… Ici, on a de la chance : on envoie des cartes de vœux et on en reçoit. Parfois, on en envoie sans avoir de réponse, mais ce n'est pas important. Un premier envoi concerne les vœux de Joyeux Noël. Un second les vœux de Bonne Année.

    La période des fêtes de fin d’année n’est pas toujours facile à vivre pour certains : nostalgie, absences, solitudes, maladies, ruptures sociales, misère laissent en marge de l’affairement consumériste de la préparation des réveillons divers. Mais recevoir une carte de vœux, cela fait toujours plaisir.

    Enverrez-vous des cartes de vœux cette année ? Et tout particulièrement à quelqu’un que vous savez être en difficulté ?
    Oh oui, si on faisait ça... Ce serait gentil.

  • La question du lundi : cartes de voeux.

    Au moment du repas dominical, Noël entre dans la conversation, subrepticement. On a déjà remarqué, disent certains, que les décorations sont installées dans les rues depuis octobre ; d’autres évoquent les rayons de jouets de plus en plus envahissants ; d’autres encore parlent des chapons farcis du Gers qu’ils pourraient déjà commander chez le boucher ; etc. On parle aussi du sapin. Va-t-on en faire un ? Ou pas. Cela dépend s’il y a des enfants, en fait. On va-t-on passer le réveillon ? Dans la famille de l’un, dans la famille de l’autre. On ne sait pas encore. Puis, quelqu’un dit :
    - Toi, au moins, ce que tu sais, c’est que tu vas envoyer des tas de cartes, que tu vas en recevoir beaucoup et que tu les mettras toutes sur ta vitrine.

    Et oui… Et vous, allez-vous, non pas envoyer des cartes, mais envoyer au moins une carte à quelqu’un pour qui cela compterait ? Et alors ce serait vraiment l’esprit de Noël ?