Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un poème pour la journée.


Recueillement


Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma Douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s’endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l’Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.


Charles Baudelaire.

Commentaires

  • Je ne suis pas très "poèmes" mais j'apprécie de temps en temps cette musique qui sort des mots (parfois quand je ne comprends pas ce qui veut être dit, je le lis tout haut et je m'écoute).
    J'ai envoyé le lien de la vidéo d'hier à ma fille qui est professeur en collège non loin de chez vous.
    Elle a vraiment approuvé ce que vous avez dit. Métier difficile mais pour elle, même si les élèves sont ce qu'ils sont (certains vraiment difficiles), c'est surtout la hiérarchie qu'elle déplore. Elle est aussi aimée de ses élèves et reçoit parfois des petits cadeaux ou des mots doux dans les copies.

  • Ado, je le récitais à toutes les occasions possibles! Et je le sais encore par coeur!

  • Rien de grave dans ta vie personnelle Marie, dans ta santé ? Tu sèmes des petits cailloux, on dirait...
    Néanmoins bon WE.
    Ensuite je prends une pause de quelques jours jusqu'à Noël

  • c'est un de mes poèmes préférés et que j'ai eu tant de plaisir à retrouver avec le livre de John Jackson

  • le spleen du temps présent ressemble à s'y méprendre aux tourments endurés par Charles Baudelaire, il n'aurait pu mieux dire cette année qui aspire à la nuit ...
    à chaque nuit succède un jour nouveau et c'est "lui" que j'attends impatiemment .
    amitié .

  • J'ai toujours beaucoup aimé ce poème.
    Merci pour le partage.
    Passez une douce soirée.

  • Bonjour,

    C'est un très beau poème pour la journée... et pour toutes les autres journées.
    Enfant, j'écoutais Baudelaire de la voix douce de ma maman, qui me l'a récité dès le berceau.
    Il ne m'a jamais quitté depuis.

    Merci d'avoir joué cet air merveilleux. C'est peut-être celui que je préfère entre tous.

    Bonnes, joyeuses, douces fêtes de Noël.
    Geontran.

  • Ces mortels en multitude sont pourtant nos frères. Et le paradis pourra t il exister si tous n'y sont pas ?
    Les derniers couplets sont magnifiques. Un poème à lire tendrement.
    Beaudelaire, je n'avais pas trop sympathisé !!! à relire. Bises et bon dimanche.

  • J'ai toujours aimé Beaudelaire et ce poème en particulier.
    Merci et bonne journée.

Écrire un commentaire

Optionnel