Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : prendre le temps du chemin.

Ecouter Miguel Benasayag est toujours stimulant au niveau de la réflexion et on apprend des choses. C’est ce qu’on a fait quand on l’a écouté présenter son dernier livre, Fonctionner ou exister. Ce qu’il dit est passionnant sur la vie d'aujourd'hui : nous fonctionnons en déléguant peu à peu à des machines la main-mise sur notre cerveau. Parmi ses propos, on a relevé deux éléments.
Le premier : des études ont montré que le cerveau des jeunes conducteurs après trois ans d’utilisation du gps est modifié : les noyaux sous-corticaux chargés dans le cerveau de cartographier l’espace et le temps sont atrophiés.
Le second : à partir d’un exemple personnel à propos d’un film qu’il a vu à l’âge de 15 et qu’il n’a retrouvé par hasard que 30 ans plus tard, il explique que ce n’est pas forcément une bonne chose de trouver tout de suite ce qu’on cherche, juste en cliquant car cela empêche le temps de la recherche et de la réflexion, cela empêche le chemin de se faire. Il cite avec ferveur le magnifique poème de Machado qui suit cette question du lundi.

Pensez-vous qu’il faille prendre le temps du chemin, que ce temps de l’attente est meilleur que d’avoir tout tout de suite ?

Jamais je n'ai cherché la gloire
Ni voulu dans la mémoire
des hommes
Laisser mes chansons
Mais j'aime les mondes subtiles
Aériens et délicats
Comme des bulles de savon.
J'aime les voir s'envoler,
Se colorer de soleil et de pourpre,
Voler sous le ciel bleu, subitement trembler,
Puis éclater.
A demander ce que tu sais
Tu ne dois pas perdre ton temps
Et à des questions sans réponse
Qui donc pourrait te répondre?
Chantez en cœur avec moi:
Savoir ? Nous ne savons rien
Venus d'une mer de mystère
Vers une mer inconnue nous allons
Et entre les deux mystères
Règne la grave énigme
Une clef inconnue ferme les trois coffres
Le savant n'enseigne rien, lumière n'éclaire pas
Que disent les mots ?
Et que dit l'eau du rocher ?
Voyageur, le chemin
C'est les traces de tes pas
C'est tout ; voyageur,
il n'y a pas de chemin,
Le chemin se fait en marchant
Le chemin se fait en marchant
Et quand tu regardes en arrière
Tu vois le sentier que jamais
Tu ne dois à nouveau fouler
Voyageur ! Il n'y a pas de chemins
Rien que des sillages sur la mer.
Tout passe et tout demeure
Mais notre affaire est de passer
De passer en traçant
Des chemins
Des chemins sur la mer




Commentaires

  • Il faut le temps pour chaque chose, rien ne s'acquiert dans une solution ou réponse trop rapide, trop facilement obtenue, il faut le temps de la recherche, celui de la réflexion puis le temps du contrôle, la connaissance est un ouvrage qu'il faut sans cesse travailler, rien n'est jamais acquis ni même définitif, le savoir d'hier n'est plus celui d'aujourd'hui
    Amicalement
    Claude

  • comme tout enfant, j'avais des rêves ... il m'était déjà bon d'imaginer le résultat quand je faisais tout pour les réaliser ... et d'être parfois déçue de les voir aboutis... repartait alors une nouvelle quête vers de nouveaux projets ... L'essentiel pour moi a donc toujours été "le chemin", construisant ma vie pas à pas tournés vers l'avenir, n'oubliant pas mon passé, le gardant comme un fil conducteur, sachant que je ne fais que passer ... tout en aimant la vie !
    amitié .

  • Quelle discussion du lundi intéressante et un magnifique poème ! Après lecture deux pensées :
    1) déjà que mon fils n'a pas le sens de l'orientation....cela ne va pas s'arranger avec l'utilisation du GP..

  • 2) le temps du chemin ou cet espoir en un inconnu revé qui nous permet d'avancer. Pour moi il faut savoir apprécier le temps du chemin même si parfois on aimerait qu'il passe vite. Il est nécessaire a l'humain. Acquerir sans peine ou sans attente n'apporte qu'un bonheur fugace et encore... Et puis se rappeler du chemin parcouru un nouveau bonheur. Biz Lyne

  • Je suis pour prendre le temps du chemin, à 100 %. Pas d'utilisation de GPS chez moi, mais les bonnes vieilles cartes routières. Magnifique poème pour ce lundi matin, merci.

