Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emily dickinson

  • Moisson.

    Au marché, choisir parmi les bouquets vendus au profit du Téléthon par des élèves d'un CFA, les anémones parme.
    Préparer plusieurs cartes de Noël qu'on postera quand, lundi, on ira chercher à la poste de jolis timbres.
    Recevoir en cadeau deux si jolies lampes de chevet pour qu'on puisse bien voir quand on lit le soir ou le matin, c'est selon.
    Faire des petits biscuits de Noël au gingembre.
    Acheter un nouveau chapeau de pluie au magasin Coucou chez nous pour quand on pourra aller marcher le long de la corniche de Tamaris.
    Garder près de soi Feuilles d'herbes, de Walt Whitman.
    Commander à la librairie Charlemagne une biographie d'Emily Dickinson par Claire Malroux.
    Puisqu'il faut rester le plus souvent possible tranquille, lire, lire, lire.

  • Centre.

    Puisqu’il faut rester tranquille, poser près de soi les poésies d’Emily Dickinson, et quelques livres qui l’évoquent.
    Penser à sa vie de recluse.
    Relire quelques lettres. Lumineuses. Un extrait, Emily Dickinson raconte avoir amené pour se promener une petite fille dans la prairie se trouvant devant sa maison :

    Elle s’est adossée à des murs de trèfle et ils ont cédé, la faisant choir.
    Relire quelques poèmes. Fulgurants. On aimerait écrire comme ça, avec autant de justesse.
    Chaque Vie converge vers un Centre –
    Exprimé – ou muet –
    Existe en toute Nature Humaine
    Un But –

    Manqué – peut-être par la vile Aventure d’une Vie –
    Mais alors –
    L’Eternité rend possible de le tenter
    Encore.
    Converger vers son centre. En voilà un beau projet.