Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pouvoir.

Une jeune femme est là tout près au moment où on rentre. On sent chez elle beaucoup d’angoisse. On s’approche pour lui dire bonsoir et on lui sourit. Elle répond et raconte son week end. On lui fait remarquer alors qu’il n’a pas commencé ! Mais elle est sûre que cela se passera ainsi, tel qu’elle le prédit, elle en a tellement vécu d’autres, tout aussi semblables. On la rassure. On est prête à prendre le temps de parler, mais elle, non. On la laisse rentrer chez elle.
On repense au temps où tout était compliqué dans ce qu’il y avait à vivre, tout était conflit et tension dans un monde d’obligations stériles. On n’avait pas encore mis un terme à des relations tyranniques et on donnait beaucoup de pouvoir à certaines personnes qu’on laissait, consciemment ou non, influer sur notre vie. On faisait tout pour être irréprochable : on était toujours à l’heure, on honorait tous les engagements, on avait une maison bien tenue, on faisait bien la cuisine, etc. Et on acceptait tous les reproches car on avait le sentiment, diffus, sournois, destructeur, de ne jamais pouvoir être à la hauteur. Jusqu’au jour où on a repris la main sur sa vie.
On repassera voir la jeune femme à qui on aimerait dire qu’on n’est pas obligé de se jeter dans la gueule du loup.

Commentaires

  • Séraphine, vos mots me cueillent l'âme de bon matin...il me ramène quelques années en arrière...avant que je n'ai le courage de prendre ma vie en main, moi aussi. Et oui, je ne doute pas que vous repasserez voir la jeune femme pour lui rappeler que l'on n'est pas obligé de se jeter dans la gueule du loup...et elle y retournera encore une fois...ça vous retournera l'estomac...jusqu'au jour où...
    Une belle journée à vous. Grâce à vous, ce matin, je me suis retournée rapidement vers mon passé...et j'apprécie le chemin parcourue depuis....

  • c'est mon portrait que tu fais là, sauf que je ne suis pas jeune, et je me dis que j'aurais besoin de cette conversation avec toi, j'en prendrais le temps...

  • chere madame aimer le chemin que vous avez dejà fait
    si ces phrases sont bonnes pour certaines oreilles d'autres cette phrase peut fracasser et tellement culpabilisante pour celle qui n'a pu le faire soyez vigilente.. gagner sur de la perversité
    c'est être devenue très très grande et les relance sont toujours là pour vous faire tomber d'un cran ...
    a votre rythme entendre c'est déjà géniale....

  • On n'est pas obligé de se jeter dans la gueule du loup mais quelquefois ilfaut du temps pour le comprendre

  • C'est que l'on en redemande des gueules de loup... Jusqu'au moment où l'on s'en rend compte... et en une seconde, c'est stupéfiant... le gant se retourne.
    Des bisous de tulipes.

  • CC... Ton billet me parle... même si pour moi tout va bien... mais quelqu'une de proche s'était laissée happer par cette spirale infernale et est parvenue à y mettre un terme... ne jamais desespérer !!!
    Beau w-e, Bisous, Câlins

  • Merveilleux billet Bonheur du jour. Pour ma part, il m'a fallu 17 années pour reprendre ma vie en main et à l'époque, j'aurais bien aimé pourvoir parler avec une personne comme vous.
    Je vous souhaite un tout bon week-end et mes bisous ♥

  • Tu parles d'une femme jeune...mais il faut de nombreux allers/retours pour ouvrir enfin les yeux. Des sentinelles bienveillantes ne peuvent que faire du bien, tu as raison de vouloir repasser la voir.
    Courage à elle...

  • Il faut espérer que le temps fera son œuvre et qu'elle arrivera à se dégager de ce qui l'oppresse tant ... avec un petit coup de pouce bienveillant de votre part.

  • Je pense que beaucoup de personnes restent figées dans une vie qui ne leur convient pas et pour changer les choses , ces personnes ont sans aucun doute besoin d'aide !
    La vie est trop courte pour ne pas essayer de s'en sortir !
    Je mesure la chance que j'ai !

  • Un beau billet qui appelle nécessairement des retours d'expérience.
    J'ai pris ma vie en mains à plusieurs reprises, pour des raisons tout à fait différentes que celles que vous évoquez, mais cela prouve bien l'irrésistible charisme du loup et de sa gueule ouverte...
    Même si cette femme a choisi d'écourter la confidence, je suis sûre que ces quelques instants avec vous lui ont été bénéfiques, et source de réflexion.

    Beau week-end ,et merci encore d'exister dans ce monde parallèle dit des "réseaux sociaux" où l'on rencontre le meilleur comme le pire.
    Et vous êtes le meilleur, naturellement.
    Dominique

  • Ah, j'espère de tout coeur que cette jeune femme vous écoutera, que vos mots feront chemin dans sa tête.
    Bon dimanche.

  • Un beau geste de votre part. Parfois, c'est tellement difficile de tourner des pages et d'ouvrir le livre ailleurs.

  • Bravo !
    Je suis certaine que vous saurez trouver les mots qu'il faut pour l'aider.
    Passez une douce soirée.

  • tout depend du niveau de maltraitance et à quel age ?

    la gueule du loup.
    On repassera voir la jeune femme à qui on aimerait dire qu’on n’est pas obligé de se jeter dans la gueule du loup.
    j'espére que vous vous étes retenue.

    ca paut paraitre si $imple en conscience ou en innocence ?!

  • dur sujet car on voir que les destinées sont différentes et ce face à face...
    bien poser et vigilance

  • Bonjour Séraphine,

    Merci pour ce billet. Et pour tous les autres aussi.
    Celui-ci rencontre toutefois un écho particulier. Peut-être parce qu'après avoir été, durant de nombreuses années, cette jeune femme hagarde, j'ai trouvé la force, comme vous. Mais il faut parfois longtemps avant que l'on trouve le courage de mettre un terme à une relation toxique. Et prendre le risque du changement, des hésitations souvent, des erreurs aussi,

Écrire un commentaire

Optionnel