  • Je reconnais que disposer depuis deux ans d'un GPS dans ma voiture est un vrai plus.
    J'ai tant et tant galéré, n'ayant aucun sens de l'orientation et étant obligée de sillonner les routes d'Alsace durant une partie de ma vie professionnelle, pour être à l'heure à mes rendez-vous. Je me sens rassurée de disposer de cet objet connecté. Oui, je ne pourrais plus m'en passer...
    Cela dit, je comprends bien qu'il n'est pas bon de confier sa mémoire aux seuls aides informatiques rapides et efficaces. Chercher dans sa mémoire, fouiller son cerveau et ses sensations jusqu'à retrouver le nom, le lieu, l'information que l'on recherche, c'est essentiel, et puis quelle joie lorsque l'on a été en capacité de les retrouver "seuls" !

  • Bonjour,
    Je rejoins eMmA pour le gps, un confort dont je ne saurais plus me passer. Pour le reste, j’aime chercher, hésiter, réfléchir pour creuser ma mémoire et prendre le temps quand je peux, en cela je pense souvent au Petit Prince qui marche vers la fontaine.
    Bonne journée
    Anne

  • Oui, sans hésiter ! J'aime prendre le temps du chemin. Le "tout tout de suite", me semble-t-il, développe une forme de frénésie où rien n'a plus de sens et c'est bien triste. L'immédiateté renvoie aux émotions, pas toujours bonnes conseillères tandis que le chemin permet la réflexion. Comme c'est agréable de commencer la semaine par un peu... de réflexion. Merci.

  • Réflexion intéressante ! C'est pareil pour la calculette qui fait que plus personne ne sait calculer un pourcentage ou même faire une division .
    Un de mes poèmes préférés et " le chemin se fait en marchant" est tellement vrai!
    Bonne journée!

  • A part pour ce que je suis incapable de comprendre ou découvrir moi-même, j'aime l'effort à accomplir. L'effort qui, accompli, m'a menée quelque part. Et effectivement je suis certaine que, comme on disait autrefois, "ça entretient mes méninges"...

  • C'est sûr que c'est facile de trouver juste en cliquant, mais parfois on ne trouve pas. je me souviens d'un film vu enfant dont la fin m'avait beaucoup frappée, je n'ai pas cherché ce que c'était, et ça m'est revenu en lisant récemment Gatsby le magnifique. La fin ne s'oublie pas, j'ignore quelle était la version du film et je ne vais pas chercher ^_^
    Quant au GPS je n'en ai pas! Mais de vraies cartes papier, si. Et à Paris quand j'y vais j'ai aussi un plan papier, . Et je fais souvent du calcul mental.
    Bref, j'essaie de maintenir le cerveau en état.
    Si on n’utilise pas, ça s'atrophie. je suppose quand mêem que d'autres zones du cerveau sont activées quand on utilise le GPS?

  • Bien entendu, sans GPS, je suis complètement perdue mais le cerveau travaille moins.. Magnifique poème . "Notre chemin se fait en marchant",.. alors, prenons le temps de marcher lentement et d'apprécier la vie aux alentours.

  • Rien à ajouter avec ce poème qui reste pour moi une clé lors de mes études, un poème qui m’a ouvert la porte...

  • J'aime l'opposition, ou plutôt l'association,
    entre GPS et déchiffrage personnel, entre rapidité et lenteur,
    entre voies "express" et ..."chemins sur la mer" !

    De nature rêveuse, j'aurais tendance à pencher du côté
    "fait-main" et pourtant, ma tablette magique m'enthousiasme
    de plus en plus !
    Contradiction ou bien-être nouveau ?
    Il me reste toute la semaine pour répondre à l'énigme ...
    mais Machado aura sûrement le dernier mot !

    Merci, ce poème est splendide !

  • Prendre le temps de se perdre aussi, parfois. Souvent pour moi. Et mes plus belles découvertes se sont passées ainsi!
    Pas de réponses dans ces 3 coffres d'Antonio Machado, à nous de les découvrir, oui, oui, paso a paso.
    Merci pour le rappel de ce magnifique poème.

  • Se perdre et se retrouver permet d'apprendre davantage que d'aller droit au but.
    A mon âge, il arrive fréquemment que mon cerveau lance son moteur de recherche pour un mot ou un concept et que le mot revienne à un moment inopportun, bien plus tard que la conversation. Tant pis ! Je l'oublie moins facilement par la suite.

  • Les appareils électro-ménagers nous ont délivrées de bien des tâches répétitives et sans doute y avons-nous perdu quelque force ou habileté musculaire. La perte de capacités cérébrales est plus effrayante et cette réflexion devrait inciter à la prudence dans l'utilisation des outils numériques dans l'enseignement. (En ce qui me concerne, j'apprécie le GPS qui m'a délivrée du stress en voiture.)
    Non, "ce n’est pas forcément une bonne chose de trouver tout de suite ce qu’on cherche", mais trouver l'information n'est pas comprendre, il reste beaucoup de chemin à faire.
    Pensé à l'Antigone d'Anouilh: 'Moi, je veux tout, tout de suite - et que ce soit entier - ou alors je refuse !"
    Pensé à la chanson d'Anne Sylvestre : "Mais moi, je ne sais pas, je ne sais pas / J'avance et je me bats / Mais moi, je ne sais rien, je ne sais rien / Je cherche mon chemin".
    Bonne semaine, Marie.

