Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : la possibilité d’une seconde vie.

On a lu dans Le Monde un article paru mi-août du philosophe François Jullien, dont le titre est : « Nous pouvons tous vivre une seconde vie ». Il y explique que celle-ci, la seconde vie, s’installe progressivement : « Il n’y a pas de nouvelle vie, seulement une possibilité qui se promeut à notre insu, très discrètement et qui permet l’apparition d’initiatives. Ce n’est pas de l’ordre de la rupture mais de la transition. »

Quand l’auteur évoque cette seconde vie, il ne s’agit pas de celles qui surgissent d’un drame soudain et imposent une nouvelle forme de vie, non choisie. Il évoque, d’après ce qu’on a compris, les prises de conscience qui, progressivement, font mesurer ces tensions empêchant d’être en harmonie avec soi-même ; prises de consciences qui mènent à la suite d'un chemin dont on ignorait l'existence à un choix clair, net, précis, pas toujours confortable tout d'abord mais qui permet de se déployer comme une fleur à l'aurore.

On est assez d’accord avec sa vision des choses.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Commentaires

  • Ne serait-ce pas de l'ordre de la sagesse qui permet, le temps ayant fait son ouvrage, de nous rendre un peu plus libre ?

  • Comme dans une mise au point optique, chaque jour qui passe
    affine notre vision du monde, intérieur et extérieur .

    Et, progressivement, nous parvenons à une image harmonieuse :
    chaque élément prend sa place, les choses importantes surnagent,
    les accessoires s'effacent, nous avons trouvé le secret de la...
    CLARTÉ !

    Beau jour de rentrée dans nos nouveaux mondes !

  • Ce "chemin dont on ignorait l'existence", voilà exactement ce que je découvre doucement en moi depuis quelques années et je mets ça tout simplement sur le compte de l'âge et de la sagesse qui va avec...

  • Il y a certes une évolution indispensable et chacun suivra celle où l'entrainent les tendances propres à sa nature et les découvertes qu'il accueille et en fait son miel. Pour moi , je fais mon bonheur de cet phrase de St Paul dans sa seconde Epître aux Corinthiens : " Si quelqu'un est dans le Christ , il est une création nouvelle: l'être ancien a disparu, un être nouveau est apparu ".
    Un "être nouveau " jamais définitif , mais de plus en plus orienté vers cette nouveauté . Quel paradoxe !
    Béatrice

  • Tout à fait d'accord avec ce texte. La vie est une alchimie profonde qui transforme l'être à condition qu'il soit capable de prises de conscience et de remises en cause. Cela peut même constituer un changement profond.
    La vie n'est pas obligation mais apprentissage et découverte

  • C'est la phrase de Saint Paul que je retiens ce matin. Aller dans le Christ que nous sommes chacun. Avant le retournement pour aller vers Soi (Annick de Souzenelle), il y a dispersion, non existence. C'est le oui de l'abandon à soi, le voyage de l'intériorité qui ouvrent toutes les possibilités d'un changement. Je trouve que les mots "seconde vie" sont maladroits. Je préfère "accueillir le changement". Une autre vie de "tout est pareil mais tout est différent".
    Ceci dit François Jullien est un philosophe remarquable : "Du temps", "Figures de l'immanence", "La grande image n'a pas de forme"... Sa connaissance de la Chine lui donne un autre regard.
    Joli lundi.

  • Bonjour.
    Je suis assez d'accord avec ce philosophe que cette forme de seconde vie ne peut apparaître que progressivement, au fil des années et au fur et à mesure de l'expérience que l'on acquiert dans la vie.
    Mais on peut aussi croire qu'une autre vie est possible dans l'immédiat, quand par exemple c'est l'heure de la rentrée, que de nouvelles résolutions l'accompagnent.
    Je préfère dire un "changement" de vie car comme "christinegio" (dans son commentaire ci-dessus) je trouve que l'expression "seconde vie" n'est pas appropriée.
    Belle rentrée à toutes et tous.

  • je traverse cela depuis quelque temps et certes, c'est inconfortable mais plus fort que soit, quelque chose se fait qu'on ne voit pas encore

  • Cela rejoint en partie ce que disait Confusius et que j'avais noté: "On a deux vies et la seconde commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une".
    Bonne journée Bonheur.

  • Nous en avons peut-être plusieurs, les choses changent ou évoluent, chaque matin voit naitre un jour nouveau dans un domaine, il me semble... Belle journée de Septembre Séraphine. brigitte

  • C'est difficile de répondre quand la seconde vie, après un moment de transition, s'est construite après une rupture. Après tout, dans la situation ancienne, je n'envisageais plus de seconde vie comme étant possible, du fait de la situation dans laquelle je me trouvais, donc, j'ai bousculé cette vie-là et commencer l'autre n'a donc pas été facile.

    Toutefois, après quelques tâtonnements, j'ai exactement fait ce que j'avais eu l'idée de faire, en ne le croyant toutefois pas possible. Eh bien oui, cela a été possible. Tant bien que mal.

    Si l'on reste dans une situation donnée, l'évolution est sans doute possible, mais autrement (et je ne puis dire comment).

  • je suis d'accord avec ce texte, je pense qu'il est important de savoir écouter ses ressentis.
    Bon lundi

  • J'aime cette notion de transition, de légère inflexion plutôt que de bouleversement...et c'est infiniment plus rassurant. Cet article a touché beaucoup de monde, il doit faire résonner quelque chose. Marie Paule Faure en parle dans le dernier post de son blog. Belle journée à toi.

  • Transition plutôt que rupture, j'adhère tout à fait à ce point de vue et je retiens ceci qui aide à garder le cap : "pas toujours confortable tout d'abord mais qui permet de se déployer comme une fleur à l'aurore". Merci et bonne semaine, Marie.

  • D'abord bien d'accord et en plus je mets mon interprétation, on peut vivre sa vie quotidienne à laquelle on est obligé, le boulot les obligations, plutôt si cela ne nous plaît guère...mais on peut se faire une autre vie parallèle, vie de loisir, la vie des amours, l'amitié, la volonté, une vie qui nous comble!

  • Comme François Julien , Alexandre Jollien parle de la découverte des chemins de sa nouvelle vie ... Quand on connait son parcours et son courage par rapport à son handicap on reste admiratifs ..Avec François , Alexandre nous prouve dans ces différents écrits que tout est toujours possible si ...on se met en route ... :-)

  • Ce chemin décalé est difficile;
    .Aujourd'hui encore aucun soleil inconnu ne brillera ...;
    Mais la pensée de cette fleur qui se déploie à l'aurore est importante

  • j'aime cette idée, certainement très chinoise car l'idée non d'une rupture mais d'un changement est très taoïste
    Un philosophie que j'ai beaucoup lu et que j'apprécie

  • J'avoue que je n'ai pas de réponse à ta question... je me demande si nous avons vraiment le choix de décider.

  • J'y crois beaucoup moi aussi. Le temps passant, nous évoluons dans notre manière de voir la vie, de vivre son quotidien. Nous nous connaissons mieux aussi, ce qui permet d'être plus précis dans ses choix, car on sait ce que l'on ne veut plus et la direction à prendre devient plus facile, apaisée.

Écrire un commentaire

Optionnel