Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Passer la soirée avec Emma Bovary.

Le matin, on a terminé la lecture d’un livre fort, Une seconde vie, de François Jullien, livre arrivé à point nommé dans ce temps de jachère qu’on est en train de vivre et qui va se poursuivre, on le pense, encore un certain temps. A plusieurs reprises, dans cet ouvrage, on a compris combien les livres étaient importants pour l’auteur : des compagnons de vie.
Et qui dit être lecteur, dit être re-lecteur. François Jullien a tant relu qu’il en parle avec une belle expérience : « ce livre, maintenant, je le reprends. Je peux enfin commencer à le choisir. (…) Car la re-lecture n’est plus pressée de tourner la page : la présence en est l’horizon suffisant ». (page 162).
Ici, on a toujours beaucoup relu. Bien souvent, un livre qu’on a beaucoup aimé, on le relit une deuxième fois tout de suite. Il y a aussi les relectures qui durent depuis des années ; par exemple Le rivage des Syrtes, de Julien Gracq, La Princesse de Clèves, de Mme de La Fayette, et bien sûr La recherche du temps perdu, de Proust.
François Jullien parle de Madame Bovary. On ne l’a relu qu’une fois. Il y a longtemps. Sachant qu’un livre vient à la lecture à bon escient et que re-lire « permet (…) un redéploiement des possibles » (page 168), on reprend Madame Bovary sur les étagères de la bibliothèque. En voici la première phrase : « Nous étions à l’étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre. »


Commentaires

  • C'est vrai , le suc d'un livre , c'est sa relecture ! Un retraité m'a dit un jour :
    « A mon âge , on ne lit plus , on relit !» Je comprends à mon tour ce qu'il voulait dire . Et je ne garde que les ouvrages que je suis certaine de relire ; mais je me connais mal , j'ai du plus d'une fois racheter le livre trop vite éliminé de l'étagère !
    Bonnes lectures !
    Béatrice

  • C'est comme de réécouter une oeuvre musicale, de relire un poème, de revoir un tableau... Pure contemplation. Et cette phrase en valait, effectivement, la peine...

  • Quel beau billet ...
    La lecture mais la relecture de nos auteurs, des années de vie après, quand le temps a passé, qu'on a grandi encore, qu'on ne voit pas les choses de la même manière, qu'on comprend mieux, ou qu'on n'avait pas vu, lu tel détail qui nous retient ...
    L'art lecture, finalement, c'est toute une vie !
    Une vie de Maupassant, oui quelle œuvre ...

    Amitié au fil des bonheurs des jours, à la recherche du temps perdu ...

  • Etre relecteur...Il faut du temps pour le comprendre...je commence à peine ...et là, je pense à tous les livres que, moi aussi, je dois racheter car leur absence crée un manque désagréable. Un beau billet encore, merci, et de biens beaux commentaires également... Savoir que je ne suis pas seule à les racheter (Béatrice) et "L'art lecture " de Véronica, magnifique.

  • il faut que je vous dise à quel point je suis heureuse de lire François Jullien à nouveau
    ce livre est magnifique, je n'en suis qu'au début et j'essaie de le déguster doucement à petite gorgée donc merci encore car ce livre tombe à point nommé pour moi hasard ou providence

  • Les livres qu'on relit ne sont jamais relus de la même façon, mais j'adore le faire.
    Merci pour ce beau billet.
    Passez une douce journée.

  • Certains ne comprennent pas qu'on relise, mais je vous comprends et vous imite, avec le même type de titres (je suis sur guermantes actuellement, rien ne presse)

  • Ah ! ces premières phrases de romans ! Quel délice ! . La relecture est si importante que cela corresponde toujours à une redécouverte. Bonne journée.

  • C'est vrai que l'on a quelquefois envie de relire un livre qu'on a lu il y a longtemps. Je viens de terminer de relire 5 SEMAINES EN BALLON de Jules Verne, que le frère de mon grand-père m'avait offert en 1964, à ma communion solennelle. Je l'avais lu en 1975. J'ai relu aussi d'autres livres récemment, je voulais voir si je trouverais le même plaisir qu'à la 1ère lecture. J'ai bien fait. Bon week end !.

  • Pour ma part, le livre que j'ai lu et re-re-re-re-re-lu c'est L'histoire d'Helen Keller. Ce livre m'a touchée en plein coeur !

  • Il y a des livres repères, des livres phares que l'on relit en entier, ou par passages qu'on avait auparavant soigneusement noté. La re-lecture est aussi essentielle pour redécouvrir des œuvres qu'on a lues trop jeune, et pas savourées à leur juste mesure. Je relis régulièrement. Particulièrement maintenant que les enfants sont entrés au lycée et abordent les classiques.

  • Depuis quelques semaines j'ai l'impression que je n'ai plus le temps de lire ( un livre...). Je survole, je feuillette.
    J'envie de retrouver cette émotion, cette envie qui fait oublier tout le reste et qui fait tout lâcher pour lire... pour relire.

    J'apprécie beaucoup les relectures... surtout les classiques. Un jour en retour de "ma partie" de Normandie je me suis arrêtée en Seine Maritime pour aller sur les pas d'Emma Bovary. Du moins de son "village", ou encore du moins dans celui où a été tourné le film de Chabrol avec Isabelle Huppert...
    Doux WE par chez toi

  • Beaucoup de projets de relecture : Emma Bovary en fait partie depuis cet été où j'en ai vu une formidable adaptation théâtrale . Hélas, je cours après le temps.
    Bonne journée !

  • Relire après des dizaines d'années est une expérience intéressante, on ne remarque plus les mêmes passages, on lit autrement. Je ne relis hélas pas assez, un peu trop influencée quand même par les nouvelles parutions.

  • J'ai toujours beaucoup relu, tant pour des raisons professionnelles récemment que pour le plaisir depuis toujours. Petite, il m'arrivait d'hésiter à re-re-relire parce que le livre adoré me semblait rétrécir à chaque fois... perdant sa part d'inconnu et de foisonnant pour se laisser apprivoiser. Aujourd'hui, clairement, je ne garde plus les livres dont je sais que je ne les relirai pas. Les autres sont autant de figures douces et amies dans ma bibliothèque (...ou en bordel dans la chambre...). Et les meilleurs livres ne rétrécissent jamais vraiment!

  • Le rivage des des syrtes rime avec 1983 date de l'amour passion avec mon mari qui m'avait fait découvrir son auteur. Je lui avais écrit et il m'avait répondu.
    Je relis peu. Cependant une nouvelle de Stefan Zweig ... Au moins 3 fois et peut-être plus. Je vais la relire. Bises

Écrire un commentaire

Optionnel