Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La question du lundi : la dépense d’attention.

C’est dimanche après-midi et tout est calme. La café est servi et on le sirote lentement en bavardant ou en lisant, qui le dernier Donna Leon, l’autre Le Monde. De temps en temps, une voiture passe sur la route. Dans un jardin voisin, des enfants jouent. On est dans un espace à part de ce monde difficile qu’il faudra affronter dès le lundi matin. On prévoit de faire des scones pour le thé et de les déguster tièdes avec de la marmelade d’orange. On commente de temps en temps les lectures. Qui prononce à voix haute quelques mots d’italien, histoire de maintenir le petit niveau acquis lors de précédents voyages. L’autre, la tête toujours sur l’oreiller, cite les gros titres jusqu’à celui-ci : « Lire cette phrase nuit gravement à votre concentration ».
Il s’agit d’un long article sur la dépense d’attention désormais constante que subissent ceux et celles qui sont connectés en permanence. On y apprend que la capacité de concentration a diminué de 4 secondes en quinze ans : « nous avons désormais un score de 8 secondes. Soit, sans rire, un taux en dessous de celui du poisson rouge qui lui est capable de se concentrer 9 secondes d’affilée ». De même : « A chaque invasion de SMS dans mon espace mental, je mets 23 mn à me reconcentrer pleinement sur mon travail. » Et ce n’est pas tout : cette dépense d’attention, elle est non seulement prévue par certaines entreprises, mais entretenue afin que nous consommions de plus en plus de connections diverses et variées, au point qu’on puisse parler de piratage de l’attention.

On évoquera prochainement les conseils donnés par l’auteur de l’article pour lutter contre ce phénomène. Mais aujourd’hui lundi, on pose la question : pensez-vous que votre attention est piratée ? luttez-vous contre cela, et comment ?

Commentaires

  • Oui. Oui, mon attention est piratée. Et j'en ai pris conscience grâce à votre conseil de lecture "Quelques grammes de silence", un livre puissant...qui m'a fait remettre beaucoup de choses en question...Il m'a ouvert les yeux. Depuis, je lutte, Pas si facile. Dans ce monde hyper-connecté. Pour l'instant ma seule victoire est de ne plus perdre mon temps sur facebook. Heureusement, j'ai toujours refusé d'être connecté en dehors de mon domicile...donc là, pas eu besoin de faire d'effort. Moi, la question que je me pose, c'est comment éduquer mes enfants pour que leur attention ne soit pas piratée alors qu'on leur demande de se connecter dès le réveil à un logiciel d'emploi du temps, devoir etc...

  • Oui, en effet, nous sommes très sollicités de toutes part. Mais, il me semble qu'il est bien difficile de lutter. D'ailleurs, est-ce vraiment possible, à moins de vivre dans une grotte ? Est-ce souhaitable si l'on veut demeurer connectés à la vie d'aujourd'hui ? Comme tout, la difficulté est de trouver un point d'équilibre. Pour le travail, refuser de se connecter à la maison. Pour ses loisirs, prévoir une journée par semaine sans Internet par exemple ou éteindre son ordi au bout d'une heure... Trucs et astuces comme pour le reste...

  • Oui, notre attention est détournée constamment. Je lutte en ne laissant pas les appareils connectés allumés en permanence ; en coupant les sonneries qui signalent un message dès qu'il est là. Je les regarde à ma convenance et à partir de 20 h, en principe je ne touche plus l'ordinateur, ni le téléphone portable.

  • Chaque jour, je m'extasie devant ma "tablette magique" !

    Suis-je naïve, esclave volontaire, décervelée ?
    "Un pocco probabilmente...ma non troppo" !

    Tout est question de dosage et nos bonheurs-du-jour sont
    si VARIÉS.
    Alors, vivons selon nos goûts, nos inspirations du moment
    et ne laissons à personne le droit d'empiéter sur nos modes de vie !

    Belle, douce et...LIBRE journée à vous !

