Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gelati.

A la nuit tombée, il fait bon et, comme on l’a fait déjà depuis plusieurs soirs, on sort marcher. On a l’impression que tous les habitants sont là, à prendre le frais. On en reconnait quelques-uns qu’on a croisés le matin même aux abords du marché, portant un panier à provisions d’où sortaient ces longues courgettes italiennes, fines et tordues. Une différence toutefois : ce soir, ces mêmes personnes se sont mises sur leur trente-et-un. On est dépassé par des enfants qui courent et qui piaillent tout autant que des oiseaux au Printemps. Des parents, fiers, promènent leurs progénitures dans des poussettes ou des landaus. Des terrasses bordent ce corso. A l’intérieur, au comptoir, des gens debout parlent aussi.
On va et on vient dans les ruelles, on fait un crochet sur la grande via dont on aime les arcades et le sol carrelé. On décide de manger une glace. La devanture est encore plus bariolée que les passants du soir. Le granite est remué posément dans un grand réservoir. On va bientôt choisir quand arrive une nuée d’enfants, ceux qu’on a déjà croisé peut-être tout à l’heure et qui étaient comme une nichée d’oisillons qui savent désormais voler. Ils se collent à la devanture, les mains sur la vitrine et disent tout haut ce dont ils ont envie. On leur laisse la place car, de toute façon, ils envahissent totalement l’espace, certains contournant même la vitrine pensant mieux voir et mieux se faire entendre. Le marchand de glaces lui aussi les accueille en souriant et il commence à les servir, les uns après les autres avant même que les accompagnatrices rejoignent le groupe. Il suit fidèlement les choix de parfums, toujours confirmés par un index tendu vers le pot de glace dans lequel il plonge la cuillère et, quand il pose la glace au sommet du cornet, dans des gestes précis, ses yeux brillent tout autant que ceux des enfants. Chaque cornet est donné avec une petite serviette en papier blanc et chaque enfant dit merci et repart lécher sa glace. Une fois tous les enfants servis, les monitrices choisissent aussi, et quand tout ce monde est parti, il y a un moment de silence jusqu’à ce que le marchand dise, dans un léger souffle : …. Bambini…
Puis, on s’approche soi-même de la vitrine. On met les mains contre la vitre. On montre du doigt les parfums qu’on désire. On hésite. On change. On revient à son premier choix. On regarde les cornets que propose le marchand, comme si on pouvait choisir entre une boule, deux boules ou trois boules. Tre. On surveille les gestes du marchand. On attrape son cornet avec précaution, prêt à lécher la première coulure. On dit grazie et on repart en marchant tranquillement le long de la via et en léchant la glace dans la fraîcheur du soir.


Commentaires

  • La traditionnelle et immuable " passeggiata " du soir, surtout l'été, est toujours accompagnée
    du célèbre " gelato ".
    Certains rites persistent et traversent les temps et résistent aux changements.
    L'espace d'une soirée, mes ancêtres ne seraient pas dépaysés s'il revenaient !

  • Bien sûr il faut laisser diètes et préocupationss et être enfant, surtout en vacances...

  • Tutta l'Italia in questo messaggio !

    Belle introduction à l'arrivée de tous mes petits-enfants ce soir :
    en Bretagne ou en Italie, ce sont les mêmes bambini,
    les mêmes cris joyeux, la même INSOUCIANCE !

    Viva la vita e mille grazie !

  • J'aime beaucoup votre écriture, qui fait visualiser images et sensations. On s'y croirait...

  • Ah oui! la passeggiata, c'est sacré en Italie !!!!
    Ah les glaces italiennes !!! Profite !

  • Quel beau récit, délicieux, succulent, joyeux et si précisément raconté...que l'on est avec toi sur la grande Via, un peu comme avec Philippe Delerm.

  • Si agréables gourmandises en ces temps de fortes chaleurs !
    Merci Marie du Bonheur du Jour.
    Un doux dimanche promené en coeur d'Italie, ou d'ailleurs.
    Den

  • Bonjour et merci pour ce bain de fraîcheur, ce retour vers l'enfance... ! Le cornet de glace enfin mérité avait une importance énorme qui devient, hélas, trop banal aujourd'hui !
    Amitiés et merci pour votre agréable passage.
    Annie

  • Délicieuse évocation... ah i gelati! Mon frère s"étonnait qu'alors le prix de toute chose semble être tchinequé tchinequé. On disait "tu paries que ça coûte tchinequé tchinequè"?

  • Cela m'a rappelé mon premier glacier italien... A Florence. Ici, en Belgique, dans les années 60, les glaciers que nous fréquentions offraient cinq ou six parfums : vanille, moka, chocolat (à la rigueur praliné, mais je ne suis pas sûre), fraise et pistache. La pistache me tentait fort, mais je prenais généralement un cornet à deux boules fraise.

    Et puis, il y eut la découverte des citrons givrés à Paris, sur les Champs Elysées...

    Et enfin, trois glaciers que nous avons essayés, à Florence, pour adopter finalement celui de la piazza San Marco, avec une enfilade de bacs de glace, au lait, et surtout, de sorbets... Il me semblait que je n'arriverais jamais à tous les goûter, et pourtant, je crois que je prenais à peu près toujours la même chose : des sorbets ! J'avais enfin! Découvert la glace sans lait, (ignorant totalement que j'étais allergique au lactose).

    Depuis, les sorbets se sont démocratisés et les glaciers ont fleuri à Bruxelles aussi, j'en ai un près de chez moi qui est un point de chute pour tous les habitants des environs, même si ce n'est pas la meilleure glace.

    Et la meilleure glace que je connaisse (au lait) se trouve dans le Brabant wallon à Ottignies, une glace à la meringue, un fabuleux mélange de glace vanille, de meringue italienne (caramélisée) et de morceaux de meringue. A se damner ! Et partout, c'est vrai, des enfants et des enfants, comme dans un livre de mon enfance, "Antonio, petit Italien de Toscane" (Le Père Castor, collecition les Enfants du monde).

Écrire un commentaire

Optionnel