Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

j'ai ce que j'ai donné

  • La question du lundi : Donner.

    A travers petites routes et petits chemins, on est retourné donner les rameaux bénis.

    Et vous aujourd’hui lundi, demain mardi, et les jours suivants aussi peut-être, qu’allez-vous donner ?

  • J’ai ce que j’ai donné, disait Giono.

    En ce début d’après-midi, le jour est comme l’été : il fait beau, il fait chaud ; tout est splendide. On suit petites routes et petits chemins pour rendre visite à une amie très chère qu’on aide un peu sur le chemin de sa convalescence. Le lit est dressé au milieu du salon, face au jardin. Tout près, la table est submergée par les boîtes de médicaments ou de pansements ; une perfusion attend que ce soit le soir pour être branchée.
    On discute. On rit. On papote. On écoute. On raconte. On regarde les fleurs du jardin. On les nomme. On voit le lilas. On raconte qu’on en a vu un, pendant la semaine, dont les fleurs mauves étaient abondamment odorantes. On ajoute qu’on aime le lilas.
    - Attends, on va t’en donner.
    Et le mari de cette amie s’en va dans le jardin et revient avec un gros bouquet de lilas mauve.
    On continue à parler de choses et d’autres, et en particulier des chênes centenaires près de Bargème et du Lachens où on compte bien retourner tous ensemble. On raconte la dernière promenade de l’été dernier, quand, à peine l’aube passée, on marchait sur les touffes de thym odorant.
    - Il t’en reste, d’ailleurs, du thym ?
    - Quasiment plus. Il faudra que j’aille bientôt à la cueillette dans la colline !
    - Attends, on va t’en donner.
    Et le mari de repartir dans le jardin et de revenir avec un bouquet de thym en pleine fleurs.
    On continue à parler de choses et d’autres, à faire rire, à parler de l’organisation de la prochaine fête du village. Puis, on dit qu’on doit partir car c’est la messe des Rameaux.
    - Et tu en as, des rameaux ?
    - Non, je vais en prendre à l’église, en arrivant.
    - Attends, on va t’en donner.
    Le mari retourne dans le jardin et revient avec un gros bouquet d’olivier et de laurier dont les branches sont attachées avec du rafia.
    - Je te ramènerai du rameau béni.
    - Oui, c’est gentil.
    On repart en repensant à ce qu’écrivait Giono : j’ai ce que j’ai donné. C’est cela, aussi, qui rend fort.