Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans la cuisine : spaghettis au beurre et à la sauge.

Après avoir flâné le long des pentes douces, il est temps d’aller dîner. On retourne au restaurant de l’escargot où la carte n’est qu’en italien. On a potassé un peu le vocabulaire pour arriver à traduire mais encore une fois les jeunes serveurs prennent plaisir à expliquer les plats dans un mélange d’italien, de français, d’anglais et de gestes amples.
On est bien décidé à savoir comment se préparent les sublimes spaghettis au beurre et à la sauge. On a même pris le petit carnet noir pour noter les consignes. On finit par avoir quelques indications afin de tenter de reproduire dans sa cuisine personnelle ce plat simple et sublime. Sublime, certainement parce que simple.
Il s’agira, dans un premier temps, de faire soi-même les pâtes. On cherchera ultérieurement des précisions quant aux mesures qu’on a notées comme ceci : il faut de la farine, de l’eau, suffisamment d’eau pour obtenir une pâte bien molle.
D’accord. Farine, eau.
Il faudra également trouver une « machina » pour aplatir la pâte ; ou deux, peut-être, car comment arrive-t-on donc à faire des spaghettis si fins avec un large ruban de pâte ?....
On précisera ultérieurement. Il doit y avoir un mode d’emploi.
Puis, dans l’hypothèse où on a réussi à faire soi-même les spaghettis (on n’en est pas encore à la décision qui s’imposera peut-être d’aller à la fabrique de pâtes pour en prendre des toutes-prêtes), il faudra les faire cuire. Pour cela, les indications sont les suivantes : beaucoup d’eau, l’eau bout, on met les pâtes, on les enlève. Après déduction, cela durerait « un minuto ».
Ensuite, on mettra les pâtes dans un plat, avec du beurre,"burro", et des feuilles de sauge. La question : « Combien de feuilles de sauge faut-il ? » fut compliquée à poser. On s’est souvenu assez rapidement de « quanto », mais « feuilles » …. Le mot sauge était sur la carte et on nous l’avait traduit précédemment. Il fut ainsi facile de le répéter, comme s’il était familier : "salvia". On éluda le mot « feuille » et on demanda : « Quanto salvia ? »
On se rendit vite compte que « quanto salvia ? » ne convenait pas parce que le Chef, intrigué des va-et-vient des serveurs le questionnant, finit par surgir près de la table et fit, pour répondre à « quanto salvia » le geste de prendre des feuilles et de les poser dans le plat et ensuite de tout remuer. Capito ?
Capito.

Commentaires

  • Chez nous il faut 100 gr de farine pour 1 oeuf . Mais bon, des spaghettis très fins c'est une autre histoire :-) J'ai envie d'essayer. Mais comme dit, les spaghettis du commerce feront l'affaire ou des pâtes même si la texture n'est pas la même.
    Belle journée gourmande !

  • A la lecture de ce sublime post, j entends les serveurs avec leur voix chantante, l eau me vient à la bouche en pensant à ces pâtes, je n ai jamais fait de pâtes fraîches, mais là vous me donner l envie de me bouger et d essayer. Profitez bien de vos petits moments exquis que vous nous partagez. Mille mercis Petits Bonheurs du jour. Bises

  • Passer une belle soirée à l'été c'est un plaisir et aller au resto c'est une option merveilleuse et en plus, découvrir des recettes, des façons de préparer des plats que nous sont familiers, que nous pouvons essayer chez nous, quel trésor...Moi, j'habite dans une zone très touristique, dont il y a eu toujours des français, allemands, et dernièrement, italiens. En plus, comment parlante de catalan, espagnol et français, comprendre l'italien n'est pas difficile, même le portugais et, maintenant, on entend le romanais et pêche quelque chose...et, pourquoi pas, il y a la langue des gestes, la mélange de mots...on se fait entendre partout. Avec mes parents, en 1972, nous sommes allés à Allemagne, chez des amis et avec lñla voiture, mes parents ne parlent rien que catalan et espagnol, et on est bien arrivé, par routes, passant par Béziers, st Avold..par Allemagne sans rien comprendre...et.on est bien arrivé...
    Il faut en avoir envie de s'entendre...

  • Ton histoire est succulente...dans tous les sens du terme !
    Pas encore prête à faire des spaghettis maison, je retiens déjà le mélange beurre et feuilles de sauge ! Merci à toi et bonnes vacances italiennes ! Bises.

  • Bonjour,
    Bien je suis intéressée par ces spaguettis à la sauge.
    Avant nous mangions de la viande et je faisais du porc avec de la sauge.
    Aujourd'hui, nous ne mangeons ni viande et charcuterie et j'ai de la sauge dans le jardin. Je ne sais qu'en faire ... parfois je passe et j'écrase une feuille entre mes doigts ....
    Bien, je vais essayer cette recette. Un merci spécial !
    Belle fin de semaine

  • A ma chère muse :-)

    http://guerirborderlineetdepression.blogspot.com/2017/08/sublime-certainement-parce-que-simple.html

  • Oh que j'aime ce tableau ! je t'imagine en tête à tête avec le chef et ce n'est que du bonheur ! bises

  • Scène très imagée, que je vois très bien dans un film italien des années 70, avec Ugo Tognazzi dans le rôle du chef... J'ai un superbe pot de sauge sur "mon petit balcon" (j'ai décidé d'appeler ainsi mon rebord de fenêtre de cuisine) et je cherche à l'utiliser de mille façons. Tu me donnes des idées...
    Beau dimanche,
    Dominique

  • Oh ! Che meraviglioso pasto !!! Cosa fare con la salvia ? Grazie mille ! Mi dai un'idea !

  • Préparer des pâtes fraîches ? Bravo, tu ne manques pas d'audace.
    Je retiens la recette, ce sera une façon d'utiliser la sauge qui envahit déjà la moitié du pot des aromatiques. Bon dimanche !

  • C'est un billet qui sent bon la sauge. Je vais essayer mais j'achèterais les spaghettis.
    Douce soirée

  • C'est un peu galère de faire ses pâtes soi-même. Un jour, j'ai fait des lasagnes moi-même et je les ai fait sécher sur des serviettes un peu partout dans l'appartement o;) Puis, on a acheté une machine à faire des pâtes mais c'était tout à fait galère o;;;)

    En fait, les pâtes à la farine d'épeautre des magasins bio sont très très bonnes. Celles au quinoa et au persil aussi (mais je trouve dommage d'utiliser le quinoa d'Amérique du Sud à des fins de cuisine de luxe).

    Mais c'est vrai qu'à la sauge fraîche, ce doit être délicieux.

Écrire un commentaire

Optionnel