Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la vigne.

Alors qu’on est encore bien calée dans des oreillers moelleux que des gestes tendres viennent tapoter et remettre en place de temps en temps, des amis passent et amènent avec eux le souffle du dehors. Ils parlent des vignes et du vin et des vendanges auxquelles ils aiment participer. On prend des nouvelles des vignobles : où en est-on à cet endroit ? et à tel autre ? et comment sont les raisins ? et comment on dit que sera le vin cette année ? On les voit bien ces grappes d’un pourpre épais de sang, lourdes aussi. On entend le bruit claquant du sécateur qui les ôte du pied et les sépare des feuilles bientôt automnales.
Quand la récolte sera faite, les pieds de vigne resteront tranquilles. Ils se sentiront, on n’en doute pas, allégés. Seuls sans doute aussi dans leurs espaces parfois vallonnés. De temps en temps le vigneron ira leur rendre visite et touchera là quelques feuilles encore accrochées, ou là quelques brins d’herbe au pied. Avant de quitter le champ, il se retournera comme on le fait quand on quitte la chambre d’un enfant qu’on vient de coucher et il dira peut-être : « A demain ! ». Les nuits seront de plus en plus longues, il pleuvra, il fera froid. Puis un jour encore d’hiver on viendra les tailler en enlevant ce qui serait trop gourmand car il sera temps de penser à l’à venir. Ce sera le réveil : les feuilles viendront au jour tout comme les grains, beaux et fragiles dans le soleil printanier, mais si clairs. Puis viendra l’été et l’abondance du fruit. Et enfin la récolte.
C’est ainsi que la vie semble être parfois comme la vigne.

Commentaires

  • Ce texte éveille tout un champ de souvenirs dans ma tête dès potron-minet (9h16 !).
    Bises et belle journée.

  • Comme la vigne pâlissante, vous renaîtrez au printemps
    pour le plus grand plaisir de vos AMIS lecteurs !

    Douce convalescence !
    Avec nos encouragements les plus chaleureux !

  • Les cycles se répètent, avec leurs nuances, c'est beau et cela rassure... Belle journée Séraphine, à bientôt. brigitte

  • J'espère que vous allez bien et que vous n'avez rien de trop grave.
    Comme toujours, vous vivez les hauts et les bas de la vie avec tant de délicatesse, de poésie et toujours avec votre capacité à vous émerveiller de chaque petite chose

  • Belle métaphore mais j'espère que vous n'êtes pas malade.
    Bonne journée !

  • Je suis contente que lire que de bons amis vous aident à passer d'une saison à l'autre; soigner les personnes avec amour, comme on prend soin des vignes, leur façonner des coussins pour reprendre des forces.

  • Quelle belle comparaison !
    Je ne suis pas d'un pays de vignoble mais j'admire...
    Merci pour ce partage.
    Passez une douce soirée.

  • le vin qui vient de la vigne, source d'un bonheur pour qui le déguste, pense t-il aux soins apportés par le vigneron soucieux de ses ceps ?
    quel joli texte !
    amitié .

  • plaisir d'automne superbement bien écrit
    bonne soriée

  • que j'aime cette comparaison entre la vie qui va et vient et la vigne et que cela est bien dit

  • Merci Bonheur du jour de ce beau billet sur les vignes, le raisin. J'espère que vous n'êtes pas malade!
    Mes pensées bien chaleureuses.

  • la vigne a besoin d'être constamment accompagnée .... sinon elle devient vierge, se disperse et les grains rapetissent.
    Bises

  • Cela s"appelle tout simplement le bonheur de vivre tant pour la vigne que pour le vigneron !

    Douce fin de semaine et agréable week-end,
    Michèle

  • Je songe aux vignobles d'Alsace visités en ce début septembre sous quelques rayons dorés.
    Les vendanges sont très avancées à présent, l'hiver ne tardera pas..

  • Bonsoir et merci pour ta visite sur mon blog !
    La vigne est un joli symbole pour conter la vie, comme les vieux vins elle est précieuse.
    Merci et mes amitiés.
    Annie

  • J'ai toujours aimé les histoires de vigne alors que je bois si peu de vin. Mais la vigne est tellement chargée de symboles...

    J'ai reçu mon premier Christian Bobin et un Elena Ferrante...

  • que lit-on entre les lignes.....j'espère que vous allez bien....en tous cas, votre écriture est encore plus forte que d'habitude, j'ai senti la lourdeur des grains de raisin sous le soleil, prenez soin de vous

Écrire un commentaire

Optionnel