Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : dialoguer.

Il n’y a certainement pas de hasard dans la vie. Ainsi, ces derniers jours. On a accompagné jusqu’à sa dernière demeure un taiseux. Même là sa volonté était qu’il y ait le moins de mots possibles.
Et puis on est allé à la messe et on a entendu un texte de l’Evangile dans lequel Jésus parle avec une femme, la Samaritaine. Elle-même va parler à d’autres personnes. Qui reviennent parler avec Jésus. Qui leur parle. Chacun s'écoute. Les paroles des uns enrichissent celles des autres. Que l’on croit ou pas à ces paroles, elles sont échange, elles sont dialogue. Tous ces gens ne bavardent pas de la pluie ou du beau temps : les barrières sont franchies car il s’agit de parler de la vie et de la mort.
C’était beau cette coïncidence d’avoir le même jour enterré un taiseux et lu un texte dans lequel des gens se parlent et ainsi se connaissent, et se reconnaissent.

Et vous, aujourd’hui lundi, demain mardi, et les jours suivants aussi peut-être, avec qui allez-vous entamer un dialogue ?

Commentaires

  • Les mots que l'on dit, les mots que l'on lit, les mots que l'on écrit sont un dialogue permanent entre soi et soi. Chaque mot résonne de façon différente en chacun de nous, à chaque moment différemment dans notre vie. Avec qui vais je entamer un dialogue aujourd'hui, demain et les jours suivants...j'ai envie de répondre : avec la vie ! Une belle journée à vous.

  • Dialoguer, certes, toujours, encore et encore, parfois s'arrêter aussi pour se protéger soi-même, ne pas gaspiller son énergie et ne pas être prisonnière de ses paroles. Les floraisons du jardin sont en accord avec ce premier jour de printemps, le ciel non, qu'importe, beau printemps à tous et toutes.

  • Hier, dans l'après-midi, maman, d'habitude assez silencieuse, m'a évoquée ses souvenirs et pendant plus d'une heure sans ou presque de répit, des mots après les autres. Des chagrins et des joies, des prénoms oubliés ou non oubliés. Des lieux divers, des allers et retours. Des faits que je connaissais ou que j'ai découvert alors. Etonnant. Mais jolis moments.

  • C'est beau de s'écouter, de se parler sans affirmation, de faire que les mots élèvent et s'élèvent... Je ne sais encore ce que seront demain et après demain, aujourd'hui j'ai ressenti un peu de frustration avec une dame un âgée, et puis je me suis dit qu'à son âge, elle était pardonnée... Belle après midi Séraphine. brigitte

  • Poursuivre encore et longtemps ce cheminement (association, maison de retraite, accueil d'enfants et de leurs parents)

    Freud dans son introduction à la psychanalyse citait cette réponse d'un enfant:
    "Madame , parle moi ;j'ai peur .
    A quoi cela te servirait il puisque tu ne me vois pas ?
    A quoi l'enfant répond :IL FAIT PLUS CLAIR LORSQUE QUELQU'UN PARLE........."

    Je n'ai jamais oublié ce passage découvert il y a 40 ans au début de mes études d'éducatrice
    Comme je garde toujours en mémoire ce vers de René Char :
    "Dans mon pays on ne questionne pas un homme ému." (Qu'il vive! Les Matinaux )

    Belle semaine entrante dans le printemps nouveau.

  • Deux superbes citations !!! Je les emporte avec moi...Belle semaine à vous.

  • René Char est un compagnon pour moi. Merci de parler de ce poète magnifique ici.

  • Avec la famille dans les jours à venir ..je viens de perdre le dernier lien de mon enfance.. La porte se ferme malgré tout.

  • Ici, sur nos blogs, qu'on soit taiseux dans la vie ou plus loquace, solitaire et discret ou au cœur du monde, on peut échanger avec d'autres, sur notre chemin de vie, et c'est bien doux de croiser d'autres âmes qui se disent, humainement, fraternellement ...

  • En ce moment j'appécie beaucoup le silence. Alors je dialogue avec mon jardin, les fleurs qui poussent et mon cerisier qui n'a pas l'air en bonne santé.

  • Je vous suivais jusque là en silence mais aujourd'hui un élan me porte pour vous dire merci, oui les mots vrais peuvent nous sauver de tout, à chaque instant et imprévisiblement.
    Les taiseux m'ont toujours un peu posé problème mais j'ai appris d'eux la valeur de ce qu'on prononce et le respect qu'il faut avoir pour ce qu'on "exprime" et pour ce qu'on écoute.
    Et pour ce qui est du dialogue, je l'ai entamé depuis quelque temps avec.... moi et ce que je découvre m'ouvre en grand des portes de liberté.
    Merci du fond du coeur.

Écrire un commentaire

Optionnel