  • Que deviendrais-je , sans calculette , sans GPS ? Certes le fonctionnement cérébral se modifiera à coup sûr ! Je pense qu'il faut distinguer ce qui vaut vraiment la peine d'être retenu , et c'est différent pour chacun d'entre nous .
    Par exemple , j'adore mémoriser les phrases de textes que j'aime , poèmes , littérature .. Je fais d'ailleurs partie d'un groupe qui mémorise tout l'Evangile de St Marc , des extraits de l'Ancien Testament etc... ce chemin se fait depuis 30 ans !

  • je fais une allergie au GPS sauf dans une grande ville étrangère où il rend des services certains
    En France je ne l'utilise pas, cela vient polluer ma façon de conduire, et je suis moins attentive à la route donc ....
    merci pour ce poème qui fait penser et rêver dès le matin

  • Je me demande ce qu'on serait devenues, sans GPS, au retour de l'Hérault, dans des villes comme Clermont-Ferrand ou Chartres. Et encore... il fallait tourner 2 ou 3 fois avant de trouver la petite voie vers l'entrée de l'hôtel. Sinon j'aime bien suivre la route sur une carte (mais j'aime la cartographie je suis spéciale). C'est un art... fonctionnel.

    Il y a à boire et à manger dans tout cela. Trop de machinisme est certainement dangereux mais pas pour tout. À réserver peut être pour certains domaines.

  • Des souvenirs cuisants d'eng... en voiture entre le conducteur et sa copilote qui ne sait pas lire une carte, ainsi que des errances en rase campagne me font plébisciter sans hésiter le GPS.
    Pour le reste, tout dépend du contexte. L'attente qui nait de la progression en chemin peut être un grand moment d'exaltation, comme elle peut être aussi douleur et frustration.

  • Savoir prendre son temps, savoir s'arrêter sur le chemin pour regarder les fleurs et écouter les oiseaux. Ne pas avoir le nez dans le guidon. Les choses subtiles de la vie ne peuvent s'apprécier que si on a la sagesse de savoir s'arrêter, se poser , suspendre son souffle !

  • Quelle réflexion intéressante ! J'opte pour une combinaison judicieuse des deux. Pas de GPS chez moi, j'aime chercher mon chemin sur les cartes ( j'ai toujours eu un petit faible pour les cartes que je lis presque comme des romans ! ) et jamais je ne me suis perdue ( et quand bien même est ce que ce serait grave ? )
    Je fais beaucoup travailler ma mémoire, j'aime rechercher dans des livres, des souvenirs de textes lus il y a longtemps mais qui sont là enfouis, ne demandant qu'â revenir au grand jour.
    Par contre, pour mon travail, le fait d'avoir toutes les informations nécessaires en un clic me simplifie très grandement la tâche. Il faut cependant savoir faire du tri et ne pas se disperser, ne pas rester sur du superficiel.
    Merci en tout cas pour cette question du lundi.
    Marie *

  • Tout à fait ! Avoir tout, tout de suite, ça ne rend pas heureux. Tout se mérite. Bien entendu, quand je cherche quelque chose dans mes souvenirs, si ça ne vient pas et si je suis à la maison, un simple clic va me permettre d'avoir en général la réponse, mais parfois la réponse vient toute seule plus tard et j'adore quand la mémoire me revient.
    Plus le temps va passer et plus on aura d'études édifiantes sur ces sujets.
    Bonne soirée

  • Je suis absolument d'accord. C'est pourquoi j'ai parcouru le chemin de St Jacques depuis 6 années, Une nouvelle dimension, celle du temps de marche. 20 Km paraissent long, on change complètement sa vision des choses et des gens.

  • Bonjour Bonheur du Jour
    Avec un beau pseudo comme cela je ne peux que bien commencer ma journée.
    Très beau texte que j'ai beaucoup aimé aimant te lire.
    Prenons le temps pour tout, prenons le temps de vivre et d'admirer les beautés autour de nous.
    Dans un magasin la caissière avait sa caisse calculette qui ne fonctionnait pas bien, en qq secondes lui ayant donné un billet je lui ai dit combien il fallait qu'elle me rende par coeur car j'ai pris l'habitude de ne prendre ma calculette que pour pointer mes comptes, pour le reste surtout quand c'est aussi facile je le fais de tête et bien cette caissière m'a fait perdre au moins 10 minutes pour aller chercher une calculette et pour confirmer que j'avais raison, cette jeune fille m'a dit je ne peux pas me passer de ma calculette, je lui ai répondu c'est bien dommage mais c'est votre nouvelle génération qui est ainsi....
    Je te souhaite une belle journée.
    Des bisous d'amitié de la Réunion où la chaleur est intense.

