Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le vase bleu.

La technologie est bien utile pour aller et venir sur la route des vacances. Mais elle l’est encore plus quand elle tombe en panne et qu’elle permet de se perdre. Plus aucune voix pour indiquer qu’il faut prendre la deuxième ou la troisième sortie d’un rond-point. On prend donc une sortie au hasard, aidé en cela par la position peu claire de panneaux routiers dont on confond, en plus, les couleurs.
Et nous voilà sur des routes sinueuses. On sait qu’on doit aller vers le Nord : on s’aide du soleil de matin pour se diriger. De part et d’autre, des champs, des maisons parfois, également quelques hameaux. Pris au jeu, alors qu’on repère la direction des grandes artères sur lesquelles il faudra rouler vite, on poursuit cette promenade aléatoire parce que le paysage est vraiment très beau. On atteint des sommets de collines, on redescend vers des villages et on finit par s’arrêter sur une place ombragée pour aller prendre dans une pasticeria de la foccacia pour le pique-nique. C’est alors qu’on repère la boutique d’un antiquaire. Elle est étroite et tout en longueur. On y entre. On circule dans un fouillis d’objets divers. L’odeur d’humidité s’intensifie au fur et à mesure qu’on progresse vers le fond du magasin. On soulève des tasses à café en fine porcelaine – elles sont bien souvent orphelines de leurs cafetières et parfois ébréchées. On regarde quelques gravures aux cadres dorés dont les verres sont désormais ternis par le temps. On s’arrête devant une jolie petite table aux pieds joliment travaillés. Au moment où on va quitter cet antre de poussière, on contourne une vitrine qui contient de la vaisselle. C’est là qu’on le voit, le vase bleu. Il mesure à peu près vingt-cinq centimètres de hauteur. Sa panse est décorée de feuilles de lierre d’un bleu intense reliées entre elle par des lignes dorées. Son col se rétrécit ; il est bleu ciel et ajouré. L’embouchure est ondulée et bordée d’un liseré lui aussi doré. On ne partira pas sans ce vase. Comme on n’ose pas ouvrir soi-même la vitrine qu’on devine grinçante et fragile, on appelle l’antiquaire. Il sort le vase et le présente, tel un trésor. On le prend dans la main. On conclut l’affaire. Le vase est précieusement emballé dans du papier journal.
On reprend la route. A la sortie de ce village, les pancartes ne laissent planer aucun doute sur la direction à prendre. C’est comme si on pouvait, maintenant, suivre les grands axes.



Commentaires

  • L'inconnu est toujours riche de découverte.......Le connu a tendance à nous endormir.....

  • comme c'est drôle, mon histoire du jour en est aussi une de GPS qui ne veut plus fonctionner ;-)

  • Quel beau détour ! Le vase bleu portera à jamais la route, le paysage, la halte.

  • Ce vase vous attendait, c'est certain. Il vous a guidée vers lui jusqu'à provoquer ce coup de foudre ! Belle rencontre...

  • Un vase bleu ? Quelle idée !!!!! Il va être superbe dans ta jolie maison qui lui semblait prédestiné.... Bonne fin de séjour.

  • Rien de tel que de se perdre pour découvrir, j'adore ça!
    Maintenant, ramener le vase intacte chez vous....

  • Quel beau billet, que du bonheur à le lire et ce vase bleu doit être merveilleux.
    Ce fut donc une magnifique rentrée.

  • Oui, il vous a tendu les bras, silencieusement et intensément et vous l'avez reconnu.
    Merveilleux!

  • Sortir des sentiers battus, découvrir vraiment le paysage, voilà un luxe dont on se prive trop souvent, trop pressés d'aller droit et vite à notre destination.
    Je l'imagine ce petit vase, et plus encore le bonheur de sa découverte !

  • Les objets, comme les humains, n'arrivent jamais
    à notre rencontre par hasard :

    "Objets inanimés, avez-vous donc une ÂME ?....

    Buona sera e belli sogni !

  • Bonjour bonheur du jour, je me représente très bien ce vase bleu. J'espère qu'il ne restera pas dans un vitrine et qu'il remplira son office de vase. Bonne journée (qui n'est pas bleue à Paris).

  • Au fond, chaque objet a sa propre histoire, et celle-ci est particulièrement jolie...
    Ce sera donc "le vase bleu des chemins de traverse"...

  • Ce vase va commencer une nouvelle histoire chez vous... j'aime beaucoup votre récit

Écrire un commentaire

Optionnel