Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Passer soirée dans le pays qui vient de loin.

Lire avec un grand plaisir le roman d’André Bucher, Le pays qui vient de loin, conseillé par un ami blogueur. On parle d’André Bucher comme le chef de file de la « nature writing » française…. Il décrit là le monde paysan avec toutes ses difficultés, sa misère, sa rudesse, que le côtoiement quotidien de la nature rend supportable. On y voit aussi ses beautés : les paysages somptueux, les nuits claires, la vie au dehors, la noblesse du travail agricole dans le sens où il a un début et une fin, ce qui le rend d’une certaine façon logique : on plante puis on récolte, par exemple. Le jeune héros trouve un sens à sa vie dans la rencontre avec cette ferme familiale dont on a voulu l’éloigner. Mais on revient toujours au pays, au lieu qui permet de comprendre le pourquoi du comment et, comme il le dit, dans « l’insolence bénie de la jeunesse » :

« La vie, c’est comme le ciel : on ne peut se restreindre à la peindre en noir et blanc. »
On lira prochainement d'autres romans de cet auteur. Ce serait dommage de ne pas les connaître.

Commentaires

  • Très envie de découvrir cet auteur et cet ouvrage, merci pour ce billet.

  • J'aime beaucoup la citation que tu nous offres...
    Je note ce livre pour une prochaine lecture... même si ma liste de livres à lire est déjà bien trop longue.
    Passe une douce journée.

  • Merci, Marie, pour ce partage ! Je me ferai le plaisir de rechercher plus d'informations sur cet auteur que je ne connais pas encore.
    Bonne fin de semaine à toi.

  • "Déneiger le ciel" est aussi un beau roman de ce discret écrivain.

  • Merci de me faire découvrir un nouvel auteur!
    Bon week-end de lectures, moi je vais me plonger dans L'Odyssée de Daniel Mendelsohn, j'avais adoré "les Disparus"

  • Je ne connaissais pas, ce livre ne peut que me plaire, moi qui aime tant la nature.
    Merci pour ce partage. Bonne fin de semaine

  • bonjour,

    je me suis permis d'ajouter un lien vers ce commentaire-sensations de lecture sur la page Facebook consacrée à André Bucher :
    https://www.facebook.com/andre.bucher.ecrivain

    Le prochain roman d'André Bucher, Un court instant de grâce, est à paraître début septembre :
    https://lemotetlereste.com/litteratures/uncourtinstantdegrace

    Et La Vallée seule sort en poche :
    https://lemotetlereste.com/litteratures/lavalleeseulepoche

    Belles lectures à tous,
    Benoît

  • Je vous en remercie. Toutefois, je ne suis pas inscrite sur Facebook.... Et sur Facebook, avez-vous mis un lien vers mon blog ? ....
    Très bon week end.

  • bonjour,

    oui, oui, il y a bien sûr sur Facebook un lien vers la chronique du blog ! Même sans être inscrit sur Facebook vous pouvez lire le contenu de la page.
    Et si je peux me permettre, en réaction au premier commentaire, il ne s'agit pas à propos d'André Bucher d'écriture du terroir, régionaliste, mais plus d'une écriture dans la nature, ancrée dans un territoire certes, mais un territoire, une vallée, réelle et imaginaire qui s'ouvre à l'universel, à la critique de l'anthropocentrisme, au travail poétique. André Bucher évoque le sujet dans A l'écart.
    https://lemotetlereste.com/litteratures/alecart/

    http://andrebucher.tumblr.com/

    Un entretien avec André Bucher :
    http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx11.15/995

    Belle journée !
    Benoît

  • Bien sûr, André Bucher n'est pas vraiment un écrivain régionaliste. Je suis allée voir le lien, merci d'en avoir mis un vers ce petit blog.

  • Un titre et un auteur rajouté sur ma liste de livres à lire et à découvrir !
    Merci.

  • J'ai un respect infini pour les agriculteurs et toute personne s'occupant dignement de la Terre...un métier méconnu et trop peu reconnu...la base de la vie pourtant..
    Apparemment,ici, il y a dans l'histoire le patrimoine, l'héritage de famille...on n'oublie jamais son enfance...
    Certainement, une belle lecture qui sent bon le terroir...

    Amitiés ...!!

  • Oui, oui, c'est juste que je pensais par exemple à cette réflexion d'André Bucher (A l'écart, p. 56) à propos de l'écriture de la nature :
    " A condition de se débarrasser de certains clichés : les présupposés de l'idylle avec la nature bonne et généreuse, le refuge des âmes tourmentées. En France, la littérature s'est longtemps (avant le nouveau roman) résignée et astreinte à une posture romantique, contemplative, pour ensuite se pincer les narines devant une production bucolique et passéiste de l'entre-deux guerres ressemblant parfois à une louange hypocrite avec constat de décès."
    Belle journée, et belles lectures !

    Pour apercevoir André Bucher dans son territoire :
    https://www.facebook.com/andre.bucher.ecrivain/videos/606498169505074/

  • Pour l'instant, je n'ai aps trop lu les auteurs de nature writing que ce soit français ou américains... Mais je compte m'y mettre un de ces...

Écrire un commentaire

Optionnel