  • Je viens de lire CHEMINS d'Axel Kahn.
    Je pense le relire très vite, prtits bouts par petits bouts
    Bonne journée

  • Il va falloir que je me penche sur cet auteur; je partage son analyse.
    Pour la généalogie, j'adore ces chemins que j'emprunte pour trouver ces personnes disparues... aucune machine ne pourrait le faire...

    Hier réunion à 4, nouvelle prise de date de réunion; 2 sortent leur téléphone, 2 sortent leur agenda papier. Je parle d'une autre réunion commune: juste les 2 "papiers" l'avaient notée.
    Je précise d'elle était notée dans un dernier mail du responsable. A cela , un "téléphone" nous répond: " Un mail, une info", sinon on n'enregistre pas s'il y a plusieurs infos dans un seul mail".
    Je l'ai regardé avec de grands yeux ouverts, et je n'ai pas pu m'empêcher de penser "Triste évolution de l'espèce humaine..."
    Il est inutile que je précise qu'il était beaucoup plus jeune que moi...
    Et que juste les 2 agendas avaient déjà noté cette réunion...

    Bonne journée, on attend la neige...

  • Merci pour ce beau billet Jolie réflexion qui m'a portée toute la journée. Je n'ai pas de GPS, j'aime regarder les cartes, demander ma route, suivre les panneaux, prendre mon temps quand je suis seule. Je viens de passer 4 jours au Mont St Michel où j'ai beaucoup marché dans les prés salants, dans la baie … J'ai arpenté les ruelles du Mont de long en large en travers, ce que je n'ai pas trouvé le premier jour, j'y suis retourné le deuxième, et même le troisième, mais pour cela il faut beaucoup de temps, être en vacances, en retraite, peut-être être seul aussi. Belle journée à vous.

  • Nous qui avons été élevé(e)s non connectés, il nous faut continuer avec les deux possibilités.
    Le chemin a une énorme importance, le progrès asservi les hommes, il y a une excellente BD à ce sujet "Bug" d'Enki Bilal ou les livres de Barjavel... Des savoirs faire et des observations des anciens sont perdus à jamais parce que les hommes ont choisi la rentabilité et la rapidité. Mais le progrès est aussi formidable dans le sens ou si à minuit je me pose une question, internet peut me donner des réponses.
    Lorsque nous voyageons, notre véhicule est équipé d'un GPS que nous suivons mais je suis l'itinéraire sur une carte papier et quelquefois nous privilégions celle-ci... Il faut rester LIBRES et savoir prendre du recul il me semble. Belle journée Marie. brigitte

  • il a une bonne tête et j'ai posé une réservation sur ce livre. Nous sommes en chemin sur un chemin qui ne ressemble à rien, droit et pas droit, sur terre et dans le ciel, mouillé et sec, en chemin et j'en accepte sa singularité. Bises et bonne soirée

  • Le chemin est l'essentiel car il nous fait faire et nous façonne, il nous enrichit d'expériences et d'apprentissages, d'hésitations et de décisions, et peut s'avérer parfois plus beau que ce que nous espérions ou voulions. Le but ne doit pas nous arrêter. Prosaïquement, je suis inquiète de voir le nombre "d'applications" proposées qui ne servent qu'à faire des choses que nous pouvons faire nous-même sans : lire des étiquettes, choisir un film...Je crains que les gens n'y laissent leur cervelle et leur bon sens. Allons-nous vers des générations imbéciles ? J'espère que non. Même si internet est pratique j'adore prendre le dictionnaire par exemple qui en cherchant un mot, me mènera à d'autres. Poème superbe dont le début me renvoie à mon dernier message. Bonne soirée.

  • Il faut savoir le prendre, même quand on pense ne pas l'avoir.
    Merci pour ce chemin offert.
    Passez une douce journée.

  • Le temps du chemin c'est ce qui nous fait grandir...et pendant ce temps on réfléchit, on apprend à se connaître, on rêve aussi ...sinon j'aime regarder les cartes, elles sont déjà un paysage à elles toutes seules...et petite anecdote chaque fois que j'écoute un GPS, je me perds car à part sur les autoroutes, dès qu'on sort un peu des sentiers battus, mieux vaut avoir sur soi une bonne carte routière...Bonne semaine

  • Bonjour,
    Une réflexion qui fait travailler le cerveau. j'aime.
    Nous n'avons pas de GPS .... nous prenons le temps et nous ne sommes pas très connectés.

Écrire un commentaire

Optionnel