  • Personnellement, je n'ai pas de portable connecté et j'ouvre mon ordinateur avec "parcimonie" mais si je laissais mon instinct prendre le dessus, je pourrais passer des heures sur le net... Il nous faut prendre l'air, bouger, respirer la nature, c'est si important. Belle journée Séraphine, à bientôt. brigitte

  • oui, je suis devenue dépendante du téléphone, du PC...mais j'arrive aussi à respirer l'air frais de dehors mais vous faites bien de nous rappeler les travers du net..

  • Je supporte très mal tous les appareils qui sonnent, vibrent, s'éclairent .... Donc chez moi toutes les alertes sont supprimées :pas de petits numéros qui s'affichent sur l'icône des mails ou de la messagerie, pas de sonneries non plus. Je ne consulte mon porable que 2 ou 3 fois par jour et ne lie mes mails que sur mon ordinateur l'après- midi. Sinon j'ai l'impression de ne plus avoir d'intimité et cela je ne peux pas l'accepter, d'autant plus que personne ne m'y oblige. Bonne semaine !

  • Une seule question me vient à l'esprit : comment ils ont fait pour mesurer la capacité d'attention du poisson rouge à 9 secondes ? est-ce qu'il ne fait pas semblant ? défois, moi, je fais semblant d'être attentive... pourquoi pas le poisson rouge ?
    bises souriantes.

  • Sûrement...
    Mais sans doute parce que je le veux bien.
    Il suffirait de se déconnecter... et ça irait déjà bien mieux. :)
    Passez une douce soirée.

  • C'est sûr qu'il faut être vigilant . Et c'est assez dramatique au niveau des ados de plus en plus jeunes. Il paraît que même en maternelle maintenant on constate cela.
    Cela devient aussi une plaie au spectacle aussi : hier, au concert ma voisine , n'a rien écouté, rien regardé , juste pris des photos avec sa tablette et regardé sa tablette , jusqu'à ce qu'on lui dise qu'elle nous empêchait aussi de se concentrer . Et elle a eu l'ait très étonné de notre remarque .
    Belle soirée !

  • J'aime beaucoup écrire et ... Le blogue est un endroit presque idéal pour écrire, mais quand j'y passe du temps, je me rends compte que je suis bien fatiguée, après.

    Et je constate, quand j'écoute la "jeune" génération - disons plutôt, les trentenaires au boulot, qu'avec leurs smartphones... Ils reçoivent des mails - pour le travail - même la nuit. Se lever un dimanche matin pour constater que des collègues vous ont écrit... Alors qu'il y a 38 heures dans la semaine pour ça, cela signifie tout simplement que la connexion est permanente. Même si on ne fait que lire sans répondre. D'ailleurs, je ferais bien d'aller me coucher (j'ai repris mon ordinateur il y a je ne sais combien d'heures pour l'éteindre...) Je vais me forcer à l'éteindre. Je l'éteins.

  • Personnellement je fais très attention à ne pas me laisser happer. Pour cela je pratique le recul et la distance.

  • oui je suis persuadée que c'est le cas, le déficit d'attention parce que l'on saute d'un article à l'autre, d'un site à l'autre
    Je me soigne en ne venant sur le web qu'à intervalle limité, à ne jamais dépasser un seuil de temps et en faisant une cure absolue de temps à autre

  • En mon âme et conscience, je ne crois pas être piratée... je reste maître de l'usage que j'en fais ... pourtant je trouve formidable cette technologie qui nous permet d'être en contact si rapidement ...
    Amitié .

  • Notre attention est déviée sans arrêt et nous sommes complices. Le divertissement pascalien (ma tablette corrige en : pas câlin. ..n'a pas tort). C'est comme si on demandait à des enfants de se contrôler dans une boutique de friandises. On sait bien que ça ne nourrit pas. Mais... Je fais parfois des journées déconnectées, mais là ça fait longtemps. Suspect !
    Sans lien aucun je trouve le nom de ce blog absolument sublime ! J'ai toujours aimé tant l'objet que le nom : un joli bureau à recoins et tiroirs, et s'y installer pour écrire (à la plume d'oie?) et y recenser les beautés de l'ordinaire. ..quoi de mieux ?

Écrire un commentaire

Optionnel