Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La promenade du soir.

Après dîner, on part faire un petit tour dans le quartier, jusqu’à la baie et retour. Le soir d’été lutte encore un peu avant de laisser sa place à la fin du jour mais on a bien compris qu’il en sera ainsi maintenant : il partira de plus en plus tôt car c’en est bien fini de l’été plus fort que tout. En haut de la côte, déjà on aperçoit la mer. Et quelques bateaux posés pour la nuit. Il n’y a même pas de clapotis sur la berge car les navettes aussi sont rentrées. On s’assied un instant sur le muret dont la pierre est tiède. Au retour, on fait des pauses à chaque figuier respirer leur parfum tantôt âcre tantôt sirupeux et on joue à poser pour la mesurer la main sur quelques feuilles. C’est le figuier qui gagne à ce jeu-là. Après avoir tourné au carrefour, ce n’est plus le même parfum qui règne. C’est celui des belles-de-nuit. Il est frais, et même lumineux comme le jaune des fleurs en corolle. On peut récolter trois ou quatre graines. On les pose le long du mur de la maison, au cas où.

Commentaires

  • Bonjour. Ici aussi, l'automne s'est invité peu à peu. Il neigeait même en altitude samedi dernier. J'avais prévu d'aller marcher un peu mais j'ai vite déchanté dans la tempête de neige. Alors je suis allée écouter un petit festival mais fort sympathique qui se tenait dans la hall d'arrivée du télécabine. J'ai eu le plaisir d'écouter les Quatre saisons de Vivaldi avec Michael Guttmann en grand maître. C'était merveilleux pendant que les flocons virevoltaient dehors.
    Belle journée et profitez bien encore des belles journées qui restent. Si, si, il va en avoir encore quelques-unes. Bises alpines.

  • Comme j'aime ton évocation à l'automne qui s'annonce doucement, tranquillement...
    La poésie des saisons qui passent et rythment nos vies est essentielle et nourricière.
    Cette promenade a fait écho en moi.

  • Les belles de nuit sont un régal pour les yeux...mais attention 2 ou 3 graines et dans deux ans c'est l'envahissement ! les figuiers je les aient laissés dans mon sud...
    (j'aime beaucoup te lire)

  • Merci d'être passée. La connexion échoue quand je veux aller sur votre blog.
    Bonne journée.

  • "Ces mains ouvertes
    Fraîches comme le cours des rivières
    Et qui appellent........." Anne Perrier
    J'aime beaucoup cette idée de jouer avec un figuier gagnant!

  • une impossible pluie d'été
    sur nos cœurs secs.

    Bonne journée.

  • Ici aussi, on sent que le changement de saison arrive, trop vite même. On aimerait garder encore un peu d'été et de jours plus longs.

  • L'été s'en va. Il pousse ses derniers soupirs.....L'automne est tapis dans un coin et ne demande qu'a se montrer. Quand les feuilles commencent à tomber un certain spleen m'envahit.

  • Oui, elles sont violettes ces soirées.
    Merci de votre passage. Bonne journée.

  • C'est vrai que le soir tombe de plus en plus tôt... mais je n'ai pas vraiment pu profiter de l'été.
    Passez une douce soirée.

  • Doucement l'été s'en va pour faire place à l'automne qui vient à petit pas. Les soirées ont changé et l'air est plus frais.
    Merci de votre beau billet où j'ai l'impression de voir la mer et le muret encore tiède.
    Douce soirée.

  • Et la lune ? Elle était toute à sa rondeur, elle ajoutait une poésie supplémentaire... Beau mercredi Séraphine. brigitte

  • Merci pour cette douce promenade du soir ! J'aime l'arrivée de l'automne, la forêt est si belle... J'ai souri pour le jeu de la main et de la feuille de figuier. Bises.

  • C'est maintenant que j'aimerais aller en Provence (Ou en Méditerranée). Pas quand il fait trop chaud. Quand je suis allée à Carqueiranne et à l'île de Porquerolles en février 2016, c'était merveilleux... Venir de Belgique où il faisait atroce (nous étions parties sous une pluie battante, une amie et moi et nous sommes rentrées sous une pluie battante), et pouvoir faire une sieste dans une vigne... Dehors, c'était le rêve. J'ai gardé un caillou de Porquerolles. La vigne n'existe plus paraît-il.

  • Au nord aussi le jour s'en va de plus en plus tôt, et le gris est revenu dans le ciel, il fait presque froid. J'ai découvert les belles de nuit à l'ile de Ré, je ne me lassais pas de contempler le parterre qui fleurissaient partout le long des murs.

  • Les saisons qui se terminent sont toujours des instants privilégiés calés entre regrets et promesses de retrouvailles!

  • Ici, l 'automne lance ses premiers boulets.. pluie, baisse des températures.. où est la belle arrière saison de l'année passée ?

Écrire un commentaire

Optionnel